Suggérer la végétation à l'aquarelle

---------- Introduction

Evelyne, un peu de paysage ?

Oui, pour revoir un petit peu les ciels, les fondus d’un paysage lointain et du premier plan.

Premier plan, travail essentiel.

Enfin revoir un petit peu un paysage simple.

Tout est dit. On y va.

---------- Démonstration

Alors l’outremer avec un petit peu d’alizarine pour le ciel, c’est un petit peu bleu ça. On va griser avec un petit peu de sienne naturelle. Toujours le principe du gris avec les trois couleurs primaires. Donc là, j’ai utilisé l’outremer, la sienne naturelle, les cramoisies d’alizarine. Et selon la quantité de l’un ou de l’autre, j’obtiens un gris.

Ça, ce sera pour ce ciel un petit peu automnal de Normandie puisqu’on est dans le bocage normand. Et pour les arbres, je vais utiliser je vais partir alors on suggère les arbres. On va vraiment donner l’impression de masse, de haies comme elle existe dans le bocage.

Je vais commencer avec du vert green gold au début qui est un vert bien lumineux qui sera le même qui me servira pour la prairie. Et ce vert lumineux donnera les lumières sur le haut des arbres. Et ensuite, je foncerai ce green gold. On peut utiliser aussi le vert olive qui est un petit peu moins pétant, on va dire moins lumineux. Vous voyez, il est plus vert mais j’aime bien avoir celui-là dans les lumières pour vraiment montrer la lumière sur le dessus des arbres.

Donc le vert olive, le green gold et puis dans ces vert-là, on va ajouter ou de l’indigo ou du… si j’ajoute du bleu outremer, j’aurai un vert que sera plus bleuté. Si j’ajoute de l’indigo, ce sera un petit peu plus fort. C’est une autre tonalité là, c’est plus bleuté. Là, on est plus dans le vert. J’utiliserai celui-là pour faire les ombres sous les arbres, les tâches foncées.

Et puis dans les arbres qui sont un peu rouge… Alors les arbres qui sont jaunes, j’utiliserai la terre de sienne naturelle. Les arbres qui sont un peu rouge, je peux utiliser l’alizarine avec la sienne naturelle pour avoir la tonalité des arbres rouge de l’automne. Et je n’oublie pas les petites vaches que je mettrai avec un ton la même chose crème de terre de sienne brulée, terre de sienne naturelle, un petit peu de terre de sienne brulée pour les ombres. Pour les maisons, ce sera la même tonalité que le ciel mais en plus fort.

J’ai mouillé mon papier pour le tendre mais je vais remouiller la zone ciel. Voilà. Juste la zone ciel pour pouvoir travailler le ciel et les arbustes.

On va attendre deux minutes maintenant pour que l’humidité soit bien absorbée. Pendant ce temps-là, je vais préparer ma couleur comme j’ai dit : bleu outremer, alizarine, un petit peu de sienne naturelle.

Il n’est pas très compliqué ce ciel. On va vraiment jouer des tonalités. On n’oublie pas que le papier absorbe et va donc diminuer l’intensité de la couleur. Si on veut garder des blancs pour avoir l’effet des nuages en bande, on y va.

Et pendant que mon papier est encore mouillé, je vais poser les tonalités des arbres qui vont comme ça se fondre dans le ciel, les tonalités claires sur le dessus des arbres comme j’ai dit tout à l’heure, les lumières. La lumière est de la gauche. On voit bien que la lumière arrive de ce côté. Donc la lumière sera sur le dessus des arbres.

On dépose simplement des touches de couleurs qui vont se fondre dans le papier qui est mouillé. Et je vais pouvoir maintenant mettre la tonalité un petit peu plus forte donc le vert olive avec le bleu. Le foncé, on viendra le mettre tout à l’heure. Il faut aussi essayer de varier les verts, mettre différentes tonalités.

Alors pourquoi ne pas ajouter un petit peu puisqu’on est dans les couleurs d’automne. On fait ce qu’on veut si on veut réchauffer un petit peu l’atmosphère. Et on va laisser sécher ça. On peut tant que c’est humide travailler toujours. Mais là, il faut savoir aussi s’arrêter pour que le papier travaille et ne pas aller trop loin dans le mélange des couleurs.

Maintenant que le papier est sec, je vais pouvoir travailler mon premier plan, l’herbe que je voulais très verte avec le green gold qui est là au premier plan. Cette arbre elle est en plein soleil donc on va vraiment suggérer la lumière qui est dedans.

On va rajouter un petit peu de jaune lumineux dans tout ça. Les petites vaches, on laisse une petite tâche et on suit la végétation, le terrain. Le terrain est un petit peu en pente donc on respecte cette pente. Pendant que c’est encore humide, je vais rehausser un petit peu.

Et pendant que ça s’assèche en essayant de ne pas mettre mes mains dessus, je vais retravailler dans mes arbres en les séparant les uns des autres c’est-à-dire qu’on voit bien que cet arbre-là par exemple est devant celui-là. Donc comment on le voit ? Parce que la valeur de celui-là est plus forte que celui-là donc on va simplement assombrir l’arbre qui est derrière pour faire ressortir celui-là. Chacun marche comme ça. Celui-là est plus clair que celui-là qui est derrière. On n’est pas non plus obligé d’être dans la représentation absolue de chaque arbre mais c’est intéressant d’en faire ressortir quelques-uns du lot.

Comme ça, je sépare le premier du second et même éventuellement de celui qui est derrière. Ça parce que la lumière vient de gauche. Donc c’est plus facile de travailler quand la lumière vient de la gauche. Enfin c’est plus facile de trouver l’endroit d’où vient la lumière. Et si ici, on veut qu’il en ait à nouveau un, on va le faire sortir. C’est une forme de travail en négatif.

J’insiste un petit peu sur la séparation des arbustes pour que vous puissiez bien comprendre comment ça fonctionne. Dans ce jus qui est mouillé-là, dans le lavis que je viens de poser, je peux bien sûr renforcer certaines ombres et éventuellement en profiter pour rehausser des couleurs là-haut.

Maintenant on est dans la représentation des arbustes. On se sert de ce qu’on a mis au premier passage. Alors toujours plus foncés par le bas les arbres là où ils sont posés au sol.

Ici de ce côté, c’est en fait vraiment le… il y a une nuée là-bas en dessous. Et c’est vraiment elle qui va déterminer le sous bassement des arbres. On rehausse encore un tout petit peu le bas ici pour vraiment donner du volume parce que c’est vraiment très foncé. Et puis ces arbres, ils ont une ombre. Ils donnent de l’ombre là sur le sol.

Alors je vais m’occuper des toits des petites maisons. Je reprends la couleur que j’avais utilisé pour le ciel, un gris violet. Ce sont des ardoises les toits de Normandie. Comme la lumière vient de la gauche, les toits qui sont à droite sont bien sûr beaucoup plus à l’ombre. Les maisons sont en pierre donc c’est vraiment un gris.

J’attends deux minutes pour pouvoir faire les petites vaches. C’est plus des tâches que des vaches. Voilà auxquelles j’ajouterai une toute petite pointe de sienne brulée au niveau des ombres. Et elles auront bien sûr leur ombre portée sur le sol. L’ombre portée des toits des maisons et voilà.

Voilà le paysage normand, un paysage ciel un peu gris avec des nuages blancs trainés, je ne sais plus le nom des paysages. On recommence tout, j’en n’ai pas assez de nuages.

On l’a fait. Tout à fait intéressant, il pleut.

Si, il faut apprendre à faire des nuages.

Moi, je ne sais pas.

Allez on y va. Voilà un beau paysage très apaisé.

Oui, un paysage normand de début d’automne avec le feuillage qui commence à prendre couleur, un ciel un peu gris avec des nuages bas et une prairie au premier plan. C’était vraiment pour apprendre à faire le ciel, le lointain, le premier plan et avec des fonds techniques. On a vu, les arbres ont été faits dans le mouillé du ciel et ça ça a été fait en mouillé sur sec.

Voilà. Cette technique il faut vraiment acquérir et répéter.

C’est un exercice de base je dirai pour apprendre vraiment à travailler un paysage.

Et on se fait plaisir ça fait du bien en plus c’est agréable, agréable à faire, agréable à regarder après. N’hésitez pas.

C’est jolie la Normandie.

Et belle exercice pour vous, n’hésitez pas. Au boulot maintenant.

Amusez-vous.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Evelyne Leroy

Evelyne Leroy

é une bonne partie de ma jeunesse, mais c’est à l’âge adulte que je me suis décidée à suivre un cours d’aquarelle pour en découvrir les règles et les mystères ;

J’ai été élève à l’école d’art de Douai quelques années, et parallèlement, j’ai suivi un cours de techniques mixtes à l’atelier « Cantin de la Cour » pour libérer mon dessin et aller plus loin à la rencontre de moi-même…
Je poursuis cette recherche notamment au cours de stages, de rencontres et de moments de partage avec des aquarellistes confirmés tels David Chauvin, Patrick Larcebal, Joelle Krupa-Astruc, Thierry de Marichalar, Victoria Prischedko ou Cao Bei An ;
J’anime un atelier aquarelle depuis plusieurs années, pour partager ma passion et permettre à d’autres de s’exprimer avec couleurs et pinceau ;
J’organise régulièrement des sorties « carnet de balade » pour saisir sur le vif un paysage, une silhouette, un petit coin de nature et transcrire sur le papier l’émotion ressentie.

Mon parcours m’a amenée à participer à de nombreuses expositions à titre collectif ou individuel, parfois récompensée de prix, mais pour moi la plus belle récompense c’est l’attention, l’intérêt que le public porte à mes aquarelles !!

  • [Evelyne Leroy le 21/06/2016]

    Bonjour Martine, pour répondre à votre question, oui in peut laisser le pigment issu d'un tube sur la palette, il suffit de le rehumidifier avant de l'utiliser à nouveau ( l'idéal étant de pulvériser de l'eau) .Vous pourrez trouver des palettes sur beauxarts.fr, il en existe même avec un couvercle hermétique qui permet de conserver le pigment moelleux !J'espère avoir répondu à votre attente ?AmicalementEvelyne

  • [Hayoun martine le 20/06/2016]

    Bonjour Evelyne et Fred. L'aquarelle est en tube. Peut on la conserver sur la palette ? Ou trouve t on ces palettes? Merci martine

  • [Evelyne Leroy le 31/05/2016]

    Merci Simone ! voilà un commentaire qui me va droit au c?ur !!! je suis ravie de pouvoir vous aider à progresser et prendre du plaisir à pratiquer l'aquarelle !! je n'ai qu'un conseil à vous donner : continuez !!! ;-)AmicalementEvelyne

  • [Naem simone le 31/05/2016]

    merci Evelyne pour cette démonstration claire, simple et en apparence seulement facile , car pour arriver à cette sensation de facilité, il faut avoir acquis une maîtrise de la technique qui demande beaucoup de travail ! patience et persévérance ! je suis contente car grâce à vous j'ai l'impression de progresser.

  • [Roseline Adrien le 27/05/2016]

    Waouhhhhh! Cela paraît si simple Evelyne ! Vivement le stage ! Bises .Roseline .

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Aquarelle
Difficulté Expertise
Genre Les Bases Techniques
Style Paysages
Durée de la Vidéo 22mn25