Peindre les reflets de l'eau à l'huile

---------- Introduction

Un sujet qui revient régulièrement dans la peinture à l’huile en particulier, c’est la difficulté de peindre des reflets dans l’eau dans une surface d’eau.

Selon si l’eau est agitée ou complètement … on va dire calme. Du coup, les effets sont différents et la méthode l’est tout autant.

On y va. Au boulot, au travail.

---------- Démonstration

Notre vidéo concerne le reflet de l’eau. Alors pour ça, on a fait une sélection de matériels. Pour le choix des couleurs, forcément j’ai choisi des couleurs on va dire qui vont dans le thème c’est-à-dire des bleus et jaunes pour pouvoir faire, pour pouvoir créer des verts qui seront nuancés avec de l’ocre jaune avec du brun, donc de la terre d’ombre brulée et de la terre de sienne naturelle, du rouge de cadmium et du blanc de titane.

Dans les pots ici, nous avons du médium à peindre pour fluidifier la peinture ou la rendre plus facile à travailler et de meilleure qualité également et un petit peu effectivement d’essence de térébenthine pour pouvoir diluer le pinceau quand c’est nécessaire.

Et enfin, il y a un petit assortiment de pinceaux. Ici, il y a toutes sortes. Vous voyez, il y a des brosses plates, des pinceaux ronds avec des poils plus ou moins courts.

Mieux vaut en avoir plusieurs à sa disposition quitte à ne pas tous les utiliser mais au moins qu’ils soient disponibles et veillez à ce qu’ils soient tous propres et en tout cas de qualité c’est-à-dire avec les poils quand même qui soient… que les poils soient droits et pas complètement éparpillés dans tous les sens. C’est à ça qu’on distingue la qualité d’un pinceau, en tout cas l’état du pinceau.

On va commencer par mettre les couleurs. On va commencer par appliquer le ciel. Dans un effet de recherche de réalisme, on va utiliser la perspective atmosphérique qu’on a déjà vu dans une vidéo c’est-à-dire que le haut du ciel va être plus foncé que le bas.

On va créer maintenant une petite plaine qui sera bondée par la rivière. De nouveau, comme le ciel est la loi de la perspective émotionnelle, le fond va être plus pale. Ça permettra de créer une profondeur parce que plus on s’éloigne, plus les objets s’éclaircissent. Ça, on avait déjà vu. Même si on fait une petite peinture, on va dire rapidement parce que ce n’est pas ça le dessus le sujet. On va quand même garder un réalisme.

Pareil ici. Par exemple, on va créer nos éléments notamment on peut mettre en place quelques montagnes. Pour ça on va utiliser cette teinte-là. Et de nouveau, elles vont être très pales vu qu’elles sont éloignées.

Maintenant que les éléments sont installés, on va pouvoir créer l’eau et ainsi que tous ses reflets. Pour ça, il faut déjà comprendre une chose : c’est que le reflet commence à partir de la base de l’objet. Par exemple pour l’arbre, il faut savoir qu’on ne va pas représenter le tronc dans son intégralité puisque celui-ci va commencer seulement à partir de sa base c’est-à-dire qu’il va y avoir tout ça de caché.

Par exemple ici, c’est comme une symétrie c’est-à-dire qu’on peut plier la feuille imaginons et l’arbre se retranscrit à partir de sa base. On a notre eau ici. Maintenant, tous les éléments sont représentés.

Il faut savoir que pour représenter l’eau, c’est toujours plus ou moins verdâtre parce que soit parce qu’il y a des algues, soit en tout cas enfin en tout cas pour notre rivière. La mer était différente bien sûr. C’est parce qu’il y a toujours c’est justement le reflet de l’herbe ou alors des algues à l’intérieur, ce qui fait que l’eau est bien souvent verdâtre avec différentes nuances par exemple. Il va y avoir la lumière qui va retranscrire, qui va se refléter à certains endroits.

Maintenant pour les reflets, ce qu’il faut savoir c’est que le reflet commence à la base du sujet. C’est vraiment une symétrie donc on ne représente pas l’objet plus grand qu’il ne l’est réellement. On ne le déforme pas. C’est vraiment un effet miroir parce que là, ce n’est pas une ombre. C’est vraiment un effet miroir et ça commence à la base de l’objet.

Par exemple si on prend la montagne, voilà la montagne. Finalement, celles-ci vont être cachées puisqu’elles sont bien trop éloignées alors que celles-ci si on prend la base et qu’on prend la mesure, voilà plus ou moins approximativement. Je vais préparer mon pinceau pour donner un repère.

Si on prend la mesure, on met le doigt sur la vérole pour prendre la mesure et on la retranscrit ici sur l’eau. Et là, on voit que le sommet de la montagne ne se verra que sur ce petit coin ici. Le reste ne se verra probablement pas parce que vous voyez, si on fait les marches et l’effet symétrique, on arrive dans l’herbe donc c’est vraiment inutile et faux. Ce serait vraiment faux de représenter toute la zone de montagne puisqu’en vérité, on ne voit que le sommet de la plus grande ici.

Même chose pour le tronc. De nouveau, on fait marcher les résymétriques. Donc là, on a la mesure. On prend la mesure du tronc d’arbre comme ça, on la retranscrit ici à partir de la base c’est-à-dire que notre tronc ne sera pas plus grand que ça. On essaie donc de garder l’alignement, vraiment on pense au miroir. On a ici notre tronc. Ce qui signifie qu’autour de ça, il va y avoir le feuillage.

Et pour les herbes, tant que l’image est au vertical comme ici comme pour l’arbre, c’est facile, c’est assez évident. En revanche, quand on a des objets qui sont obliques, là par exemple c’est pour ça que j’ai laissé ces grandes herbes ici qui partent un peu voilà dans tous les sens qui sont vraiment arrondies, il faut respecter l’effet miroir de nouveau et pas forcément en fonction du sens de l’image mais vraiment de manière verticale par exemple.

Par exemple ces arbres ici, si on prend l’effet miroir et au niveau de la dimension toujours, nous avons des herbes qui partent en oblique sur la gauche. Sur le reflet, on va faire la même oblique, la même courbe mais qui part toujours sur la gauche comme un miroir.

Ça c’est vraiment une eau stagnante très calme, comme un lac vraiment sans mouvement. Dans ce cas, l’effet miroir est vraiment intégrale c’est-à-dire jusqu’au bout et on va représenter les mêmes détails. Si vous représentez toutes les feuilles ou chaque branche ou etcetera du coup, il faudra refaire la même chose sur l’eau.

Par contre si c’est une eau qui est en léger mouvement, alors dans ce cas effectivement on peut juste créer… alors en prenant une brosse propre voilà on peut créer… on peut passer tant que la peinture est encore fraiche sur le lieu de travail de l’eau à l’horizontale. Comme ça, ça floute en quelque sorte l’image. Ça crée un mouvement. Donc on peut faire à l’horizontal.

Mais dans tous les cas, finir à la verticale dans le sens de l’eau parce que ce mouvement-là va créer justement un flou naturel puisque l’eau est en mouvement. On va quand même bien différencier la berge en créant justement une ombre ici. Ça marquera davantage la limite entre la berge et le reflet.

Et si on veut vraiment créer plus de mouvement parce que l’eau a bougé parce que l’eau a toutes sortes d’effets et surtout savoir comment les représenter donc pour ça, je vais prendre ce pinceau-là. Pour créer une eau qui est en mouvement, on va éviter de représenter l’image telle qu’elle. Par exemple ici, on va le faire sur le tronc.

On va revenir avec la couleur de l’eau à certains endroits. On va créer des zones en fait ça fait… voilà il faut comparer ça à plusieurs facettes de miroir un peu comme si un miroir était cassé, ce qui fait que la lumière part dans tous les sens. C’est pour ça qu’on superpose des zones d’ombres et d’autres avec plus de lumière et ça va empiéter sur le reflet.

Comme là, on a représenté l’eau avec ses zones d’ombre ses zones de lumière comme une boule à facette c’est-à-dire qu’il y a vraiment des éclats qui sont superposés, on va faire la même chose avec les sujets notamment l’arbre et les feuilles etcetera. Par exemple le tronc va pouvoir être légèrement déformé.

Même chose pour la zone de montagne. Comme tout à l’heure l’eau était vraiment stagnante, vraiment plate donc on a représenté comme je l’ai dit de manière symétrique. Ici, l’eau est beaucoup plus mouvementée donc on peut se permettre de modifier légèrement la taille de l’objet avec justement ces différents éclats de lumière.

Il y a donc trois points essentiels à retenir quand on représente le reflet de l’eau. C’est que la symétrie et l’effet miroir donc le reflet commence à partir de la base de l’objet. Il ne faut pas se tromper.

Et ensuite, c’est que les teintes dans l’eau sont beaucoup plus ternes donc un peu plus foncées ou en tout cas plus vertes ou un peu plus bleutées forcément parce que la couleur est influencée par celle de l’eau. Même si l’image va être totalement la même sur une eau stagnante, les teintes vont être légèrement différentes. Donc ça, c’est important.

Et troisième chose, c’est bien évidement le mouvement de l’eau c’est-à-dire on représente l’objet tel qu’il est sur une eau stagnante. Par contre, si c’est une eau qui est en mouvement, on va jouer sur les éclats d’ombre et les éclats de lumière et ça va forcément créer une torsion, une distorsion de l’objet mais légèrement.

On ne va pas non plus par exemple ici l’arbre, on ne va pas s’étaler. On va quand même rester forcément dans la zone. Mais on peut se permettre de mettre des petites touches sur les abords.

Voilà les reflets dans l’eau. Tu vas nous dire c’est un problème d’observation, d’application ?

Au-delà de l’observation, c’est aussi une histoire de connaissances.

C’est comme on l’a vu dans la vidéo, il y a cet effet miroir mais qui commence à la base du sujet. Ne pas se tromper avec la base de l’eau et puis justement les courants aussi, si c’est vraiment l’effet miroir ou au contraire s’il va falloir travailler par touche comme des facettes. On a vu ça.

Ça se termine d’ailleurs comme ça dans le sujet.

Exactement.

Tout est dit. Maintenant, c’est à vous.

Amandine gilles

Amandine Gilles

Diplômée en Histoire de l’art à l'Université de Tours et formée dès le plus jeune âge à la peinture traditionnelle au sein d’ateliers privés.

 

Aujourd'hui, artiste-peintre, peintre sur commande et créatrice d'un blog sur la technique de peinture à travers duquel des accompagnements en ligne sont proposés.

 

Mes expériences au sein du milieu artistique de Paris et de Bruxelles, ainsi que le conseil en fournitures de Beaux-arts qui a été mon métier pendant plusieurs années m'ont fortement aidé à mettre tout cela en place.
Mon but est de partager et de transmettre des connaissances d’une passion commune et d’un patrimoine artisanal qu’il est nécessaire de sauvegarder.

  • [Gisèle Varenne le 12/10/2016]

    Merci pour cette vidéo instructive . Enfin un véritable pas à pas ! Peu d'images en accéléré , des explications détaillées , des plans rapprochés où l'on a le temps de voir le geste du peintre et non sa main ...continuez dans cette voie !

  • [Beyssac marie paule le 29/05/2016]

    Clair, limpide, constructif....et technique indispensable. Un bon aliment pour la route.

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Huile
Difficulté Perfectionnement
Genre Les Bases Techniques
Style Paysages
Durée de la Vidéo 18mn42