Dessiner le visage d'un bébé

---------- Introduction

Dans la série des portraits, il faut un portrait de bébé.

Oui, je pense qu’il y a beaucoup de gens qui aiment dessiner leur bébé ou le bébé des autres.

Les offrir, ça c’est un super cadeau.

Et on va essayer de faire un portrait.

Comment tu as fait ?

Simplement pour faciliter un peu le travail puisqu’on travaille en noir et blanc enfin en valeur, je suis partie d’une photo en couleur que j’ai scannée, agrandie.

Ça peut être pris en photo ? Tu peux prendre une photo et puis la…

Oui mais enfin bon la scanner parce que la plupart des gens ont un scanner imprimante chez eux.

Scanner c’est mieux.

Je l’ai scanné pour pouvoir en imprimer un petit peu plus grande et en noir et blanc.

En noir et blanc pour les valeurs.

Ce qui fait que ça facilite un peu au niveau des valeurs.

On part sur une copie toute simple sur laquelle on va travailler. On y va.

---------- Démonstration

C’est parti. On démarre par le matériel. Là, il est simple. Il n’y a pas grand-chose.

On va utiliser un papier demi-teinte assez clair. Comme on part pour le portrait d’un enfant, il faut que ça soit assez doux. Et puis des crayons, un crayon sépia et un crayon blanc qu’on va utiliser sur notre papier. Je vous montre un petit, simplement.

Déjà le papier, on le prend du côté lisse. Il y a un côté qui est un tout petit peu plus… il y a un peu plus de matière.

Rugueux ou…

Comme on fait un portrait d’enfant, il faut que ce soit doux donc on va prendre du côté lisse. Et n’hésitez pas à prendre un petit morceau de papier sur le côté qui vous permettra de tester comment…

Les valeurs, c’est ça ?

Les valeurs, comment on appuie. Si vous n’avez pas trop l’habitude d’utiliser des crayons comme ça, ça permet de voir un petit peu, de tester ses outils.

Je vais commencer par ébaucher le portrait d’un trait très léger qui permet de le corriger si je me trompe. Je vais commencer par la forme générale. Je travaille léger pour pouvoir corriger et ces crayons-là s’effacent un petit peu moins bien que le fusain donc il vaut mieux y aller léger.

Là pas de mise au carreau ?

Personnellement, je préfère travailler comme ça. Si vous avez des difficultés à reproduire le portrait, vous pouvez utiliser la mise au carreau. Ça, c’est je pense que ça a déjà été vue dans des vidéos.

Effectivement, ceux qui ont des difficultés de reproduire une photo comme ça à main levée, la mise au carreau est…

On peut s’aider. Ça marche.

Je vais faire un petit tracé légèrement pour l’emplacement des yeux.

J’ai vraiment fait une ébauche très succincte. J’ai triché un tout petit peu par rapport au modèle. C’est qu’en fait, j’ai dégagé un tout petit peu le menton parce que là, il y a le menton pris un peu dans son pyjama.

Caché.

Une fois qu’on a fait l’ébauche, il faut regarder, observer s’il n’y a pas d’erreur. Il faut prendre quelques minutes pour observer ce qu’on a fait et éventuellement corriger.

Corriger ? Oui, d’accord.

Il ne faut pas hésiter. Après en avançant dans le dessin, on peut toujours corriger mais il vaut mieux corriger avant. C’est peut-être un tout petit peu la filante-là du front, le volume de la tête mais c’est comme ça.

Et à partir de là, on va très vite attaquer les valeurs pour à la fois mettre les ombres et les lumières. On va commencer par mettre les ombres et accentuer le dessin petit à petit. Je vais commencer par placer les valeurs les plus fortes, celles qui sont les plus évidentes donc les plus faciles on va dire à placer.

Par exemple la masse du cheveu un peu. J’y vais progressivement, je ne fonce pas trop vite. Je vais y aller progressivement et puis on en rajoute un petit peu à la fois. C’est toujours plus facile de rajouter de la valeur que d’en enlever. Par exemple en mettant les valeurs ici derrière l’oreille, je vais en profiter pour redessiner le contour de l’oreille. Je fais le dos en même temps. Pour faire des valeurs très légères, je tiens mon crayon au bout pour ne pas appuyer dessus. Je le pose sur le papier et…

Là, j’ai ébauché les traits. Maintenant, je vais mettre du volume dans le visage pour faire ressortir les joues, les yeux. Il faut bien observer, ne pas hésiter à cligner des yeux pour voir les masses, voir les valeurs donc griser très légèrement.

Ici, j’ai grisé. Vous pouvez voir que j’ai peu cerné. Et une chose très importante sur un portrait de bébé, il ne faut pas trop marquer les plis. Il n’y en a pas beaucoup mais les plis par exemple ici ou sous les yeux, il faut vraiment…

Sinon ça ride tout de suite.

Sinon ça ride. J’ai très peu marqué les traits en fait j’ai travaillé un petit peu flou. On peut à la fin, c’est ce que je vais faire, je vais affuter mon crayon et je vais venir redessiner notamment les yeux, un petit peu les narines, peut-être quelques endroits mais surtout il ne faut pas faire un gros contour.

Pour garder la douceur ?

 

Garder la douleur. La douceur on peut aussi l’obtenir, si on trouve que le trait de crayon est un peu trop présent, on peut un peu…

Estomper ?

Estomper avec une estompe ou avec le doigt si on veut. Moi, je ne suis pas fan de ce genre de chose.

L’estompe ?

Non mais pour un portrait de bébé, ça peut se faire. Ca adoucit un tout petit peu les…

Les traits de crayon.

Si on est allé un petit peu trop fort par endroit, si on trouve qu’on a eu la main un peu trop lourde, on peut aussi avec la gomme mie de pain venir gommer un tout petit peu sans tout enlever. La gomme mie de pain, elle a l’avantage simplement en reposant la gomme comme ça, on peut estomper légèrement.

Si on y est allé un peu trop fort, il ne faut pas tout enlever. Il faut simplement avec la gomme mie de pain venir un petit peu… on enlève un tout petit peu de matière en fait. C’est l’avantage de cette gomme et en même temps, ça adoucit un petit peu.

Donc ça, c’est si une correction qu’on peut apporter parce que ce n’est pas juste montrer comment faire. Il faut aussi montrer comment on peut corriger éventuellement ses erreurs ou améliorer. Ce n’est pas forcément des erreurs, ça peut être amélioré. Et il faut toujours garder à l’esprit l’ensemble, voir si tout fonctionne bien. Je vais mettre un petit peu d’ombre là sur le… Et puis je vais affuter mon crayon pour remettre un tout petit peu de précision par endroit.

Affutage, pas grand-chose à dire ?

Simplement pour affuter un tout petit peu la mine parce qu’à force de dessiner… Là, j’enlève un peu la poudre.

C’est vraiment pour rajouter un tout petit peu de précision notamment dans les yeux sans lui faire des cils de star. Je redessine un tout petit peu ici pour noircir un peu puisque le regard est quand même important.

C’est là qu’il y a toute l’acuité du regard qui arrive.

Maintenant, je vais passer au crayon blanc avec lequel je vais faire les lumières. Du crayon blanc, il faut le faire à la fin et en mettre assez peu simplement vraiment dans les éclats de lumière. Ça va venir donner du volume. Donc au départ, j’y vais doucement.

C’est magnifique. Je le dis tout le temps mais écoutez, c’est vraiment très beau. Tu vois de près, de loin. Et tout ça, c’est superbe. Ce n’est pas facile d’y arriver quand même.

Ce n’est pas facile parce qu’il faut que ça reste doux.

Il faut respecter les proportions du visage qui ne sont pas très habituelles, un gros crane par rapport à une petite face.

Oui, bien sûr.

Et voilà il faut…

Avoir la douceur,

Douceur.

Pas trop de trait trace. Enfin, tu l’as expliqué tout ça pour garder cette ambiance toute tendre toute douce. C’est superbe, magnifique. Vous avez des modèles. Vous avez vu, on passe par une photo de famille, on imprime, on sort le noir et blanc. Et puis après, on suit les conseils de Marie.

Bon le but n’est pas de reproduire le bébé que j’ai fait mais le vôtre.

Mais non, prenez le vôtre.

Le vôtre.

Il y en a plein, il y a des bébés partout autour. Il n’y a pas de problème avec ça, avec les modèles. A vous maintenant.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Marie A. Dubois

Marie A. Dubois

Née dans une famille passionnée et militante où la liberté de parole était la règle, il a fallu jouer des coudes pour s’affirmer. La musique, la peinture, le théâtre, tout était prétexte à se réaliser et le monde des arts s'ouvrait à nous. Mon penchant pour le dessin et la peinture s’est imposé très rapidement, il accompagnait régulièrement mes jeux d’enfance pour illustrer les histoires que j’inventais, dessiner des personnages et créer leurs costumes pour me construire un monde imaginaire.


Tout naturellement, je me suis orientée vers des études artistiques qui m'ont permis de maîtriser le dessin d'observation, la perspective, les différentes techniques et médiums, la composition, l'étude du modèle vivant. Cette formation m'a conduit vers un parcours professionnel dans la communication visuelle, loin des chemins de bohème, tout en continuant à pratiquer ardemment ma passion.


En 2011, j'ai voulu transmettre ce savoir-faire en créant Eskisse, un cours de dessin dont la pédagogie s'appuie exclusivement sur l'observation du réel. De même qu'un musicien apprend à respirer, ma conviction est qu'un dessinateur doit d'abord apprendre à voir, prendre le temps de s'arrêter pour regarder le monde qui nous entoure et le comprendre. 


Ma pratique personnelle est, elle aussi, basée sur l'observation. J'ai fait le choix de dessiner et peindre sur le motif, souvent dans des lieux insolites, mais toujours porteurs de sens, et sources de créativité.

  • [Nicole le 25/01/2017]

    bonjour,

    quels sont les crayons utilisés ? pastels ?
    quel est le papier utilisé ?

    de très belles démonstrations ! encore merci

    [Marie]

    Bonjour Nicole, Dans cette vidéo, j'utilise des crayons Conté ; un sépia et un blanc. Ils existent aussi en sanguine et noir. Le papier est un mi-teinte Canson gris clair. Ce papier existe dans de multiples teintes. A vous de jouer !

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Dessin
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Style Personnages
Durée de la Vidéo 17mn39