Dessiner une nature morte simple

Résumé de la vidéo :

La nature morte fait partie de l’apprentissage du dessin. Pour démarrer, il faut la croquer en évitant les perspectives. Utiliser des objets rustiques est fort intéressant car on peut raconter leur histoire.

Dessiner une nature morte étape par étape

Pour cette nature morte, les objets sont mis en place sur une table assez haute : un pot, une assiette remplie d’oignons et une grande bonbonne. Pour simplifier le travail, le dessinateur se met en position assise avec une vue assez frontale sur l’ensemble. La perspective est écrasée et il n’y a pas d’ellipse.

Comment dessiner une nature morte qui est frontale ? Pour commencer, il faut prendre quelques mesures avec un petit bâton et les reporter sur le support. La largeur de l’un des objets peut servir de base. Au final, les proportions vont délimiter l’espace de travail. Ensuite, on trace l’emplacement de chaque élément : le pot à l’extrême droite, l’assiette à gauche et la bonbonne au milieu. Pour dessiner cette dernière, son axe doit être recherché avec un fil à plomb. Puis vient le traçage de l’horizontal de la table. Avec une vue de face, elle va s’écraser totalement. Une feuille de papier placée à l’horizontal permet de trouver le niveau de l’assiette par rapport à la ligne de fond.

La silhouette de chaque objet va servir de base pouvant être corrigée et/ou améliorée plus tard. La symétrie doit être bien respectée pendant le travail. Pour les parties cachées, il est préférable de les dessiner entièrement puis effacer les surplus plus tard. Ce n’est qu’après la finalisation du dessin que la nature morte va prendre forme. Il faut repartir sur chaque objet, l’un après l’autre, en le précisant et en travaillant les valeurs.

Pour améliorer le dessin, on place les valeurs en allant des plus foncées vers les plus claires. La pose des lumières viendra plus tard. Il faut y aller progressivement et ne pas vouloir faire tout d’un coup. En clignant les yeux, le dessinateur peut mieux voir les zones les plus sombres et rehausser les contrastes. Pour les objets à l’horizontal, il faut utiliser le fusain dans le même sens puis croiser les traits si nécessaire. Pour placer les valeurs des éléments qui sont plus clairs, il faut observer l’arrivée de la lumière. Après, un fusain plus gros et plus foncé permet de donner du volume, du relief et de la lumière à la nature morte.

Pour conclure,

Avec la nature morte, le dessinateur n’est pas obligé de tout dire dans son œuvre. En cas d’incertitude, il vaut mieux projeter les gestes et ne pas appuyer sur le fusain. Il faut tenir cet outil tout au bout afin de déposer très peu de matière sur le support. Il est préférable de repasser plusieurs fois sur le croquis pour foncer les valeurs que d’appuyer fort et créer des lignes espacées. Dessiner en pointillés n’est pas une bonne idée surtout que le fusain se gomme facilement. La nature morte est subtile. Ce qui est important dans le dessin d’observation c’est le mot « observation ». A force de regarder le sujet, plusieurs détails, qui n’ont pas été évidents au premier coup d’œil, vont faire leur apparition. Le temps d’observation doit être assez important que le temps passé au dessin. Lorsqu’on est à court d’idées, la réponse est généralement dans le modèle.

 

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Marie A. Dubois

Marie A. Dubois

Née dans une famille passionnée et militante où la liberté de parole était la règle, il a fallu jouer des coudes pour s’affirmer. La musique, la peinture, le théâtre, tout était prétexte à se réaliser et le monde des arts s'ouvrait à nous. Mon penchant pour le dessin et la peinture s’est imposé très rapidement, il accompagnait régulièrement mes jeux d’enfance pour illustrer les histoires que j’inventais, dessiner des personnages et créer leurs costumes pour me construire un monde imaginaire.


Tout naturellement, je me suis orientée vers des études artistiques qui m'ont permis de maîtriser le dessin d'observation, la perspective, les différentes techniques et médiums, la composition, l'étude du modèle vivant. Cette formation m'a conduit vers un parcours professionnel dans la communication visuelle, loin des chemins de bohème, tout en continuant à pratiquer ardemment ma passion.


En 2011, j'ai voulu transmettre ce savoir-faire en créant Eskisse, un cours de dessin dont la pédagogie s'appuie exclusivement sur l'observation du réel. De même qu'un musicien apprend à respirer, ma conviction est qu'un dessinateur doit d'abord apprendre à voir, prendre le temps de s'arrêter pour regarder le monde qui nous entoure et le comprendre. 


Ma pratique personnelle est, elle aussi, basée sur l'observation. J'ai fait le choix de dessiner et peindre sur le motif, souvent dans des lieux insolites, mais toujours porteurs de sens, et sources de créativité.

  • [Brigitte Milavec le 24/06/2017]

    Bonjour,
    tres belle vidéo, tres bonnes explications. Bravo et merci!

    [Marie]

    Merci Brigitte, nous faisons notre possible pour vous aider à progresser.

  • [Irene Paris le 17/04/2017]

    Il me semble un petit problème dans la rayure à droite du pot. On pense qu'il y a une petite marche et que le pot est dans un creux . Cela vient peut-être du sens des traits - Néanmoins le dessin est super c'est juste une impression personnelle

    [Marie]

    Il ne peut pas y avoir de marche, il suffit de regarder la ligne horizontale de la table qui se continue. Mais chacun peut interpréter un dessin à se façon...

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Dessin
Difficulté Initiation
Genre Les Exercices
Style Natures mortes
Durée de la Vidéo 36mn16