Dessiner une main, la base

---------- Introduction

Marie, la main, c’est super compliquée non ?

On va voir comment décortiquer justement pour construire pour que ça ne soit pas trop compliqué. On va essayer de simplifier ça.

C’est rempli d’os, rempli d’articulations, rempli de mouvements.

On va commencer par voir comment ça se construit.

Des petites recettes. Des recettes qui simplifient pour vous donner confiance pour dessiner des mains. On y va

---------- Démonstration

Donc quand on dessine la main, la main est assez différente en fait vu du dessus ou vu du dessous. Donc au-dessus, on voit essentiellement les tendons ici qui apparaissent. Alors suivant les gens, si les gens sont âgés, s’ils ont une main un peu en chair ou pas, on va les voir plus ou moins et on voit les os ici des articulations.

A l’intérieur par contre, on a des masses de muscles qui se répartissent. Et donc je vais vous faire un petit croquis rapide de comment se répartissent ces masses de muscles. Donc on retrouve la paume de la main qu’on a vu tout à l’heure, un peu rectangulaire  avec les doigts. Le pouce va être ici. Et l’avant-bras donc. Très rapidement, on a ici ce muscle-là qui vient prolonger le pouce en vérité. On a une deuxième masse de muscle qui vient ici sur l’extérieur de la main. Et puis ici, on a également de la chair là, des muscles qui vont se raccrocher aux doigts pour qu’on voie bien cette ligne en général.

Le coussin.

Voilà donc l’accroche avec le poignet, elle est là. Et les doigts qui se dessinent plus large ici et plus fin au bout avec bien sûr la longueur des doigts différente entre chaque doigt. Et je vais mettre les articulations des phalanges qui se dessinent.

Déjà, rien qu’avec un dessin très succinct comme ça, on voit déjà apparaitre la main. Ici, on voit aussi souvent l’os du radius qui est là qui vient se raccrocher. Donc on a ces masses de muscles là, ces trois masses qui sont importantes à bien voir notamment quand on bouge et quand on va faire après les ombres et les lumières.

OK très clair. Marie, c’est parti. On commence comment la main Marie ?

La main, on va déjà la dessiner très stylisée. Donc on va commencer par la paume en fait de la main qui se présente un peu comme un carré en fait, qui s’accroche donc à l’avant-bras. Et la paume qui est un petit peu en arrondie ici. Et de la paume partent les doigts qui se terminent également en arrondi comme ça. On a les quatre doigts. Et le pouce qui vient se raccrocher ici à la moitié de la paume.

Alors à l’intérieur de la main, en fait ce qui est important c’est de comprendre un petit peu un minimum sans faire vraiment d’anatomie mais la structure des os. Donc on a ici un groupe de petits os qui sont très collés ensemble en fait qui est le carpe. Il y a 8 petit os ici qui forment une masse assez compacte. On a ensuite le métacarpe qui sont des os longs qui viennent ici dans la paume se raccrocher avec une articulation là qui raccroche chaque doigt. Et on a ici donc également un os qui part. Donc on a les 5 os du métacarpe qui passent vers les 5 doigts. Et ensuite, on a les phalanges. Donc les phalanges qui ont aussi leurs articulations un peu en arrondies comme ça. Donc on a la phalange ici. La phalangine qui est la deuxième phalange et la petite phalangette qui est un peu pointue comme ça. Et le pouce en fait n’a que deux phalanges. Il n’a donc que deux articulations. Donc ça c’est intéressant de le faire au moins une fois. En fait c’est comprendre ce qui se passe à l’intérieur pour mieux dessiner ce qu’on voit à l’extérieur. Donc ça c’est vraiment la structure.

Donc on comprend que cette masse-là est assez compacte.

C’est mobile quand même.

C’est mobile mais pas trop parce qu’en fait, ce sont des os qui sont très soudés.

D’accord.

Alors qu’ici, ces articulations-là sont beaucoup plus souples et notamment quand on sert la main comme ça, on a cette partie-là qui se resserre en fait. Donc le bras également, enfin la main qui bougent par rapport au poignet comme ça. Par contre, quand on tourne la main comme ça, ça ne tourne pas d’ici mais ça tourne vraiment du coude. Quand on tourne la main comme ça.

Donc quand on met tout ça en perspective parce que généralement, quand on dessine une main, on est en perspective. On a donc en fait cette partie de la paume qui est on va dire un peu un bloc. Je vais le dessiner vraiment très stylisé donc un peu épais, plus épais ici et un peu plus fin on va dire à l’endroit des doigts donc en arrondi. On a notre arrondi qui est là. Voilà donc ça c’est vraiment très stylisé. Et donc les doigts vont partir ici. On a nos 4 doigts ici. Et le pouce qui est ici. Donc on peut dessiner comme ça les doigts en fait en petites tubes.

Ça y est, on la voit la main.

Et donc nos phalanges qui viennent ici. On a le premier doigt ici, un doigt là. Voilà, donc on a ici nos quatre doigts plus le pouce qui va venir ici. Ça c’est vraiment comme un bloc. C’est vraiment fait comme un bloc.

Bien sûr quand on dessine une main, il faut qu’on pense à cette architecture. Mais bien sûr, la main, elle est mouvante et jamais comme ça plaquée. Donc elle bouge et en fait c’est au niveau de ces articulations que ça va bouger. Et donc par exemple, s’il y a un doigt qui est plié, on voit tout de suite le mouvement du pli du doigt. Bien sûr avec ici le bras.

Alors Marie, les proportions de la main avant de passer à d’autres plans.

Oui, une petite chose que je n’ai pas dite c’est qu’en fait, la hauteur de la paume est à peu près égale à la hauteur du plus long doigt.

Ok ça marche. C’est un bon repère.

La main est à peu près aussi c’est important quand on fait une main sur un portrait ou sur un personnage, la main est assez grande. On a souvent tendance à dessiner les mains petites. La main est assez grande. Elle fait à peu près la taille de la face.

C’est grand.

Il faut passer par les exercices comme ça.

Oui, ce sont des exercices qui servent surtout à comprendre comment ça marche pour, quand on dessine, savoir ce qu’on dessine en fait. Et ne pas se dire ouh lala qu’est-ce que c’est que ce truc.

Savoir la machine qui est à l’intérieur. C’est ça qui est très bien.

Voilà, savoir un peu comment ça fonctionne.

Comment s’articule. Effectivement, ce n’est pas simple pour l’oublier et pour passer après à d’autres trucs plus importantes. On dessine et on s’exprime. On fait s’exprimer les mains. Le langage des mains, c’est l’objet de toutes les vidéos qui vont suivre.

Exactement.

Mais passez par cet exercice-là, c’est important de maîtriser ça. A vous.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Marie A. Dubois

Marie A. Dubois

Née dans une famille passionnée et militante où la liberté de parole était la règle, il a fallu jouer des coudes pour s’affirmer. La musique, la peinture, le théâtre, tout était prétexte à se réaliser et le monde des arts s'ouvrait à nous. Mon penchant pour le dessin et la peinture s’est imposé très rapidement, il accompagnait régulièrement mes jeux d’enfance pour illustrer les histoires que j’inventais, dessiner des personnages et créer leurs costumes pour me construire un monde imaginaire.


Tout naturellement, je me suis orientée vers des études artistiques qui m'ont permis de maîtriser le dessin d'observation, la perspective, les différentes techniques et médiums, la composition, l'étude du modèle vivant. Cette formation m'a conduit vers un parcours professionnel dans la communication visuelle, loin des chemins de bohème, tout en continuant à pratiquer ardemment ma passion.


En 2011, j'ai voulu transmettre ce savoir-faire en créant Eskisse, un cours de dessin dont la pédagogie s'appuie exclusivement sur l'observation du réel. De même qu'un musicien apprend à respirer, ma conviction est qu'un dessinateur doit d'abord apprendre à voir, prendre le temps de s'arrêter pour regarder le monde qui nous entoure et le comprendre. 


Ma pratique personnelle est, elle aussi, basée sur l'observation. J'ai fait le choix de dessiner et peindre sur le motif, souvent dans des lieux insolites, mais toujours porteurs de sens, et sources de créativité.

  • [Karine BRAGARD le 03/04/2017]

    Oui c'est grâce aux nombreux muscles que nous avons dans la partie intérieure de notre main que nous pouvons bouger aisément tous ces petits os qui composent notre main. Si nous perdons ces muscles, il nous devient de moins en moins possible de tenir un crayon en main pour tenter de dessiner ou bien encore un stylo pour écrire une phrase. Je suis déjà passée par-là ; heureusement j'ai pu retrouver une petite activité depuis une dizaine d'années qui me permet de me remuscler au mieux, avec davantage de matière sur mes os...Je suis bien plus libre maintenant !

    Je pense entre autre à Marie, avec l'âge, la pratique quotidienne du dessin est certainement une excellente activité pour essayer de conserver au mieux toute sa dextérité !


    [Marie]

    Oui Karine, la pratique quotidienne du dessin est excellente pour progresser… Pour les muscles, je ne sais pas.

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Dessin
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Style Personnages
Durée de la Vidéo 09mn06