Un éléphant au pastel Séquence 02

---------- Introduction

Séquence numéro deux. On est toujours sur le travail de l’éléphant.

La tête.

L’étape suivante.

Maintenant, on va essayer de rechercher la couleur de peau c’est-à-dire les valeurs tonales c’est-à-dire le marron. Il n’y a pas que du marron. Il va y avoir du bleu, il va y avoir une couleur un petit peu plus lumineuse. Faire ces petits mélanges par superposition.

D’accord, on y va. On y va pour la deuxième étape.

---------- Démonstration

Maintenant, on va essayer de réaliser la couleur de la peau. Bien sûr, on ne prend pas un pastel et on en met partout on barbe tout sinon tout ce qu’on a fait, ça ne sert plus à rien. Toujours garder la couleur du papier en dessous donc aller progressivement, choisir des nuances alors…

Tu as fait quel choix là ? Montre-nous.

J’ai pris différents marrons, un peu plus sec, un peu plus tendre plus lumineuse, des bleutés. Vous allez me dire pourquoi du bleu ? Mais si parce que quelques petites touches de bleuté tout à l’heure parce que la terre de sienne, c’est un petit peu orangé. Et la couleur complémentaire du orange, c’est du bleu donc quelques petites nuances de bleus pour réveiller un petit peu tout ça.

Et pour l’harmonie, pour réveiller. Très bien, c’est parti.

Vous voyez, je prends le pastel en oblique.

Oui, à plat quasiment.

Sinon je vais faire des lignes.

Et je rappelle un petit endroit, ailleurs etcetera mais jamais se cantonner à un endroit puis s’arrêter et puis après de faire de l’automatisme. Surtout pas.

Là vous voyez, ça fait une petite ligne comme ça qui me gêne un petit peu donc je vais rajouter du violet. Et après, je reviens dessus avec du marron. Là, c’est pareil. Je reprends mon violet, celui de tout à l’heure. J’ai appuyé un petit peu trop fort. Ce n’est pas grave.

J’ai redessiné un petit peu l’œil. C’est un petit peu parti. Il ne faut pas quitter l’emplacement. Il faut savoir où il se situe. Je vais prendre un marron un petit peu plus foncé mais un petit peu plus rouge. J’ai utilisé un marron qui est un petit peu plus noir, un petit peu moins lumineux.

Là, regardez bien. J’utilise toujours un marron mais j’essaye d’unifier un petit peu tout c’est-à-dire je le prends vraiment en à plat et puis je passe un peu partout mais léger. Avec un petit peu de recul, l’œil je vais l’arrondir. Je vais le décaler un petit peu. Je vais l’agrandir.

Je vais continuer mon travail de teinte, de valeurs tonales, de couleur de peau. Je reprends mon pastel en à plat et puis c’est comme si je caressais l’animal. Et vous voyez quand on appuie à peine, on laisse quelques traces.

Je vais revoir un petit peu l’œil parce que j’avais trouvé qu’il est un peu petit. Ce n’est pas la peine de gommer. Vous reprenez un pastel, vous retravaillez dessus : un foncé, un clair ou inversement.

Là, c’est refaire quand même un petit peu le dessin pour situer sinon après on s’y perd. Il y a cette partie-là aussi qui est importante. Je vais mettre un petit peu plus de couleur, un petit peu plus rouge. Ne jamais rester à un même endroit, toujours aller un petit peu mettre de la couleur un peu partout.

Tout à l’heure j’ai vu que l’oreille était un petit peu trop petite. Donc avant d’aller directement à sa couleur, je vais poser un petit peu. C’est un marron un peu plus jaune. J’avais utilisé un bleu extrêmement foncé. Je rappelle pourquoi le bleu  puisque c’est une couleur complémentaire de cette couleur terre de sienne qui est un marron mais un marron un petit peu orangé.

Je vais modifier un petit peu la courbure de la trompe. Je trouve qu’elle est un petit peu trop droite donc je vais prendre peut-être le fusain avant. Je vais même utiliser le fusain, reprendre le fusain pour marquer un petit peu quelques endroits.

Oui, c’est la fin de la séquence deux c’est-à-dire c’était le travail de la couleur de la peau, la mise en place, les superpositions etcetera.

Des petites rectifications au fur et à mesure. C’est bon que vous voyiez ça. Il y a une grande artiste comme ça qui au fur et à mesure rectifie son travail.

Puisque là je vois, ça me donne l’effet de ligne là. Ce n’est pas…

Et on disait ici, c’est un peu fort aussi. On va bosser.

Donc à revoir ça. J’ai rectifié un petit peu la trompe parce qu’elle était trop droite, ce n’était pas très jolie. J’ai décalé un peu l’œil.

On a tout refait quoi !

Voilà, c’est ça.

Ça marche. On se retrouve très bientôt pour la dernière séquence la troisième séquence pour terminer.

Les finitions.

Les finitions. Voilà. Très bien.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Françoise Guillaume

Françoise Guillaume

Je suis née à Tergnier (Aisne).
J'ai effectué des études d’Art.
J'ai été enseignante en Arts plastiques dans un collège de Boulogne sur Mer.
J'encadre des stages de pastel dans différentes associations de la région ainsi qu'à l'atelier Pastel d'Opale de Saint-Léonard.
je suis présidente de l'association "Pastel d'Opale", crée en 2007, et à l'origine du salon international Pastel d'Opale .

Pas de questions pour le moment.

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Pastel
Difficulté Perfectionnement
Genre Les Applications
Style Animaux
Durée de la Vidéo 11mn56