Les principes de la perspective

---------- Introduction

Marie, on a fait des perspectives avec pleines de choses. On a frôlé, tu as abordé le sujet, plongée contre-plongée tu sais. Là, tu vas nous en parler précisément.

On va expliquer un peu les principes de la perspective plongeante. Donc quand on est en haut et qu’on regarde en bas en fait. Et la contre-plongée c’est l’inverse c’est quand on est dans New-York, qu’on regarde en haut.

C’est impressionnant. Les buildings par exemple.

Voilà, c’est des perspectives qui sont un peu extrêmes et déformées en fait.

Voilà, là on fait des exercices. C’est plutôt de la théorie entre guillemet appliquée. Et après, on pourra faire des natures mortes, on pourra faire des paysages urbains.

Oui, les natures mortes en contre-plongée, c’est possible mais bon, c’est dément,  il faut …

Paysage urbain. Allez, on y va.

---------- Démonstration

Donc on va commencer par la perspective plongeante. Alors comme en fait la différence avec la perspective standard c’est qu’on a trois points de fuite. Donc de la même manière que notre perspective, on va avoir une ligne d’horizon avec deux points de fuite ici qui vont nous permettre de dessiner des carrés en perspective comme on a déjà vu. Je fais ça à main levée. Par contre, tout ce qui est vertical, au lieu d’avoir des verticales qui restent verticales comme dans une perspective standard, on va avoir un troisième point de fuite vers lequel vont fuir les verticales. Et donc en fait, les verticales vont se déformer. Là, je fais ça à main levée. L’idéal c’est peut-être de le faire à la règle mais ici, on va faire à main levée. Donc si on dessine par exemple un immeuble, la base de l’immeuble sera ici. Et puis les verticales en fait sont déformées en perspective. Si on détermine que le haut de l’immeuble est là, de la même manière les lignes parallèles, ici ces lignes sont en parallèle, elles vont fuir sur ce point-là. Donc on a un côté de notre immeuble qui va être là. Donc on voit bien qu’il se déforme. Et l’autre côté, donc cette ligne qui est là va être parallèle à celle-ci donc elle fuit là.

Maintenant, je peux de la même manière créer une ville, mettre un deuxième immeuble à côté, un deuxième bloc. Donc la verticale qui fuit vers le bas. Ici, si on est plus haut et se dire que cet immeuble-là est plus haut que l’autre, voilà il est là, et moins large. Celui-là est ici. On peut créer comme ça des blocs assez simples. Et donc, on voit bien que toutes les verticales fuient ici. Si on est en dessous de la ligne d’horizon, c'est-à-dire qu’on est au-dessus. Ici, on est à mi-hauteur, on est à la hauteur du 25e étage. Si on a un immeuble qui est un peu plus bas, qui sera en-dessous, qui sera au 12e étage par exemple qui n’a que 12 étages, alors on va le faire ici derrière. Ça va être là. Par exemple, on détermine sa largeur ici. Donc toujours une verticale qui se déforme. Imaginons qu’il arrive à cette hauteur là. Cette ligne va fuir là. Celle-là va fuir là. Donc là cette fois-ci, on va voir le toit de l’immeuble alors qu’ici, comme on est au-dessus de la ligne d’horizon, on ne voit pas. Si vous voulez dessiner d’autres étages, il faudrait donc avoir ici des lignes qui fuient toutes là comme ça. Celle-ci serait horizontale donc s’aider de la perspective pour dessiner nos étages ou des fenêtres ou ce qu’on veut en fait. Ça c’est le principe de la perspective plongeante. On est au-dessus et en fait, on a le regard qui plonge vers le bas. Plus on va descendre, si on voulait dessiner je ne sais pas le sous-sol ou … Plus on va descendre, plus ça va se déformer. Il y a un moment où ça devient un peu trop exagéré. Plus on va descendre, plus c’est déformé, moins c’est réaliste.

Mais ça donne cette espèce de … un peu de sentiment de vertige.

Voilà de la même manière, plus on va s’écarter, plus les murs vont pencher. A un moment donné, ce ne devient plus réaliste.

Marie, OK, très clair sur la plongée urbaine, d’accord. Perspective plongeante. Et on parle quand même souvent de contre-plongée.

Oui, la contre-plongée c’est l’inverse en fait, c'est-à-dire qu’on est en bas de l’immeuble et on regarde vers le haut. Donc C’est la même construction dans l’autre sens en fait. On va partir.

Toujours trois points de fuite, c’est ça ?

De notre ligne d’horizon avec trois points de fuite. Donc les points de fuite habituels et puis un point de fuite qui va être cette fois-ci être tout en haut en fait.

Qui sert à la déformation.

Donc ici, on est en bas. On va dire donc qu’on va faire une perspective un peu écrasée sur le bas. Donc on va dessiner la base de notre immeuble comme ça. Et donc ça c’est la base de l’immeuble. Et de ces points-là, on va aller sur notre point de fuite qui est en haut. Donc les verticales, au lieu d’être verticales, elles vont fuir sur ce point de fuite qui est en haut. Donc je fais ça toujours à main levée, je vais essayer de faire ça à peu près droit. C’est un bon exercice de faire des traits à main levée d’un toit à l’autre. Je suis peut-être un peu approximatif mais c’est pour le principe. Les verticales, on voit bien qu’elles vont être toutes fuyantes vers ce point. Et si on détermine une hauteur par exemple là, donc on met notre mur qui est comme ça. De ce point-là, on va partir cette fois-ci sur ce point de fuite là puisque cette ligne-là sera parallèle à celle-ci et donc on va fuir ici. Alors on voit que ça donne des perspectives très déformées parce que j’ai mis les points ici très près pour bien comprendre. Ce serait plus réaliste si vous les avez éloignés un tout petit peu mais pour la compréhension de l’exercice, ça aurait été un peu plus difficile. Donc ça donne des perspectives qui seront vraiment très déformées, pas réalistes du tout. En fait, voilà notre immeuble en contre-plongée. On est en bas. On regarde. Donc on est en bas. On a les yeux à cette hauteur-là et on regarde vers le ciel. De la même manière après, On peut en construire autant qu’on veut. On peut en remettre un derrière qui va fuir ici. Il peut être plus haut qui donc ici, on ne verra jamais le toit des immeubles. Voilà, maintenant, il peut être un peu plus large. Donc ici, il va fuir comme ça. Et on peut comme ça construire toute une ville de la même manière si on a des fenêtres ou … Si on a cette fois-ci des lignes verticales sur l’immeuble, elles fuiront là bien sûr.  Si on a des panneaux, des fenêtres, tout ce qu’on veut, ils vont fuir dans un sens comme ça et comme ça dans l’autre sens. Ça accentue le fait de mettre des éléments d’architecture, ça accentue la perspective. Donc on voit que les verticales fuient vers un point qui est en haut. Toutes les lignes parallèles fuient sur deux points alors ici, un peu exagéré. Et bien sûr, en fonction de l’endroit où se situent ces points de fuite, ça va changer la perspective. Si on éloigne le point, ça va redresser un petit peu les fuyantes. Si on le rapproche, au contraire ça va accentuer très fort. Donc après, on peut jouer sur ces différents points de fuite pour changer les angles, accentuer plus ou moins les perspectives.

C’est dans ce sens-là. C’est bien dans ce sens-là.

C’est dans ce sens-là et dans ce sens-là.

C’est symétrique en fait. Les deux approches sont ... . Elles sont …

Oui, on pourrait les retourner mais bon après, bien sûr là ça pose pas mais … C’est le même principe l’un comme l’autre effectivement. Bon, ce qui est important de comprendre c’est que les verticales fuient en fait. Et bon, là, c’est vrai que c’est tout indiqué pour faire des paysages urbains mais ça peut aussi servir en modèle vivant.

D’accord.

Quand on a … si dans un décor comme ça, on veut mettre des personnages, il faut qu’ils se déforment comme ça. Tout doit être déformé comme ça en fait.

Même en paysage tu vas en forêt, etc. on va avoir les arbres en contre-plongée j’imagine.

Exactement, en fait on peut faire des trucs super. Et une petite chose aussi, exercez votre œil. Quand vous êtes dans une ville, quand vous êtes dans un lieu, observez ces déformations. C’est intéressant.

OK, ça marche. Au travail. A vous.

 

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Marie A. Dubois

Marie A. Dubois

Née dans une famille passionnée et militante où la liberté de parole était la règle, il a fallu jouer des coudes pour s’affirmer. La musique, la peinture, le théâtre, tout était prétexte à se réaliser et le monde des arts s'ouvrait à nous. Mon penchant pour le dessin et la peinture s’est imposé très rapidement, il accompagnait régulièrement mes jeux d’enfance pour illustrer les histoires que j’inventais, dessiner des personnages et créer leurs costumes pour me construire un monde imaginaire.


Tout naturellement, je me suis orientée vers des études artistiques qui m'ont permis de maîtriser le dessin d'observation, la perspective, les différentes techniques et médiums, la composition, l'étude du modèle vivant. Cette formation m'a conduit vers un parcours professionnel dans la communication visuelle, loin des chemins de bohème, tout en continuant à pratiquer ardemment ma passion.


En 2011, j'ai voulu transmettre ce savoir-faire en créant Eskisse, un cours de dessin dont la pédagogie s'appuie exclusivement sur l'observation du réel. De même qu'un musicien apprend à respirer, ma conviction est qu'un dessinateur doit d'abord apprendre à voir, prendre le temps de s'arrêter pour regarder le monde qui nous entoure et le comprendre. 


Ma pratique personnelle est, elle aussi, basée sur l'observation. J'ai fait le choix de dessiner et peindre sur le motif, souvent dans des lieux insolites, mais toujours porteurs de sens, et sources de créativité.

  • [Georges Lesur le 07/02/2017]

    MARIE j'ai bien suivi la démo des deux perspectives ! désirant représenter un escalier au bord d'un quai ,en partie inondé ! la photo a été prise sur le coté! la représentation qui me parait la plus juste serait en plongé ! mais ai je raison ? merci pour vos conseils! bonsoir et a bientôt . Georges.

    [Marie]

    Bonjour Georges, ça n'est pas facile de répondre sans voir la photo, mais pour vous aider observez les lignes verticales du sujet (verticales des marches, poteaux…). Si les verticales sont également verticales sur la photo, utilisez une perspective standard à 2 points de fuites. Si les verticales fuient vers le bas (un carré sera plus large en haut qu'en bas), utilisez une perspective en plongée. J'espère que mon explication vous aidera.

  • [Marie A. Dubois le 03/05/2016]

    Plutôt qu'une bête noire, quand on s'en amuse, la perspective peut être un jeu. Pour Kty, cette vidéo parle bien de la perspective en contre plongée ET de la perspective plongeante. Je me suis trompée dans mon commentaire précédent.

  • [Boutin maryse le 02/05/2016]

    merci pour ce rappel des perspectives!!!( 1 peu ma bête noir!!)très utile dans la pratique!!

  • [Marie A. Dubois le 30/04/2016]

    Merci Trezal. L'important de de se faire plaisir !

  • [Trezal le 30/04/2016]

    UN régal, votre exposé ! Et c'est vrai que suivant la disposition des points de fuite cela peut rendre un effet étonnant.Merci .

Page: 12

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Dessin
Difficulté Perfectionnement
Genre Les Bases Techniques
Durée de la Vidéo 11mn12