Dessiner une pomme dans tous ses états

 

Ceci est un extrait. La vidéo est disponible en location ici >>>

 

Vous ne visualisez pour l'instant qu'un extrait de la vidéo.
L'intégralité de cette vidéo est disponible en location ou par abonnement.
>> Toutes les options sont accessibles à droite de la vidéo <<


Résumé de la vidéo :

Les pommes sont très intéressantes à dessiner. C’est un sujet universel que tous les artistes peuvent trouver facilement. Le travail parait simple mais il faut passer par différentes étapes pour le réussir. Ce fruit va être décliné dans quatre différents états : une pomme entière, une croquée, une coupée et un trognon.

La pomme entière

Une pomme verte assez ronde sert de modèle. Sa forme est vraiment particulière. Lors de la sélection de ce fruit, ce n’était pas le plus beau qui a été choisi mais plutôt celui qui a du caractère. Pour avoir plus de précision, le dessin se fait avec de la pierre noire. Une fois que le dessin et la forme sont placés, il faut travailler les valeurs pour donner du relief à la pomme. Pour y arriver, les zones d’ombre et de lumière sont définies et dessinées légèrement. Il ne faut pas hésiter à cligner des yeux pour observer les ombres. Le démarrage se fait avec douceur sans appuyer sur le crayon. Le dessin a été accentué sans faire un contour. Pour rectifier le travail, il est possible d’utiliser soit la gomme classique, soit la mie de pain.

La pomme coupée

Pour que la pomme soit intéressante, il faut miser sur un fruit asymétrique. Pendant le travail, il faut bien observer la hauteur par rapport à la largeur. Pour la dessiner en perspective, elle sera placée à la même base que la pomme entière. En cas de difficulté, il ne faut pas hésiter à prendre des mesures. Comme le modèle a une forme un peu spéciale, il faut la ressentir dans le dessin. Lors de l’observation, ses formes doivent être considérées comme géométriques.

La pomme croquée

Une fois que la pomme est croquée, il faut la dessiner en essayant de ressentir son caractère. Pour équilibrer le tableau, les deux pommes entières seront placées de chaque côté. Ce modèle doit être vraiment dessiné avec ses propres formes. Pendant le dessin, il ne faut pas oublier de réserver les zones de lumière. L’idéal serait de travailler rapidement sur la partie croquée car cette zone s’oxyde de manière assez vite. Sur cet exercice, le plus dur est d’étalonner les valeurs. Les bords n’ont pas été définis pour donner une ouverture et créer un peu de vie. C’est l’œil qui va reconstituer la forme de la pomme.

Le trognon de la pomme

Dessiner ce magnifique trognon de pomme est très intéressant. La particularité de ce modèle est sa forme abstraite qui n’est pas prédéfinie. Il faut donc la dessiner comme des figures géométriques et bien observer sa direction. Le travail doit commencer sur la partie de la chair car elle va vite s’oxyder. Il y a des ombres et des lumières et de différentes couleurs. Il faut essayer de reconstituer le volume et les tâches de la pomme. C’est un travail très structuré avec des formes abruptes, des angles et des arêtes.

Conclusion

Pour se lancer dans cette aventure, le premier conseil donné par un professionnel est de bien observer afin de pouvoir reproduire le modèle placé devant soi. Pour casser la monotonie, le sujet doit avoir une particularité. Au lieu de prendre une pomme ronde par exemple, il faut opter pour celle qui a une bosse. Et c’est cette caractéristique qui doit être mise en exergue pour donner au résultat une personnalité.

 

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Marie A. Dubois

Marie A. Dubois

Née dans une famille passionnée et militante où la liberté de parole était la règle, il a fallu jouer des coudes pour s’affirmer. La musique, la peinture, le théâtre, tout était prétexte à se réaliser et le monde des arts s'ouvrait à nous. Mon penchant pour le dessin et la peinture s’est imposé très rapidement, il accompagnait régulièrement mes jeux d’enfance pour illustrer les histoires que j’inventais, dessiner des personnages et créer leurs costumes pour me construire un monde imaginaire.


Tout naturellement, je me suis orientée vers des études artistiques qui m'ont permis de maîtriser le dessin d'observation, la perspective, les différentes techniques et médiums, la composition, l'étude du modèle vivant. Cette formation m'a conduit vers un parcours professionnel dans la communication visuelle, loin des chemins de bohème, tout en continuant à pratiquer ardemment ma passion.


En 2011, j'ai voulu transmettre ce savoir-faire en créant Eskisse, un cours de dessin dont la pédagogie s'appuie exclusivement sur l'observation du réel. De même qu'un musicien apprend à respirer, ma conviction est qu'un dessinateur doit d'abord apprendre à voir, prendre le temps de s'arrêter pour regarder le monde qui nous entoure et le comprendre. 


Ma pratique personnelle est, elle aussi, basée sur l'observation. J'ai fait le choix de dessiner et peindre sur le motif, souvent dans des lieux insolites, mais toujours porteurs de sens, et sources de créativité.

  • [Catherine Widmer le 19/03/2017]

    superbe réalisation ! comme toujours :)

    [Marie]

    Merci Catherine, à vous d'en faire autant !

  • [ maximilien lambert le 18/03/2017]

    Un exemple fabuleux, j'ai tendance à dessiner trop gros et de ce point de vue c'est déjà une première leçon. Avec le modèle en regard on a l'impression de dessiner soi-même. Lorsque c'est le cas dans la video c'est réellement un plus. Merci beaucoup pour cette magistrale démonstration.

    [Marie]

    Merci pour vos encouragements. Dessin trop gros ? Tout dépend du résultat que vous voulez obtenir. Il faut une adéquation entre l'outil et la taille du dessin. Par exemple, on ne fait pas un petit dessin avec un gros fusain et un grand dessin avec un outil fin vous prendra beaucoup de temps.

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
DisciplineDessin
DifficultéPerfectionnement
GenreLes Applications
StyleNatures mortes
Durée de la Vidéo43mn44