Les différentes étapes du Lâcher-prise

---------- Introduction

Valérie dans l’univers de l’acrylique tu continues à nous faire travailler sur des fonds un peu lâcher-prise que tu domptes après. C’est ça ? Alors dis-nous.

Alors l’idée ici c’est de décortiquer un petit peu les étapes d’un tableau abstrait…

Oui.

Puisque parfois on se demande un peu quand on voit de l’abstrait par quoi on commence.

C’est superbe je n’y arriverai jamais.

Ah ça parait très confus…

Oui.

Et on se dit mais oui mais je fais quoi d’abord donc c’est un peu cette idée c’est de décomposer.

Super. Super important, intéressant. Regardez bien écoutez bien Valérie qui va vraiment étape après étape vous allez voir la construction avec les différentes techniques oui c’est chouette c’est chouette.

On y va.

---------- Démonstration

Donc on démarre avec de l’acrylique donc ici on a du rouge jaune noir et blanc. Des outils alors improvisés comme un bout de carton qui va nous servir de spatule, des spalters couteau pinceaux et pour terminer un peu de pastel gras.

Ok ça marche.

Donc la première étape, ça va être de créer des formes très aléatoires en prenant de la peinture noire et en faisant des gestes. Alors n’hésitons pas à utiliser différents angles en fait.

Oui.

On crée des traces en fait qui vont être recouvertes qu’on va sécher.

Alors deuxième étape on va passer du jaune en couche fine dilué…

D’accord.

De façon à faire une sorte de glacis.

C’est un glacis en fait c’est ça ?

Voilà un glacis donc on pourrait utiliser un médium pour glacis.

Mais là le jaune il n’est déjà pas très opaque donc ça va.

On va sécher.

L’étape suivante.

Alors étape suivante donc là on a atténué déjà un petit peu le noir, on a créé un petit peu de lumière en fait dans différentes zones en accentuant un peu plus vers le bas le jaune, maintenant on va rajouter quelques touches de blancs…

D’accord.

Alors au couteau sur.

Alors si les couleurs se salissent ce n’est pas très grave puisqu’au contraire ça donnera quelques nuances dans le blanc. Et au pinceau alors avec très peu de couleur on va venir densifier un petit peu ce fond.

Je l’ai séché alors on continue à recouvrir en fait par endroit en prenant cette fois-ci de nouveau le jaune mais de façon pure.

Plus intense oui.

Et on va la repasser en fait au couteau. On va réaccentuer quelques zones.

On sèche. On continue…

Oui.

A superposer des couches donc cette fois-ci on va prendre du rouge.

Ok.

Alors on y va par petites doses. On va d’abord…

Alors on peut rajouter un petit peu de noir si on trouve le rouge un peu trop éclatant.

Je sèche. Alors là c’est un… selon le goût de chacun c’est-à-dire qu’on peut continuer continuer à rajouter des choses, on peut venir enrichir en fait les couleurs donc raviver certaines zones par exemple voire rajouter encore des couches par au-dessus qui vont créer encore plus de mouvement dans la couleur, ça c’est un petit peu chacun voilà c’est vraiment le goût de chacun.

Oui.

Ok ?

On peut également venir raviver le fond c’est rajouter quelques pointes de blanc on pourrait dire de créer un contraste supplémentaire.

Oui quand on sent que c’est trop…

Après ça c’est vraiment… on peut continuer comme ça à rajouter des couches et des couches mais le principe en fait est là.

Donc là la dernière étape ça va être de prendre des pastels.

Oui. Pastels gras ?

Des pastels gras. Alors là je choisis un… on va dire un cyan, un cyan et un blanc pour faire un mélange de façon à créer une sorte de turquoise. Et on va venir réveiller quelques zones, ce qui va permettre aussi de raviver les grains de la toile en fait, ce qui créera une texture supplémentaire voire même de créer des choses un peu graphique.

Et voilà.

 

Merci beaucoup Valérie c’était très clair, pas besoin de conclusion trop trop complexe. L’exercice est intéressant faites-le. Laissez bien sécher entre chaque couche…

Oui.

Ça c’est important…

Pour que chaque niveau vive et sa propre existence...

Et ne se mélange pas

Et ne se mélange pas mais n’empêche que c’est la couche d’après qui donne du sens à la voilà. Je ne vais pas refaire toutes les démonstrations de Valérie c’était très claire.

A vous maintenant allez-y.

Valérie Telesca

Valérie Telesca

C’est dans le métissage que Valérie Telesca, plasticienne franco-italienne, trouve sa véritable expression…

D’abord photographe (un calibrage de l’œil aux formes et aux couleurs !), elle se consacre ensuite à la peinture pour exprimer sa vision du monde.

 

Au cœur de sa démarche : un dialogue entre matières et couleurs, le processus chromatique étant considéré comme agent de transformation de la matière, capable de la révéler et de la transcender. 

 

Membre d’un mouvement international d'expérimentation artistique depuis 2012, l’artiste consacre ses actuels travaux de recherche sur les matières de récupération telles que papier et carton à travers œuvres en 3D et installations. 

Intervenante en arts plastiques dans des structures auprès de publics variés, son approche de la pratique artistique vise à stimuler la créativité, à ouvrir la sensibilité à de nouveaux horizons et surtout…à apprendre à oser !

Dans son atelier lillois, elle propose des cours et stages autour de la matière et sa transformation par la couleur.

  • [Nina le 09/09/2016]

    Merci, ça donne envie de s'y remettre et de laisser l'esprit créer !

  • [Aspirine83 le 01/08/2016]

    merci Valérie pour cet encouragement au lâcher-prise! c'est tout à fait ce qui me manquait! une question:peut-on sécher au hot gun entre chaque couleur?

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Techniques Mixtes
Difficulté Initiation
Genre Les Applications
Style Abstrait
Durée de la Vidéo 08mn58