Les expressions de la main

---------- Introduction

Marie, on est en train d’apprendre à dessiner la main avec toi.

Oui.

Et là, on fait un truc particulier. Vous allez voir, c’est une innovation. Tu as travaillé sur un truc formidable. Raconte-nous.

Oui, au fait il y a quelques années, j’ai justement à partir des mains, j’ai voulu exprimer les sept péchés capitaux.

Excellent.

Uniquement à partir des mains. Donc j’ai fait toute une série d’esquisses de ma main dans différentes positions pour essayer d’exprimer ces sept péchés.

Ce qui est formidable c’est ce que tu dis depuis le début. Quand tu travailles sur la main tu dis, la main elle a des expressions. La main, elle dit des choses. Elle raconte plein de chose.

Oui, elle dit énormément de chose. Si sans changer mon expression de visage, si je fais ça, si je fais ça, si je fais ça, si je fais ça ou ça.

Il y a plein de trucs qui se passent.

J’exprime vraiment des choses différentes.

Culturelle, anatomique, il y a plein de choses qui se passent.

On parle beaucoup avec les mains. Donc les mains expriment vraiment des choses très importantes.

Donc cette vidéo là, c’est un complément par rapport à celle où tu nous apprends à dessiner. Là, on va passer en revue et tu vas analyser avec nous ce travail sur les mains. C’était toi le modèle ?

Oui.

Vous pouvez faire pareil, soyez le modèle.

Donc soit en direct avec ma main comme ça ou quelquefois dans certaines positions qui ne sont pas possibles avec un miroir.

On va montrer le petit montage à faire avec un miroir. On va essayer en vidéo de retranscrire ça. Et puis tu vas surtout nous faire participer, nous faire profiter de tout ça.

Et c’est aussi pour donner envie justement à chacun d’exprimer quelque chose et de faire des recherches de son côté.

Et montrer les champs des possibles. Elle est vaste. On y va

---------- Démonstration

Alors Marie, tu as choisi de commencer par quel péché ?

Moi j’ai commencé par la paresse. Ça me plait bien.

D’accord.

En fait, pour chaque péché, j’ai fait différents croquis donc en essayant vraiment d’exprimer ici la paresse donc avec la main comme ça, qui est vraiment, qui ne faisait rien. J’ai trouvé que ce n’était pas suffisamment fort donc après, j’ai pris la main vraiment qui est posée et qui ne fait vraiment rien, qui pend. Et donc par exemple, pour faire ça, il m’a fallu un miroir parce que forcément, la main vue de face comme ça, je ne pouvais pas le faire en direct.

On montrera tout à l’heure comment fonctionne le miroir.

Voilà pour la paresse. Donc j’ai sélectionné celle-ci qui me paraissait plus fort.

Alors par exemple pour la colère, je sais qu’il y en a une des deux que Fred n’aime pas tellement. Mais …

Censuré. Marie, tu vas être censurée.

Donc ici, j’ai sélectionné celle-là qui me semblait vraiment symbolique pratiquement. Ça c’est plutôt de la bêtise que de la colère. Donc là, celle-là est vraiment forte et ça devient un symbole en fait.

L’envie, voilà. C’était l’idée de la main qui voulait prendre quelque chose qui ne lui appartient pas forcément. Donc entre les deux, celle-là me semblait un peu trop agressive.

Elle est très agressive.

Elle est très agressive. Donc c’est pour ça, quand on voit entre ça et ça le gap qu’il y a entre les deux, c’est énorme. On voit vraiment que l’expression est complètement différente. Le dessin, c’est le même style de dessin mais c’est vraiment la main qui exprime quelque chose. Donc ici, cette main-là, pareille, ça s’est fait avec un miroir.

Elle va prendre quelque chose.

Alors ça c’est une perspective qui est assez difficile à réviser parce que tous les doigts sont raccourcis.

Super, très bon. C’est toujours ta main à chaque fois.

C’est toujours ma main.

OK.

On a ensuite dans l’avarice. Donc là, c’était l’idée de conserver quelque chose pour soi. Donc la main le plus fermée possible mais pas comme la colère. Donc on a toujours un poing fermé mais avec une forme de secret. On sent qu’il y a quelque chose à l’intérieur de la main. Et effectivement, pour avoir cette position de la main, c’est subtil mais j’avais quelque chose.

Elle avait un truc à la main.

Je ne me souviens plus quoi. Mais j’avais vraiment mis quelque chose à l’intérieur de ma main pour avoir ce sentiment de tenir quelque chose.

D’accord, c’est très clair.

Alors le plus difficile, ça a été la gourmandise parce que bon ben comment exprimer la gourmandise avec la main. Et là, j’ai eu un peu plus de mal. Et donc j’ai choisi celle-là qui dit … qui va prendre des choses, prêt à manger.

Qui dit c’est bon en fait.

Ah oui d’accord, c’est bon. C’est nickel, c’est bon.

Ça, ça a été celle qui m’avait paru le plus difficile,

une belle expression de main quand même.

La luxure n’était pas très difficile à représenter.

D’accord. Mais … Explicite.

Celle-ci n’est pas compréhensible.

Non.

Par contre, celle-là.

C’est quand même sur un pubis, c’est ça là ?

Comment ? Non c’était sur un sein en fait mais on ne connait pas. Donc on ne connait pas donc là, j’ai choisi celle qui est tout à fait clair.

OK, ça va.

Ensuite, il y avait l’orgueil. Et là, on peut dire que ce n’était pas facile non plus. Donc, j’avais essayé de faire la main,

ah c’est beau,

qui se retourne vers soi qui se montre en fait.

Elle est belle celle-là.

Alors pareil avec le raccourci du doigt ici et il y a une reprise on voit, ça c’est assez difficile. J’avais fait ça aussi, c’était un peu le docteur qui savait tout.

D’accord. Mais ça peut être aussi s’il vous plait, on lève le doigt donc.

Et puis donc j’ai choisi pour finir quelque chose d’un peu plus violent. Voilà, c’est le salut qui pour moi était aussi un peu symbolique.

Donc à partir de toutes ces esquisses, enfin toutes ces esquisses m’ont servi à faire en fait des peintures.

Oui, impeccable.

Bon, c’est magnifique. La symbolique est très forte autour de toutes ces poses. La main, c’est fort quoi.

Oui, et puis bon, c’était vraiment une recherche dans ce sens-là donc vraiment vouloir exprimer quelque chose. C’était vraiment le but du travail.

C’est pour ça qu’on a choisi d’en faire une séquence pour vous. Pour que vous preniez, d’abord tous les modèles, vous allez pouvoir les télécharger calmement et les reproduire. Vous en inspirez pour travailler avec sa main, c’est ça ?

L’idéal c’est de travailler avec sa main. Je pense qu’on apprend beaucoup plus de chose en travaillant avec sa main. Essayez quand même de prendre une pose confortable c'est-à-dire ne pas mettre son bras en l’air mais le poser sur quelque chose. Ça ne se voit pas forcément sur le croquis mais …

un quart d’heure, 20 minutes à peu près par main ?

Oui c’est ça, un quart d’heure, 20 minutes.

Donnez-vous ça aussi comme limite, c’est important pour l’apprentissage. Ne pas en dire trop, c’est toujours le même sujet. Et puis tu dis toujours observez et aussi rappelle-toi, tu dis toujours se faire plaisir, se faire du bien.

Oui, bien sûr.

Progresser et valoriser son travail. C’est bon ?

Oui.

A vous maintenant.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Marie A. Dubois

Marie A. Dubois

Née dans une famille passionnée et militante où la liberté de parole était la règle, il a fallu jouer des coudes pour s’affirmer. La musique, la peinture, le théâtre, tout était prétexte à se réaliser et le monde des arts s'ouvrait à nous. Mon penchant pour le dessin et la peinture s’est imposé très rapidement, il accompagnait régulièrement mes jeux d’enfance pour illustrer les histoires que j’inventais, dessiner des personnages et créer leurs costumes pour me construire un monde imaginaire.


Tout naturellement, je me suis orientée vers des études artistiques qui m'ont permis de maîtriser le dessin d'observation, la perspective, les différentes techniques et médiums, la composition, l'étude du modèle vivant. Cette formation m'a conduit vers un parcours professionnel dans la communication visuelle, loin des chemins de bohème, tout en continuant à pratiquer ardemment ma passion.


En 2011, j'ai voulu transmettre ce savoir-faire en créant Eskisse, un cours de dessin dont la pédagogie s'appuie exclusivement sur l'observation du réel. De même qu'un musicien apprend à respirer, ma conviction est qu'un dessinateur doit d'abord apprendre à voir, prendre le temps de s'arrêter pour regarder le monde qui nous entoure et le comprendre. 


Ma pratique personnelle est, elle aussi, basée sur l'observation. J'ai fait le choix de dessiner et peindre sur le motif, souvent dans des lieux insolites, mais toujours porteurs de sens, et sources de créativité.

  • [Karine BRAGARD le 03/04/2017]

    Impressionnant ! quel travail ! chapeau !
    Les expressions de l'orgueil me font immédiatement penser à ma mère. Exactement ça ! incroyable ! traits pour traits!
    Elle veut et a toujours raison sur tout ; personne ne peut la contredire ou discuter sérieusement ...Heureusement qu'avec l'âge, elle a tout de même changé., et que l'art nous permet de pouvoir communiquer , et de nous entendre mutuellement.
    L'art me permet de progresser. Il m' a déjà sortie de ce qui m'enfermait complètement et me faisait mourir. Je le sens loin derrière moi !
    Il possède un don thérapeutique extraordinaire qui permet de nous libérer de nos traumatismes ... en tout cas de nous libérer en partie quand un traumatisme est très puissant et nous a profondément affecté depuis notre enfance.

    Merci Marie pour partager avec nous votre beau et très grand talent !

    [Marie]

    Merci Karine, continuez donc à dessiner, peindre… Ce sont des moments où le temps passe sans que l'on s'en rend compte !

  • [EPINOUX Anne-Marie le 09/04/2016]

    quel travail!! bravo je vais essayermerci

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Dessin
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Style Personnages
Durée de la Vidéo 07mn10