Les gris colorés en Aquarelle

---------- Introduction

Evelyne, tu vas nous parler des gris colorés.

Alors oui, les gris colorés, les couleurs taupes ou couleur souris, gris souris. Donc en fait, ce n’est plus des gris. Ce sont des couleurs assourdies. Ce sont les couleurs qui sont faites avec les trois primaires qui donc donnent un gris mais qui va être avec des nuances pour pouvoir nuancer une aquarelle, mettre une ombre, assourdir une couleur. C’est important de connaitre, de savoir faire des gris colorés.

Voilà, le mot est dit. Par contre, on dirait que je suis moins bavard. Je n’arrive même pas à placer juste un petit truc.

Non. Le gris c’est moche en fait. Le vrai gris, enfin le gris froid.

C’est froid.

voilà, tu l’as dit. Mais alors, le gris chaud, c’est magique. C’est éteint, c’est gris. Tandis qu’un gris chaud, un gris coloré, un gris avec une tonalité, ça amène un plus à l’aquarelle.

On y va.

---------- Démonstration

Alors Evelyne, on démarre par le matériel, tu sais à chaque fois.

Oui alors comme c’est un exercice vraiment de présentation des couleurs, j’ai une palette très simple avec les trois primaires. Le bleu cobalt, l’auréolin et la garance rose de chez Winsor et Newton.

Ça marche.

Voilà, ce sont des couleurs transparentes. C’est important pour faire des gris de mélanger des couleurs transparentes.

Très bien. On y va c’est parti.

Alors je vais faire un petit rappel des couleurs, du cercle chromatique puisque les gris vont partir du cercle chromatique.

C’est toujours bon les rappels comme ça.

Voilà, je rappelle le jaune. Alors la couleur qu’on estompe à l’eau claire, on revoit en même temps la technique de l’estompe de la couleur. Le bleu cobalt.

Toute petite touche, tu mets vraiment …

Oui, voilà, je pose une touche. Voilà, que l’on fond à l’eau claire. Et la garance rose.

La rose, quand tu as dit, elle paraissait marron. Ah oui, c’est garance rose. Voilà, c’est une couleur très claire, très transparente. Voilà.

Et on revient sur les primaires.

Voilà, on est sur les trois couleurs primaires.

Donc on va rappeler que si on mélange le jaune et le rose, on obtiendra de l’orangé. Donc pour faire son mélange, si on démarre avec un jaune et que l’on ajoute une pointe de rose dedans, on obtiendra un orangé très clair, très jaune. Si on démarre du rose dans lequel on ajoute une pointe de jaune, on aura un orangé beaucoup plus rose, beaucoup plus vif. La même chose pour les trois autres couleurs.

Si je démarre du jaune dans lequel j’ajoute une pointe de bleu, j’aurai un vert très jaune, à nuance jaune.

D’accord.

Si je pars du bleu dans lequel j’ajoute une nuance de jaune, j’aurai un vert plus bleuté. Voilà.

Super. Merci pour ce rappel.

Je continue. Mais oui, avec le rose et le bleu, donc voilà, on aura du violet plus rose. Et si je pars … on met toujours en premier la couleur dont on veut obtenir la nuance principale. Là si on veut un violet plus bleu, on mettra plus de bleu, on mettra le bleu au départ dans lequel on ajoutera une pointe de rose. Voilà, donc le cercle chromatique est revu. On va maintenant voir les couleurs complémentaires. C’est important pour travailler les gris.

Donc quand on mélange les couleurs deux à deux c'est-à-dire que si je mélange de l’orangé, j’ai pris … si je fais de l’orangé, j’ai pris du jaune et du rose. Le bleu va rester seul donc le bleu sera … on dira que le bleu est le complémentaire de l’orange. Si je mélange le bleu avec du rose, j’obtiendrai un violet. Celle qui va rester seule c’est le jaune. Donc à ce moment-là, on dira que le jaune est complémentaire du violet. Si je mélange le rose avec du jaune, mais non je l’ai fait. Du bleu avec du jaune.

Tu t’y perds toi-même.

Oui, les couleurs c’est … Il faut vraiment … on obtient du vert. Et le complémentaire du vert sera donc celle qui reste toute seule, le rose. Ok ?

Ça marche. On a bien compris, elle fonctionne deux à deux. Celle qui reste, c’est la complémentaire.

Je vais en profiter pour refaire un petit … une échelle des valeurs. C’est bien intéressant de… puisqu’on est en train de travailler les couleurs, de revoir ce qu’on appelle l’échelle des valeurs. Donc je vais le faire par exemple ici avec un vert. Donc on a la couleur qui est forte au départ. On va un petit peu l’éclaircir et puis encore un petit peu et puis encore un petit peu. Voilà. Ça c’est une échelle des valeurs, d’une valeur forte, d’une valeur moyenne jusqu’à pratiquement le blanc du papier.

Alors mon histoire de gris. L’histoire du gris, c’est de mélanger … alors si on mélange à valeur égale les trois couleurs primaires c'est-à-dire du jaune, du bleu et du rose, j’obtiendrai un gris qu’on appelle neutre. Voilà, là c’est le … la référence. Voilà. Mais ce gris peut être nuancé selon qu’on utilisera plus de bleu, plus de rose ou plus de jaune. On reste toujours avec nos trois primaires. Et ce gris va venir illuminer certaines couleurs, se marier avec certaines couleurs.

Imaginons que j’ai un jaune dans mon aquarelle. Je mets dans ce petit rond par exemple. On a vu que la couleur complémentaire du jaune c’était le violet donc on va essayer de faire un gris plutôt violet. Pour faire un gris violet, on va mélanger du bleu avec du rose et la couleur que j’ajouterai la dernière c’est celle que je mettrai le moins : c’est la couleur qui est dans mon petit rond. Et j’obtiens comme ça un gris violet. Vous allez me dire que ce n’est pas un gris. C’est ce qu’on appelle un ton souris. Voilà le gris violet qui vient faire chanter le jaune.

De la même façon, si j’ai un bleu dans mon aquarelle. Là, c’est bleu cobalt mais ça peut être n’importe quel bleu. Là, j’utilise vraiment des couleurs primaires transparentes mais cet exercice peut être fait avec beaucoup d’autres couleurs, beaucoup d’autres bleus, beaucoup d’autres jaunes, beaucoup d’autres roses. Le tout c’est d’essayer d’utiliser quand même des couleurs transparentes. Donc, on a vu que la complémentaire du bleu était l’orange. Donc on va essayer de faire un gris, un ton orangé, une couleur sourde orangée, une couleur souris. Donc on va partir d’un mélange d’orangé dans laquelle on mettra un soupçon de la couleur du milieu qui est le bleu c'est-à-dire que j’aurai un gris, un ton souris qui sera plutôt orangé.

De la même façon, si je mets un rose dans mon milieu, la complémentaire du rose étant le vert, et bien j’aurai une couleur, un ton plutôt vert dans mon gris. Donc je mélange du bleu et du jaune et la couleur que j’ajoute en dernier une petite pointe c’est le rose. Donc j’obtiendrai un ton sourd qui sera plutôt à tonalité verte. Voyez bien la différence qu’on peut déjà obtenir avec les mêmes couleurs. Vous voyez les couleurs assourdies que l’on obtient.

De la même façon, les complémentaires ont leurs gris complémentaires. C'est-à-dire que le vert par exemple puisqu’on vient de partir du vert. Donc on va faire … c’est un peu technique mais bon, il faut le faire tranquillement à la maison soi-même en regardant l’exercice que je fais.

C’est tout l’intérêt de l’exercice. C’est très utile. C’est de le refaire soi-même pour voir la magie des mélanges, pour la constater, c’est super important.

Voilà donc on a du vert. Donc la complémentaire du vert, c’est pour ça que je les ai mis là pour qu’on ait un rappel mnémotechnique, la complémentaire du vert étant le rose, on va essayer de faire un gris un peu rosé. Donc là, ça se corse un petit peu parce que c’est moins facile qu’au début. On n’avait que la dernière à ajouter. Donc on va partir d’un rose avec un peu de bleu et un peu de jaune, un tout petit peu. Et donc la couleur qu’on mettra le plus c’est le rose. Voilà. Un gris rosé qui va répondre au vert.

Si je fais un violet dans mon petit rond, la couleur complémentaire du violet étant le jaune, je vais essayer de faire un ton souris, un ton qui soit un peu jaune. Donc la couleur qu’il y aura le plus c’est le jaune. C’est toujours le mélange des trois.

Tout en finesse. C’est vraiment … là, on est vraiment dans la nuance, il faut vraiment le trouver, il faut vraiment …

Voilà une couleur assourdie qui sera plutôt tirant vers le jaune.

Ensuite, la dernière c’est l’orange. Alors attention, on dit tirant vers le vert, le rose, ce n’est pas vers le vert, le jaune, c’est dans la nuance comme tu dis Fred. Donc là, le gris sera plus bleu. On va faire un mélange avec un petit peu plus de bleu mais on utilise toujours les trois pour avoir le ton, ce qu’on appelle le ton souris. Voilà. Un gris plus bleuté.

Il y en a déjà … on a une variété de gris différents et après, ça peut… voilà, ça se propage à l’infini. N’hésitez pas à faire des essais, à mélanger. Vous voyez qu’avec trois couleurs,  on peut obtenir une palette importante de tons sourds, de tons souris, de tons taupe, enfin appelez-les comme vous voulez. C’est toujours à partir des trois couleurs primaires et surtout se rappeler des complémentaires. C’est important quand on fait … imaginez un coucher de soleil avec de la neige, vous mariez ces deux couleurs là, c’est super.

Les tons souris, les tons taupe, les gris colorés, tout en finesse.

C’est un exercice de référence. N’hésitez pas à le faire et le refaire. Partez du cercle chromatique, marquez au besoin les couleurs : le jaune, le bleu, le rose, les couleurs primaires, les couleurs secondaires, les complémentaires. C’est bien de commencer cet exercice par là pour savoir où on va.

Puis rentrer dans l’univers.

Ça c’est juste un petit plus que j’ai fait parce qu’on oublie souvent l’échelle des valeurs. Donc savoir qu’une couleur va de la plus foncée à la plus claire.

Ça entraîne l’esprit, on rentre dans l’univers.

Et ensuite les gris colorés, n’hésitez pas à noter comment vous l’avez fait. Donc je vous rappelle que si c’est le jaune au milieu, c’est la couleur qu’il y a le moins dans le mélange.

Si c’est le jaune au milieu, c’est la couleur qu’il y a le moins dans le mélange. Notez le.

Donc si c’est le bleu au milieu, ce sera laquelle qui sera le moins dans le mélange ?

Bleu non ?

Voilà, c’est mnémotechnique pour l’exercice. Après, quand vous serez dans votre aquarelle, il faut avoir intégré ça pour ne plus devoir y penser quand on fait l’aquarelle. Mais gardez-le dans votre dossier avec des petites annotations, c’est important.

Est-ce bien clair ? A vous maintenant.

Evelyne Leroy

Evelyne Leroy

é une bonne partie de ma jeunesse, mais c’est à l’âge adulte que je me suis décidée à suivre un cours d’aquarelle pour en découvrir les règles et les mystères ;

J’ai été élève à l’école d’art de Douai quelques années, et parallèlement, j’ai suivi un cours de techniques mixtes à l’atelier « Cantin de la Cour » pour libérer mon dessin et aller plus loin à la rencontre de moi-même…
Je poursuis cette recherche notamment au cours de stages, de rencontres et de moments de partage avec des aquarellistes confirmés tels David Chauvin, Patrick Larcebal, Joelle Krupa-Astruc, Thierry de Marichalar, Victoria Prischedko ou Cao Bei An ;
J’anime un atelier aquarelle depuis plusieurs années, pour partager ma passion et permettre à d’autres de s’exprimer avec couleurs et pinceau ;
J’organise régulièrement des sorties « carnet de balade » pour saisir sur le vif un paysage, une silhouette, un petit coin de nature et transcrire sur le papier l’émotion ressentie.

Mon parcours m’a amenée à participer à de nombreuses expositions à titre collectif ou individuel, parfois récompensée de prix, mais pour moi la plus belle récompense c’est l’attention, l’intérêt que le public porte à mes aquarelles !!

  • [Karine BRAGARD le 27/03/2017]

    Super

    [Evelyne]

    Merci !

  • [Georges Lesur le 09/09/2016]

    je pense qu'il existe une vidéo sur le contrôle de l'humidité du pinceau (pour obtenir un mélange homogène, ex: couleur déposée ensuite pointe ! lors des gris colorés) mais ou trouver l'exemple? merci.

    [Evelyne]

    Bonjour Georges, je pense que le meilleur moyen de contrôler le degré d'humidité du pinceau est de le tester sur le dos de votre main. ensuite vous découvrirez vous même en procédant par essais/erreurs le dosage de couleur qui convient pour vos mélanges. Bon amusement !

  • [Georges Lesur le 07/09/2016]

    j'ai fait mon exercice des gris colorés ,avec satisfaction! mais je peine un peu dans le contrôle de l' humidité du pinceau et le mélange sur la palette (utilisation des différents pinceaux;) merci pour tes conseils.

    [Evelyne]

    Bonjour Georges, La Fontaine disait "Patience et longueur de temps ...." je pense que cet adage s'applique parfaitement à l'aquarelle ! il faut essayer, tester, faire et refaire.... Bon amusement Evelyne

  • [Melusine le 23/03/2016]

    Merci Evelyne pour tous ces conseils de rappels fondamentaux.

  • [Evelyne Leroy le 12/03/2016]

    Merci à vous, on ne revoit jamais assez ses bases ;-) !!

Page: 12

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Aquarelle
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Durée de la Vidéo 12mn47