Prise de mesure pose debout

Résumé de la vidéo :

Toujours sur un modèle vivant, ci-après les étapes à suivre pour prendre des mesures sans faire des erreurs de proportion.

La prise de mesure

La première étape consiste à prendre des repères sur le modèle vivant à l’aide d’un petit bâton. En général sur une pose debout, il faut mesurer la hauteur de la tête et la dupliquer sur le corps. Comme rien ne presse, il faut prendre son temps afin d’obtenir des mesures précises. Le dessin d’un modèle vivant fait en général 7 têtes. Mais sur celui-ci, il y a 8 têtes du fait de la main au-dessus et le pied qui vient en perspective. Ensuite, des repères vont être placés sur le dessin. Après avoir choisi la taille du sujet, il faut chercher le milieu et diviser chaque partie en 4. Pour la largeur, la mesure à prendre va du coude gauche jusqu’au coude droite, ce qui donne 2 têtes et demi.

Dessiner les grandes lignes

La deuxième étape consiste à poser tout d’abord la tête puis rechercher les aplombs à partir de là. Une fois que l’œil gauche est posé, il est possible de voir où se situent les pieds. Il faut commencer par les aplombs faciles à trouver en quadrillant le dessin avec des verticales et des horizontales. Un fil à plomb permet de tracer un axe vertical puis de voir ce qui s’y passe. En plaçant tout de suite la hauteur du pied de devant, il est facile de repérer l’emplacement de celui de derrière.

Ensuite, tout ce qui se passe sur les repères doit être noté sur le dessin. Les deux tétons arrivent à la hauteur du premier repère sachant que le droit est plus haut. Le nombril se situe au niveau du troisième repère, le pied arrière à 6 têtes et demie et la pointe de l’orteil à 8 têtes. Une fois que la tête et les pieds sont en place, il faut construire le reste du corps en utilisant toujours le quadrillage du début.

Il faut commencer par les épaules et les hanches, les éléments les plus importants pour tout structurer avant de terminer le dessin. Pour placer le cou et les épaules, il faut s’aider de l’aplomb entre le crâne et l’arrière du dos. Par rapport à l’avant du visage, le buste vient plus en avant. Ensuite viennent le nombril, le pubis et les jambes. Il faut également voir comment s’articule le bras. Pour le moment, il faut dessiner uniquement les grandes directions.

Au cours du dessin, il ne faut pas hésiter à revérifier les dimensions. Comme son nom l’indique, c’est un modèle vivant donc il est tout à fait possible qu’il bouge un petit peu. Si on soupçonne une erreur de proportion, il ne faut pas tout gommer mais plutôt vérifier chaque élément par rapport à un autre : la hauteur du coude par rapport au nombril par exemple. En dessinant le modèle définitif, l’œil remet tout en place en indiquant où se situe le bon trait.

La pose n’est pas très difficile mais la base de ce modèle vivant réside dans l’observation. Il faut prendre son temps pour la prise de mesure afin de ne pas se tromper. La rigueur est également très importante dans ce travail.

 

 

Marie A. Dubois

Marie A. Dubois

Née dans une famille passionnée et militante où la liberté de parole était la règle, il a fallu jouer des coudes pour s’affirmer. La musique, la peinture, le théâtre, tout était prétexte à se réaliser et le monde des arts s'ouvrait à nous. Mon penchant pour le dessin et la peinture s’est imposé très rapidement, il accompagnait régulièrement mes jeux d’enfance pour illustrer les histoires que j’inventais, dessiner des personnages et créer leurs costumes pour me construire un monde imaginaire.


Tout naturellement, je me suis orientée vers des études artistiques qui m'ont permis de maîtriser le dessin d'observation, la perspective, les différentes techniques et médiums, la composition, l'étude du modèle vivant. Cette formation m'a conduit vers un parcours professionnel dans la communication visuelle, loin des chemins de bohème, tout en continuant à pratiquer ardemment ma passion.


En 2011, j'ai voulu transmettre ce savoir-faire en créant Eskisse, un cours de dessin dont la pédagogie s'appuie exclusivement sur l'observation du réel. De même qu'un musicien apprend à respirer, ma conviction est qu'un dessinateur doit d'abord apprendre à voir, prendre le temps de s'arrêter pour regarder le monde qui nous entoure et le comprendre. 


Ma pratique personnelle est, elle aussi, basée sur l'observation. J'ai fait le choix de dessiner et peindre sur le motif, souvent dans des lieux insolites, mais toujours porteurs de sens, et sources de créativité.

  • [Karine BRAGARD le 02/04/2017]

    Merci Marie pour ta démonstration des prises de mesures ...
    Véronique m'a beaucoup impressionnée de part son incroyable talent à pouvoir rester vraiment immobile durant de très longues minutes...

    [Marie]

    Oui Karine, modèle vivant est un métier très physique…

  • [Marie A. Dubois le 17/12/2015]

    Brigitte, vous avez raison de remercier le modèle. C'est un travail difficile.

  • [Brigitte payen le 17/12/2015]

    Merci pour cette leçon sur le nu très instructif, merci aussi pour le modèle vivant;

  • [Marie A. Dubois le 12/12/2015]

    Le meilleur moyen de progresser est de pratiquer, c'est particulièrement vrai pour le modèle vivant. Les mesures sont utiles pour démarrer un dessin et permettent de ne pas faire de grosses erreurs de proportions.

  • [Pasqui R le 12/12/2015]

    Merci pour cette leçon. Je peins plus que je ne dessine et j'ai très envie de passer au nu. Il faut observer et posséder une certaine rigueur qui permet sans doute de mieux sentir le modèle par la suite et trouver son style. Je vais revenir plusieurs fois sur cette vidéo et merci à l'artiste !

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Dessin
Difficulté Perfectionnement
Genre Les Bases Techniques
Style Personnages
Durée de la Vidéo 17mn27