Un portrait de Delacroix à l'huile

---------- Introduction

Amandine,

Oui ?

Un autoportrait. Alors pas la technique de l’autoportrait.

Oui.

Ça c’est voilà vas-y.

Ce ne sera pas le nôtre.

Non.

Ce ne sera pas le mien.

Non celui de quelqu’un, d’un grand artiste.

Oui un certain Delacroix.

Un certain Delacroix.

Voilà donc on va… on va reproduire son autoportrait.

Oui pourquoi ? Pourquoi lui alors ? Pourquoi lui ?

Parce que là on est vraiment dans le clair-obscur…

Oui.

Parce que Delacroix est vraiment un artiste intermédiaire entre le côté classique et académique de la peinture et la modernité c’est-à-dire qu’il a encore utilisé… il y avait la tradition académique c’était avant les couleurs…

Oui oui.

Par le clair-obscur et en même temps dans la touche dans la manière dans le processus, là on a vraiment la modernité parce qu’il y a une certaine spontanéité et on le voit d’ailleurs par des touches assez épaisses enfin assez épaisse assez… presque brouillon par endroit donc c’est vraiment le double aspect qui est intéressant.

Coté académique coté modernité etcetera. C’est tout Amandine quoi. Allez on y va.

---------- Démonstration

Amandine traditionnellement on commence par le matériel.

Bien alors ici on va peindre sur un bloc de toile donc…

D’accord

Donc ça se présente comme un bloc de papier sauf qu’ici c’est vraiment de la toile.

D’accord.

Donc pour la peinture à l’huile c’est idéal.

On peut peindre sur une toile normale bien sûr ? Papier

Voilà après le choix du support est tout à fait libre.

D’accord Ok.

Donc le papier : papier spécial huile ou toile ou là voilà bloc de toile.

Oui bois ou tout ce qu’on veut.

Voilà.

Ok.

Ensuite la palette alors là c’est pareil c’est un bloc de palette jetable. On a… comme le choix des couleurs donc le choix des couleurs c’est pareil, s’adapte en fonction du sujet sans même trop s’encombrer donc ici on a vraiment un choix de couleurs traditionnelles enfin en rapport avec…

Le sujet.

Avec le sujet qui est l’autoportrait de Delacroix.

Alors on a ici du bleu outremer qu’on va utiliser notamment pour le veston.

Les vêtements d’accord.

Voilà on a du rouge de cadmium, du jaune de cadmium foncé, de l’ocre jaune.

Carnation tout ça ?

Ca va être pour la lumière.

Oui.

Du bleu de Prusse qu’on va utiliser aussi un petit peu pour les ombres du visage.

D’accord.

On a de la terre d’ombre brûlée et de la terre de sienne brûlée et ensuite du noir et du blanc.

Ok

Dans les pinceaux…

Que tu isoles que tu mets de côté ? Noir et blanc.

Voilà là je les ai mis de côté, que ce soit aussi plus clair sur la palette.

D’accord.

En essayant de suivre quand même un ordre donc les terres ici et puis les couleurs chaudes ensemble. On a aussi différents pinceaux. On des brosses plates, des pinceaux ronds donc voilà comme ça ça va permettre de pouvoir réaliser toutes sortes de touches …

D’accord.

Comme pour les aplats pour les fonds et puis les détails avec les brosses rondes.

Donc toi par contre en qualité de pinceau tu n’es pas très exigeante tu prends un peu ce que tu as ?

Non en fait la qualité du pinceau est… disons que ce qui est important c’est vraiment le poil…

Oui.

La présentation du poil…

D’accord.

Il faut qu’il soit propre qu’il soit relativement doux et que le pinceau en tout cas une fois mouillé enfin en tout cas une fois humidifié ou avec de la peinture imbibée soit… les poils se tiennent droit…

D’accord ok.

Voilà c’est-à-dire qu’il faut absolument…

Donc plutôt un peu plus nerveux que très mou quoi ?

Voilà il faut absolument éviter que des poils partent dans tous les sens.

D’accord.

Par exemple ici celui-ci commence à partir dans tous les sens…

Oui oui.

Et souvent quand on a notamment le synthétique quand ils sont imbibés voilà ils se collent entre eux donc.

Ils reprennent leur forme d’origine.

Ils reprennent leur forme.

Ok.

Donc c’est surtout ça.

Ça marche.

Et là les 2 coupelles ici permettent d’avoir le médium à peindre donc là il va permettre de fluidifier la pâte…

Classique.

De la rendre plus brillante.

Oui.

Ça va permettre de donner plus de qualité à la peinture et puis aussi de travailler de manière plus agréable. Ça accrochera moins. Et enfin de la térébenthine voilà pour diluer le… enfin pour nettoyer les pinceaux c’est-à-dire quand on change de couleur ou…

Très bien.

Simplement voilà nettoyer la pâte. Quand on commence un sujet, ici on commence toujours par fond forcément c’est une histoire de logique puisqu’on va commencer par le fond et puis les éléments vont venir superposer donc on peut déborder. Ça suivra un ordre logique parce que si on commence par faire d’abord imaginons le visage et le portrait, le fond va venir déborder sur les cheveux et voilà du coup ça va être un problème de cohérence.

Alors pour le fond on prendre une brosse plate. Voilà on va mouiller un peu notre pinceau avec du médium un peu de térébenthine et ici on va jouer avec les nuances donc on est vraiment ici vraiment dans un travail de clair-obscur.

Alors pour l’obscur voilà on va travailler avec les terres et on va jouer avec les nuances alors parfois donc voilà là j’utilise par exemple de l’ombre brulée et de la sienne brûlée, un peu de bleu de Prusse. Et on va jouer avec ces nuances-là en rajoutant tant tôt un peu… enfin parfois de la sienne brulée parfois de l’ombre brûlée. Voilà on va varier les proportions.

Pour faire le foncé dans le clair-obscur c’est… enfin le piège est de prendre du noir pour faire les ombres et prendre du blanc pour faire la lumière. C’est le piège dans le sens où pour créer des ombres on va colorer en fait on va créer des ombres et des lumières colorées. Le noir va être trop terne. Et si on prend juste du blanc pour la lumière c’est pareil ça va être trop…

Contrasté ?

Trop contrasté…

Oui oui.

Et puis surtout contre nature en fait.

Pas réaliste du tout quoi.

Pas réaliste voilà et là si on veut être plus dans la peinture de grand maître, justement on va utiliser là des ombres colorées donc par exemple vous voyez ici on est dans le très foncé…

Oui.

Et pourtant je n’ai pas du tout utilisé de noir. C’est simplement un mélange de terre foncée donc notamment l’ombre et la sienne brûlée avec du bleu de Prusse.

D’accord.

Voilà et là on obtient des teintes qui sont très… enfin des ombres très très fortes.

Et en harmonie avec le reste ?

En harmonie avec le reste et puis dans des voilà des teintes plus colorées parce que ces ombres-là enfin le noir pur et le blanc pur n’existent pas dans la nature puisque les couleurs sont toujours influencées par les voisines.

Là si on veut peindre comme Delacroix, les touches doivent être assez spontanées et évitez justement les lignes trop géométriques et les contours trop nets. Là on est vraiment dans les touches… on est vraiment dans les… avec les couleurs du… les couleurs classiques on est dans les teintes dans le clair-obscur classique. Mais en revanche on est déjà dans la manière de travailler dans le style moderne.

Donc là on est dans les touches vraiment vives et avec des touches qui se superposent qui se juxtaposent. Voilà donc là il faut justement éviter d’être trop on va dire trop propre dans sa manière d’appliquer la peinture.

Voilà on pourrait y passer encore des heures à travailler dessus pour essayer de peaufiner mais là globalement on a représenté l’essentiel du tableau c’est-à-dire on a vraiment un clair-obscur. Voilà on a des parties très foncées mais toujours nuancées toujours teintées de différentes quand même de couleurs. Voilà et on a utilisé de… Le noir finalement on l’a très peu utilisé. Et en même temps on a donc des lumières qui sont lumineuses avec exclusivement du blanc, un peu de jaune et de rouge.

Alors voilà pour finaliser vraiment ce tableau et le tableau de tout façon enfin les peintures en général, c’est vraiment revenir pour rehausser les ombres et les lumières avec des petites touches, des pointes de lumière notamment par exemple revenons avec du blanc quasi pur. Là ça va vraiment être des touches. C’est pour ça qu’on ne va pas le diluer.

On va l’appliquer sur les zones essentielles c’est-à-dire ici vous voyez sur le front. On va en avoir aussi sur le nez. Vous voyez je ne le mélange pas je l’applique juste. Alors on peut essayer voilà effectivement on peut l’appliquer en couche assez… en pâte assez épaisse voilà pour que ça soit bien visible. Comme le faisait Rembrandt Rembrandt finalement étalait bien ses ombres. Et par contre c’était ses lumières qui était épaisses voilà justement parce qu’il rehaussait par la suite.

Voilà il y a aussi sous l’œil ici. Et voilà ici le bout de chemise qui prend la lumière. Et à l’inverse on va utiliser là pour le coup pareil du noir pur mais alors seulement de nouveau en petite touche. On ne va pas en mettre partout. On va venir accentuer les ombres donc par exemple ici les yeux.

On va prendre un pinceau une brosse plus grosse et voilà on peut accentuer les ombres notamment ici par exemple sur la barbe.

Ce porte ce trésor qui n’est pas du tout sec c’est de l’huile. Ce n’est pas grave. Je te disais ce n’est pas grave de salir parce que c’est magnifique magnifique j’adore ça. Qu’est-ce que tu voudrais dire à part que c’est magnifique ?

On peut voir que… une fois qu’on a les bons outils enfin donc les bons pinceaux et surtout la bonne palette donc ne serait-ce que quelques couleurs, on arrive à voilà… peut-être enfin en certain temps à obtenir un résultat efficace…

Super.

Du moment qu’on arrive à comprendre comment fonctionne le clair-obscur donc vraiment plus on va contraster les ombres et les lumières plus l’effet va être renforcé. Donc les lumières doivent vraiment être lumineuses donc presque on est dans du blanc enfin légèrement teinté. Et les ombres doivent être extrêmement foncées et le fait de jouer avec ces 2 contrastes-là, on va pouvoir construire… ça devient presque sculptural en fait.

Oui oui ben là dans le résultat c’est flagrant puis magnifique oui une turquoise en bas.

Et puis le fait justement de peindre comme Delacroix c’est avoir l’esprit moderne dans la spontanéité dans les gestes un peu… un peu flous comme ça.

Tu aimes bien aussi toi ce que tu fais ?

Ben du coup c’est avantageux parce ça permet de créer des œuvres rapides…

Oui.

Vite fait enfin ce que j’appelle le vite fait bien fait c’est-à-dire qu’il faut comprendre le processus et en même temps on n’est pas dans le détail extrême et ce qui fait qu’il y a une espèce de lâcher-prise agréable aussi. Donc c’est…

Un emporté.

Voilà.

Il y a quelque chose d’emporté oui c’est super. Superbe. A vous maintenant.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Amandine gilles

Amandine Gilles

Diplômée en Histoire de l’art à l'Université de Tours et formée dès le plus jeune âge à la peinture traditionnelle au sein d’ateliers privés.

 

Aujourd'hui, artiste-peintre, peintre sur commande et créatrice d'un blog sur la technique de peinture à travers duquel des accompagnements en ligne sont proposés.

 

Mes expériences au sein du milieu artistique de Paris et de Bruxelles, ainsi que le conseil en fournitures de Beaux-arts qui a été mon métier pendant plusieurs années m'ont fortement aidé à mettre tout cela en place.
Mon but est de partager et de transmettre des connaissances d’une passion commune et d’un patrimoine artisanal qu’il est nécessaire de sauvegarder.

  • [Amandine Gilles le 14/11/2016]

    Ahah ! merci Annie mais le but est avant tout de se faire plaisir, sans se mettre de pression !

  • [Annie CHIRIAUX le 12/11/2016]

    Magnifique!! Amandine tu es sublime.
    Le seul reproche que je peux te faire c'est de nous mettre face à nos grosses grosses difficultés. On aurait presque envie de poser définitivement nos pinceaux devant autant de talent...... Mais je vais tout de même insister....

  • [Prenom Nom le 17/10/2016]

    Merci, c'est juste sublime!!

  • [Prenom Nom le 12/10/2016]

    C'est époustouflant !!! Fred ne laisse surtout pas ce tableau te glisser des mains !! ha! ha! c'est tellement beau ! BRAVO

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Huile
Difficulté Expertise
Genre Les Applications
Style Personnages
Durée de la Vidéo 23mn