Les gestes de base à l'aquarelle

---------- Introduction

Les gestes de base à l’aquarelle, de l’aquarelliste.

Oui, c’est important. C’est important parce que peindre à l’aquarelle ou peindre en général, ce n’est pas … c’est un défaut que j’ai eu longtemps, on me disait tu peints comme tu écris.

C'est-à-dire ?

Parce que je tenais mon pinceau comme un stylo. Et voilà. Peindre c’est tenir son pinceau de façon différente, de façon plus libre. Et il y a différentes façons. On peut effectivement peindre comme on écrit mais y apposer la couleur, il y a tracer un trait, il y a caresser le papier, il y a épouser le papier avec son pinceau. Et ce n’est pas comme colorier ou dessiner. On voit quelquefois des gens qui peignent à l’aquarelle comme s’ils avaient un feutre. Donc ils font des petites choses comme ça. D’accord. Je vais vous montrer des gestes qui sont plus adaptés.

Il y a mieux à faire à l’aquarelle.On va faire des exercices. Nous allons vous enseigner des exercices.

---------- Démonstration

Alors on a son papier, on a la palette, de l’eau. On va commencer à peindre sur le papier. Donc, je vais vous montrer d’abord le pinceau petit gris, le vrai pinceau de l’aquarelliste comme on dit, celui qui retient beaucoup de lavis parce que je vous montre. Il se gorge d’eau et retient l’eau et il peut donc amener beaucoup de lavis sur le papier. Alors je prends de l’eau avec mon petit gris. Je vais chercher du pigment. On va travailler avec du bleu outremer parce que c’est un bon exemple. Je charge mon petit gris de pigment et je vais sur le papier. Alors non pas comme avec un crayon comme ça mais on va épouser le papier avec le pinceau. Si je vais faire un arrondi, je vais bien saisir mon pinceau et tourner. C’est mon pinceau qui caresse le papier et prend le mouvement, prend la forme que je veux donner.

D’accord.

On tourne. Si je … là j’ai du lavis, je fais des formes pleines c'est-à-dire que je suis dans le lavis. Je mouille mon papier avec du pigment coloré. Voilà, hop. Je suis dans l’eau, je fais un lavis. Mais je peux travailler avec mon pinceau moins mouillé. Donc là, je vais juste accrocher les aspérités du papier. Là, j’ai vraiment un toucher léger de papier.

Je peux faire des traits vifs malgré tout en tenant mon pinceau différemment par la pointe. Donc là, j’aurai des traits plus vifs.

Très concentrés quoi.

Comme si je voulais faire de l’herbe ou des choses comme ça ou des grands traits ou voilà. Je peux tenir mon pinceau autrement que près de sa virole.

Je vous ai montré pour le petit gris. Le pinceau en poil de martre est plus vif et plus nerveux. Donc lui, il ne fera pas le même genre de traits. Ce sera plus incisif.

Oui net, plus net

Alors le trait sera plus … il retient moins de pigment mais voilà, il est capable de faire un trait net. Mais on peut aussi le tenir plus près si on veut faire quelque chose de précis. Allez, un petit bonhomme ou plus loin si on veut partir dans des traits…, voilà. Le pinceau en poil de martre se tient de la même façon.

Si je prends à long manche alors là, je suis encore plus libre mais …. On va presque travailler debout. Donc c’est celui qu’on appelle le trainard. Il a un long poil. Et donc lui, il va prendre du pigment. Et alors lui, utilisons-le justement avec une grande légèreté. Mais toujours avec légèreté. Il peut aussi s’écraser. On va descendre pour le … voilà. Il y a trainard à long manche, il y a trainard avec petit manche pour des choses avec des poils encore plus long que l’autre. Mais pareil. Grande légèreté dans le mouvement. Il est très fin. Voilà.

Après, je vais vous montrer par exemple comment faire… J’ai oublié le pinceau rectangulaire qui lui va donner de très beaux effets. Justement, c’est un petit gris mais il va donner des effets … voilà. Une brosse en fait. Voilà, c’est une brosse mais il retient le pigment de la même façon. Donc lui, on le travaille pour faire des formes plus géométriques. Ça peut être pour dessiner des maisons, des immeubles, même des arbres. On peut en avoir besoin. Et dans sa tronche, il va être plus raide. Voilà. On peut avoir besoin de ce genre de pinceau.

Et si je veux par exemple dessiner de l’herbe, alors je vais amener du pigment. On va changer, on va la faire verte. Alors l’herbe se travaille comme toute aquarelle du plus clair au plus foncé. Et on va juste montrer le geste. Donc l’herbe, attention parce qu’on a tendance à faire des champs de poireau. De l’herbe, ça se travaille avec une grande liberté. Et on peut partir de la pointe de l’herbe vers la base, et on croise et on a des mouvements libres. Alors en bas, oui, on peut rehausser un petit peu parce que l’herbe est plus dense en bas. Et puis on va s’en aller un petit peu plus loin. On n’arrête pas et on repart. Mais surtout évitez quand vous faites un paysage d’avoir ça au premier plan.

C’est mignon. C’est ce que tu appelles un petit champ de poireau ? Non, je rigole.

Non bien sûr. Voilà et puis on mélange ses couleurs. De l’herbe c’est … et puis on revient remettre du bleu.  On fera un tuto spécialement pour l’herbe, la verdure. Oui. Mais  voilà un petit peu l’idée. Et surtout avec de l’eau, je peux revenir reprendre du pigment et tirer encore plus.

Il reste le pelage aussi à montrer rapidement.

Le pelage lui, on va le faire marron. Donc on fait une tâche qui peut déjà ressembler à un effet de pelage.  Et avec le pinceau qu’on appelle le pinceau épée parce qu’il a la forme d’un fleuret. Je vais venir comme je l’ai fait avec l’herbe, tirer.

Donc tu mets en fait une base de pigment sur le papier et puis tu le traces.

On la tire. Généralement, on a déjà fait un premier lavis dessous qui vient transparaitre à travers.

Ce n’est pas sur le blanc.

Et puis on peut rehausser un petit peu. On va reprendre du pigment comme on l’a fait pour l’herbe. C’est comme ça qu’on suggère en fait le pelage ou une chevelure puisqu’on ne va pas dans une chevelure comme j’ai montré, ce n’est pas gentil ce que je le fais mais …, comme un champ de poireau. On a quelquefois des chevelures avec tous les traits qui sont faits comme ça.

Une petite brosse, une coupe à la brosse.

Voilà. Ça peut être mignon mais bon.

Ce n’est pas comme ça qu’on fait.

C’est un peu enfantin on va dire cette façon de faire. On est plutôt dans la gestuelle, les valeurs. Tirer des … alors qu’on a des valeurs plus fortes, des valeurs plus claires. Comme ça, il y a des petites zones claires qui apparaissent. Voilà une façon de suggérer. Et tant que mon pinceau est chargé, je continue parce que tout doucement, il va décharger et il fera comme ça les nuances de couleurs. Voilà.

Aujourd’hui, c’est moche. C’est l’art abstrait en aquarelle.

Je ne te promets pas que ça va faire partie du tableau du mur des trophées. J’ai un doute. Mais il fallait. Ce n’est pas grave. On voulait vous montrer les gestes. C’est important.

Oui, Il faut habituer son poignet. Il faut acquérir une certaine souplesse  du poignet. Il ne faut pas être rigide. Ce n’est pas facile mais il faut l’apprendre, il faut faire des mouvements, pleins de déliés comme à l’école. On fait des lignes de e, des i. Faites des lignes, des boucles et de …

On l’a fait dans d’autres techniques non ?

Oui, c’est ça. C’est important. Des traits pour avoir des traits noirs, incisifs.

C’est comme faire les gammes.

Apprenez à faire des lignes.

Allez, au boulot maintenant.

Evelyne Leroy

Evelyne Leroy

é une bonne partie de ma jeunesse, mais c’est à l’âge adulte que je me suis décidée à suivre un cours d’aquarelle pour en découvrir les règles et les mystères ;

J’ai été élève à l’école d’art de Douai quelques années, et parallèlement, j’ai suivi un cours de techniques mixtes à l’atelier « Cantin de la Cour » pour libérer mon dessin et aller plus loin à la rencontre de moi-même…
Je poursuis cette recherche notamment au cours de stages, de rencontres et de moments de partage avec des aquarellistes confirmés tels David Chauvin, Patrick Larcebal, Joelle Krupa-Astruc, Thierry de Marichalar, Victoria Prischedko ou Cao Bei An ;
J’anime un atelier aquarelle depuis plusieurs années, pour partager ma passion et permettre à d’autres de s’exprimer avec couleurs et pinceau ;
J’organise régulièrement des sorties « carnet de balade » pour saisir sur le vif un paysage, une silhouette, un petit coin de nature et transcrire sur le papier l’émotion ressentie.

Mon parcours m’a amenée à participer à de nombreuses expositions à titre collectif ou individuel, parfois récompensée de prix, mais pour moi la plus belle récompense c’est l’attention, l’intérêt que le public porte à mes aquarelles !!

  • [Georges Lesur le 09/09/2016]

    très démonstratif ;merci

  • [Evelyne Leroy le 26/03/2016]

    Merci Catherine, oui il faut s''entraîner pour assouplir le poignet et trouver les bons gestes !Bon amusement !

  • [Kty razza le 25/03/2016]

    Essentiel les bases !! il faut faire des exercices tout le temps pour progresser ... :) très sympa en tous cas. merci

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Aquarelle
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Durée de la Vidéo 08mn54