Le matériel pour peindre à l'huile au couteau

---------- Introduction

Edmond soit le bienvenu c’est la première vidéo d’Edmond qui vient nous parler de son univers : la peinture à l’huile.

Au couteau.

Bonjour. Bien alors évidemment vous le savez ou peut-être vous ne le savez pas, il y a plusieurs possibilités d’appliquer de la peinture sur une toile ou un support bois. La peinture peut être appliqué avec des pinceaux ben des pinceaux à la brosse ou en poil de martre ou avec le couteau.

Oui ça on le sait quand même

Bon.

Après savoir s’en servir c’est autre chose. Vas-y.

Bien mais en ce qui me concerne j’ai découvert cette technique depuis une dizaine d’années environ. Et elle donne beaucoup plus de sensations à l’artiste qui l’utilise parce que la lame lorsqu’elle appose lorsqu’on appose la peinture avec la lame…

Oui ?

On écrase des molécules donc de la peinture.

Oui.

Ce qui donne un éclat beaucoup plus lumineux que l’application par le pinceau.

D’accord au pinceau.

Exactement.

Ok plus spontané enfin il y a tout un travail différent.

Et d’autre part le couteau… avec le couteau on évite les détails superflus. On va à l’essentiel.

On va à l’essentiel.

Ce qui est le plus important à la peinture c’est d’aller à l’essentiel.

Yes yes c’est de savoir s’arrêter on me le dit tout le temps ça. Là le couteau c’est l’outil l’outil…

Idéal.

De prédilection idéal.

Et d’autre part avec le couteau on travaille de manière instantanée. On peut faire un sujet que ce soit une marine ou un paysage en 1 ou 2 heures en une seule étape.

Ça je vais adorer.

On travaille humide sur humide…

Ok.

Et vous pouvez si vous fait des erreurs je vous montrerai par la suite, on peut racler son travail, on revient. Au contraire même ça donne des connotations… Ça donne des particularités sur la toile et des connotations beaucoup plus modernes.

Ça c’est un passionné. On va partager ça ensemble. On arrête l’intro maintenant au boulot.

On y va.

---------- Démonstration

Alors Edmond écoute il faut que tu commences à nous présenter ce matériel qu’on vente dans l’univers explique-nous les couteaux.

Bien alors donc vous voyez j’ai mis sur la table de travail 5 couteaux mais il y a une quantité presque infinie dirais-je de couteaux…

Des formes.

De formes, des couteaux très larges, des couteaux rectangulaires, des couteaux de forme blonde, des couteaux de formes très fines, des couteaux ronds à bord arrondis.

Tu vas nous montrer tout ça ? On va voir tout ça vas-y.

Il faut bon après avoir acquis donc l’expérience pour travailler au couteau, on choisit ses outils selon le motif que l’on souhaite réaliser.

D’accord.

Alors voilà la particularité donc d’un couteau utilisé par les peintres…

Oui ?

C’est un… Ça ressemble à une truelle…

Oui.

Qui permet donc… d’abord je présenterai le premier couteau qui sert à faire des mélanges sur la palette…

Oui.

Parfois à racler et ensuite une fois que les mélanges de peinture sont faits, on utilise ces couteaux en fonction du motif qu’on va réaliser.

D’accord.

Pourquoi cela ressemble à une truelle ? Tout simplement pour faciliter l’application de la peinture…

D’accord.

Sur le support.

Oui.

Enfin la toile et également d’éviter de se salir les mains sinon si on utilisait ce couteau-là…

Ah d’accord j’ai compris

La main a tendance à frotter sur la toile.

Donc ça veut dire que le côté truelle c’est le décroché-là qu’il y a tu peux montrer.

Exactement.

Ce décroché-là.

Voilà le décroché.

Ce décroché-là il est important parce que quand on met la main sur le couteau, si tu le prends comme ça, on voit bien qu’on va pouvoir appliquer la peinture sans s’abimer la peinture.

Exactement.

Alors que l’autre couteau tout plat là que tu avais tout à l’heure c’était un couteau à mélanger.

A mélanger parfois à nettoyer il peut également servir à gratter.

Gratter un peu de temps en temps etcetera.

Ou gratter même la toile mais enfin ça pour gratter la toile.

Ok.

Mais sachez…

Donc pour simplifier il faut prendre des couteaux avec ce décroché-là en forme de truelle ?

Exactement.

Et en prendre peu pour démarrer.

Exactement et il faut des couteaux à lame souple…

Ok.

Parce que vous avez parfois des couteaux de mauvaise qualité.

Oui.

Et si la lame est trop rigide vous n’arriverez pas à travailler ?

D’accord.

Il faut que la lame vous voyez la lame est un petit peu souple…

Ok ça marche.

Elle répond aux applications parfois beaucoup plus vigoureuses parce que c’est une technique qui permet de se laisser aller.

Très très bien. Edmond donc ces formes de couteau elles servent à quelque chose sinon on n’aurait qu’un seul couteau.

Oui bien évidemment.

Il y a des usages différents. Racontes-nous rapidement.

Donc on utilise les couteaux en fonction du travail qu’on va réaliser, si on fait des grands formats ou des petits formats…

D’accord.

Ou des paysages ou des natures mortes.

Oui.

Bon je vous ai montré ici les couteaux principalement utilisés.

Oui.

Alors vous avez un couteau de forme rectangulaire. Et celui-là il est formidable pour par exemple peindre des immeubles ou la ligne d’horizon…

D’accord.

Au loin quand on fait un paysage marin par exemple.

Donc c’est toi de montrer.

On peut même faire des bateaux avec ça.

Oui super.

Ici cette forme-là permet l’application de la peinture sur des surfaces un peu plus larges. Celui-là donc il a quasiment la même forme…

Oui.

Un peu plus… un peu plus… un peu plus large.

En forme de goutte un peu une goutte oui.

Une goutte qui permet par exemple de faire des pétales de fleur ou des choses comme ça.

D’accord.

On verra ça donc…

Plus tard oui oui.

Selon le modèle. Et celui-là aussi pour terminer le travail de scène de port où l’arête par exemple permet de faire comme des herbes folles ou des zoyas si on fait une marine, des voiles d’un bateau, les cordages.

D’accord ok d’accord. Bon il y a bien donc quelques usages mais spécialisées par forme de pinceau.

Exactement.

Et toi avec ces 4 là ça suffit tu fais le tour ?

Oui, en général on fait le tour avec ces 4 là oui.

D’accord super. Bon alors allez maintenant on y va on se lance Edmond montres-nous… montres-nous l’usage de ces couteaux.

Alors je vais donc vous montrer comment on applique la peinture avec un couteau de forme classique qui est le plus souvent utilisé…

D’accord.

Pour cette technique.

Ok.

Donc on va essayer avec un bleu le bleu clair que j’applique sur la toile ou sur la palette.

Oui.

Sachez qu’on peut mélanger ses couleurs ou sur la palette ou directement sur la toile. Donc après avoir mélangé même une couleur qui sort du tube en général on la mélange pour donner un peu plus de brillant.

D’accord

Donc  

Ok.

Alors on prend de la peinture vous voyez sur le tranchant qu’il y a ici là.

Oui.

Et je vais faire un carré par exemple. Donc je trace. Vous voyez qu’on peut faire même des traits presque horizontaux ou verticaux avec une lame de forme pourtant un peu ovale. On reprend un peu de peinture et…

On va remplir.

On remplit on applique. Alors ça c’est une couche très fine…

Oui.

Superficielle. On peut d’ailleurs gratter même. On l’essuie sur un essuie-tout qui est à portée de mains.

Tu me disais que c’est super important que le couteau soit propre.

Ah exactement le couteau doit être régulièrement mais alors peut-être même 50 fois ou 100 fois par étape, nettoyé comme les pinceaux d’ailleurs peinture à l’huile ou acrylique parce qu’il ne faut pas altérer les autres couleurs qu’on utilise si on a travaillé avec du bleu.

D’accord oui bien sûr.

Qu’on prend du jaune ou de l’orange après.

Ça parait évident

Ça fausse tout.

Oui d’accord.

On enlève beaucoup de luminosité à la couleur.

D’accord.

Alors ça c’est une application de couleur de peinture fine.

Oui.

On peut appliquer des épaisseurs beaucoup plus importantes. Vous voyez où on ne voit pas la trame. Tout à l’heure on voyait la trame de la toile…

Oui.

Là on ne voit pas la trame.

Donc le geste il est assez simple là ?

Très simple très simple. Et on peut faire… Je vais rappliquer…

Oui vas-y un peu plus généreux pour…

Voilà on va lui faire des arrondies. Presque même des cercles avec un petit tour de main qu’on gratte si on veut gratter.

D’accord oui.

Sinon on reprend de la peinture et voilà on applique une couche beaucoup plus épaisse. Et vous allez voir…

Vas-y.

Je ne sais pas est-ce que je l’utilise ?

Oui.

Je vais vous montrer comment… qu’on peut même superposer des couleurs différentes totalement différentes sans… sans les mélanger. Par exemple je vais prendre du jaune.

Oui.

Alors là il faut prendre une épaisseur assez importante.

D’accord.

Ah j’y vais j’ai pris  Là j’ai un peu vous voyez ? Le jaune n’est pas sali

Ah oui il n’est pas souillé par le bleu.

Par le bleu.

Et ça au pinceau c’est beaucoup plus difficile ?

Ah c’est quasiment impossible. C’est quasiment impossible. Et vous voyez le couteau on utilise…

Oui ?

Ou de cette manière-là,

Oui pour faire des…

Ou sinon… ou sinon… Alors toujours nettoyer évidemment parce que… il ne faut pas laisser de bleu.

Là bleu jaune en plus ça c’est flagrant.

Voilà donc on peut l’utiliser aussi comme ça.

C’est-à-dire ?

Dans l’autre sens le tranchant tout à l’heure je l’ai mis comme ça…

Oui.

Et comme ça

Et un peu donc ça… ça donne beaucoup de mouvement dirais-je à la peinture qui est appliquée. Sinon on peut gratter aussi.

Ah quand tu grattes, tu retrouves tout.

On retrouve toujours c’est formidable c’est quand même exceptionnel. Et après on peut appliquer… on reprend un peu de jaune après avoir nettoyé toujours son couteau.  On met une fine couche.  Et là on a un mélange.

Et là tu mélanges.

 

D’accord ok.

Donc voilà les différentes manières de l’appliquer.

 

Alors on change de couteau Edmond tu nous montres avec ce couteau plat. Ils n’ont pas de nom les couteaux vraiment on ne leur donne pas de nom il faut…

Non en général ils n’ont pas de nom en général ils ont un numéro.

Oui. En fonction de la marque oui.

On essaye de voilà selon les marques.

Alors couteau plat ?

Alors couteau plat…

Rectangulaire.

Puisque j’ai… ce que je me permets de répéter…

Oui.

C’est qu’il faut bien choisir des couteaux toujours dont la lame est toujours…

Souple

Souple.

D’accord.

Ne pas hésiter à mettre… à prendre de la bonne qualité…

Oui oui je sais.

Et je me répète encore nettoyez systématiquement. Après chaque étape…

D’accord.

Nettoyez vos outils.

Alors là tu nous fais couteau.

Je vais vous montrer un peu ce qu’on peut faire avec cette lame de forme rectangulaire…

Oui.

Qui est idéale pour faire par exemple une architecture on va prendre l’exemple d’une maison d’un pan d’une maison. Je ne vais pas faire… je vais peut-être faire les fenêtres tout à l’heure. Voilà donc vous voyez 2 techniques où on applique la peinture de couleur très fine.

Oui.

Maintenant…

J’aime bien ça déjà ces formes-là c’est sympa.

Maintenant on peut l’appliquer de manière plus épaisse beaucoup plus généreux. Donc…

Oui ?

On va faire par exemple une toiture très très succincte c’est un exercice qui permet surtout de découvrir un peu…

Oui c’est bien de faire ça ?

Ce qu’on peut faire

Oui et puis de maitriser.

Vous voyez par exemple imaginons que la ligne d’horizon soit là, on tient le couteau parallèle à la toile au bord de la toile et on peut faire une ligne d’horizon parfaite.

D’accord ok super.

On peut faire si on veut imaginons que ça soit une maison en bordure d’un quai où il y a la mer. On peut faire bon des mats de bateau par exemple vous voyez le set avec le tranchant de la lame de taille différente.

Ça y est on les voit apparaitre.

On peut faire les bateaux.

Ah c’est génial.

De manière un peu…

Ce n’était pas prévu ça mais c’est génial.

On peut faire les voiles. Imaginez faire ça au pinceau ça va demander un temps fou.

Oui c’est bien.

Il faut aller vraiment à l’essentiel il faut donner une atmosphère au tableau que vous réalisez. Et donc voilà on peut faire étoile ici. Ici des intermédiaires

Excellent.

Donc voilà l’application voilà ce que permet de faire cet outil. On peut faire la même chose avec un couteau… celui-là il est un peu plus délicat il est ovale il est plutôt conseillé pour peindre par exemple des fleurs mais celui-là il permettrait de faire quasiment le même travail notamment pour faire les coques des bateaux. Bon après…

Tout est suggéré c’est vachement bien.

Tout est suggéré.

Oui.

Ça donne vraiment une connotation alors je vais vous montrer…

Allez.

Remontrer le fait qu’on peut appliquer donc en prenant une couche une… de la peinture une couche de peinture assez épaisse.

Et un pinceau… un couteau propre.

Propre toujours. Ça c’est essentiel.

Donc en superposant des couches de papier comme ça absorbant c’est bien ?

Oui.

C’est l’idéal. Ce que tu fais toi ?

Oui oui c’est ça. Ah oui oui il le faut sinon…

D’accord.

Ce n’est pas que j’en ai encore sur la main sinon… il faut faire très attention.

Sinon on arrête et on recommence tout ? Mais non pas du tout.

Alors voilà donc…

Allez vas-y.

Je vais mélanger la peinture. Et bon là je vais faire bon imaginons je vais faire la porte d’un hangar, des fenêtres.  Je vais mettre une teinte jaunâtre sur vert jaune pour suggérer la mer.

Oui ça y est.

Vous voyez en quelques secondes ce qu’il est permis de faire avec cet outil et qui est une peinture je ne vais pas dire abstraite mais qui…

Non.

Qui frise l’abstraction…

Qui suggère.

Qui suggère des émotions

Là vraiment son côté les bateaux les mats et tout c’est top ça donne tout le sens au truc.

Donc ce n’est pas de la peinture figurative où on passerait beaucoup plus de temps à réaliser la toile. Donc voilà alors maintenant si je rajoute un peu de blanc…

Allez lâches-toi…

Je vais me lâcher oui.

On va au bout du premier exercice.

Voilà donc…

Un exercice simple on avait dit pour que tout le monde puisse réussir.

Bien enlever la couleur jaune…

Qui est très présente sinon.

Du couteau…

Oui.

Bien sûr. Et là voilà donc un peu de mélange un petit peu juste un peu de bleu.

Oui.

Il vaut mieux foncer que éclaircir sinon on va gaspiller de la peinture pour rien.

D’accord.

 Donc alors on peut même revenir dessus si on imagine que c’est un jeté

Les magnifiques mats c’est tout ?

Non on peut les refaire. On refait les mats.

Ok oui ça va. Peur de rien. Ça va très bien.

Voilà…

Impeccable.

Ce qu’on peut réaliser…

Super.

Avec un seul couteau.

Alors Edmond le challenge-là c’est de… de finir par un petit exercice de ce type-là. On refait tout mais on repart de zéro parce que c’est intéressant avec le couteau on peut faire ça aussi. Allez on essaye on se lance vas-y.

Exactement. Imaginons qu’on ne soit pas satisfait de son travail, on peut très bien racler ce qui vient d’être appliqué. Voilà je vais le montrer là on prend un couteau…

C’est bien un peu de la soupe à coté…

Dont la lame est assez longue.

Oui.

Voilà on racle.

Ça t’arrive ? Tu fais ça toi ?

Ça oui oui bien évidemment bien sûr parce que parfois on a tendance un peu à trop griser les couleurs les couleurs ne sont pas assez lumineuses.

D’accord.

Donc vous voyez alors là en faisant en grattant d’ailleurs ça donne un très bel effet…

C’est beau ?

A mon avis. On voit la trame. On voit la trame mais les parties de la trame sont remplies de peinture…

Oui.

Mais néanmoins on voit quand même la trame.

La trame de la toile tu veux dire ?

La trame de la toile bien sûr.

Ça c’est important d’accord ok.

Alors on va recommencer.

Et on repart de zéro enfin....

On repart de zéro. Bon imaginons on va faire un peu… on va faire la mer plus claire donc toujours le même motif.

Oui.

 Je peux très bien laisser le fond comme il est raclé pour donner l’impression de distance d’arrière-plan.

De profondeur.

De profondeur

D’accord.

 Voilà la mer est suggérée de cette manière-là.

C’est un peu d’écume c’est ça ? un peu de…

Un peu de vague.

Un peu de vague oui.

Vous savez la mer dans un port en général elle est plutôt plate.

Donc ça c’est facile un exercice que vous pouvez faire.

 On peut légèrement accentuer les formes des bâtiments avec le tranchant du couteau si on souhaite, éclaircir un peu même d’ailleurs je racle, j’appose du blanc et j’éclaircis un peu les bâtiments s’il me parait trop foncé.

Oui d’accord. Ok. Oui c’est bien ces effets-là c’est chaud.

Alors et je vais refaire donc des bateaux. Je vais suggérer les bateaux.

Ils sont là tes bateaux.

Alors avec les reflets dans l’eau. Il y a un peu de lumière dans l’eau.

Ah c’est… il n’y a quasiment pas de peinture en fait ?

Non non

Très bien très bien. Toujours un seul couteau voilà ok.

Et maintenant si on veut faire des mats on met les mats, des cordages. Voilà mais ça c’est une… c’est un premier exercice qui permet de voir les différents modes d’application.

D’accord.

On peut même recouvrir comme je l’ai montré précédemment, on peut recouvrir la peinture.

Tu vas tout gâcher ? Non tu continues ?

Non non.

Tu ne vas pas refaire dessus une pomme par exemple ?

Non non.

Non non tu continues d’accord.

Je continue. Non non je vais vous montrer qu’on peut si on prend de la matière… assez de matière sur le couteau, on peut changer de couleur enfin on peut mettre 2-3 couleurs différentes. Mais là cette couche-là est nettement plus épaisse…

Oui oui.

Que l’autre couche. Vous voyez comme la lumière… quand la peinture est… est… a de l’éclat avec l’application au couteau.

Oui oui ah c’est dingue. Elle est entière elle entière quoi ?

Elle reflète la lumière. Alors que si je la gratte toujours si on veut donner un effet de profondeur.  Comme je vous l’ai dit on peut faire des mélanges sur la toile pour avoir des tons cassés par exemple. Je reprends un peu de blanc. Alors toujours très important : nettoyer.

Il faut tout le temps tout le temps nettoyer en fait ?

Tout le temps tout le temps tout le temps nettoyer.

Comme les pinceaux je le répète pour ceux qui travaillent le pinceau. Voilà je vais prendre un peu de blanc pour rectifier ici. Voilà en apposant des couches plus épaisses. Et c’est un peu le but s’il y a des petites bavures ce n’est pas grave ce n’est pas de la peinture figurative.

Oui tout ça se gratte tout ça.

Voilà…

Super.

Le résultat en quelques seconde.

Impeccable.

 

Bon ça y est le plongeon c’est fait. On est parti. Un univers incroyable le couteau. Moi je ne m’attendais pas à ça en fait tu vois je pensais que le couteau c’était plutôt un outil parmi d’autres.

C’est un outil dirais-je presque magique…

Oui.

Parce qu’il donne beaucoup plus d’éclat à la couleur à la peinture qui est apposée. Evidemment l’éclat on peut le retrouver par la suite en apposant des vernis si on a un tableau réalisé au pinceau. Mais là le fait d’écraser cette molécule, de travailler par raclage ou d’écraser la molécule sur la toile…

Oui oui.

Ça donne un éclat qu’on retrouve… qu’on a du mal à retrouver avec d’autres techniques. Et on peut faire donc même des tableaux impressionnistes. Avec cet outil vous pouvez réaliser la scène de l’étang les nénuphars de Monet avec… avec uniquement même avec un couteau.

C’est génial.

Et vous allez voir le reflet dans l’eau ça vous donnera des sensations exceptionnelles.

On va les vivre ensemble ces sensations il ne nous lâche pas c’est parti. Moi je vous conseille vraiment de faire cet exercice-là ce qu’on vient de faire ensemble. Démarrer comme ça entrainez-vous entrainez-vous c’est super important.

Nettoyer ses outils. Capital.

Voilà je croyais qu’il n’allait pas le dire parce qu’en fait nettoyer ses outils tu l’as juste dit 10 fois mais on va l’entendre tout le temps…

Oui c’est ça.

Pendant toutes les vidéos.

Je suis désolé.

Non c’est super important c’est vraiment c’est essentiel. Et en fait on repart à chaque fois avec… avec oui ces… oui cet applicateur de peinture fraiche et neutre.

Exactement. Et vous avez vu on a des effets… on peut réaliser moult effets je veux dire en raclant en superposant en superposant encore en raclant…

Oui c’est génial.

Et on peut faire des mélanges sur la toile avec beaucoup d’éclat…

Génial

Sans tomber dans les gris.

Vous nous suivez. On ne vous lâche plus. A vous maintenant au boulot.

Edmond Zienowicz

Edmond Zienowicz

Peintre français d’origine polonaise né en 1947 formé à l’école de Beaux Arts de Roubaix. Il est influencé par l’école flamande et l’époque des impressionnistes ses thèmes de prédilections sont les paysages, les natures mortes, les marines et ... les carnavals.

En tant que peintre du Carnaval de Dunkerque une de ses toiles intitulée « la bande place Jean Bart » a été acquise par le musée des carnavals du monde à Hertogenbosch (Pays- Bas) où elle représente le folklore dunkerquois. La touche nerveuse et dynamique de cet excellent coloriste est parfois ponctuée de rehauts et exprime le strict nécessaire. Ses œuvres sont référencées dans le dictionnaire Drouot cotation. Il est lauréat de plusieurs concours et a reçu en 2009 la médaille d’argent attribuée par l’Académie des Arts, Sciences et Lettres de Paris. L’une de ses toiles a été distinguée « Toile d’Or » de l’année 2015 au cours de l’exposition qui s’est déroulée au Grand Palais à Paris par la Fédération Nationale de la Culture Française.

  • [Georges Lesur le 19/11/2016]

    merci EDMOND cette technique me passionne ! elle me libère de part le geste , les reprises facilités , et sans les odeurs nocives des solvants; j'ai réalisé le tableau des dunes! avec grand plaisir.; bonne journée et a bientôt ;; Georges Lesur.

  • [Colette PLACIDE le 05/11/2016]

    Merci pour cette vidéo très intéressante. A bientôt

  • [ guy dutan le 31/10/2016]

    Alors qu'au pinceau vous insistez sur l'utilisation des médiums pour éviter les craquelures et pas pour la peinture aux couteaux Pourquoi?
    Salutations
    G Dutan

  • [Georges Lesur le 21/10/2016]

    très intéressante cette démo que je souhaitée voir ! ayant suivi celle d'AMANDINE. Impatient pour la suite.......! merci encore FRED;

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Huile
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Style Abstrait
Durée de la Vidéo 20mn