Mediums pour peinture : Recette N°2: Peinture brillante sur support légèrement grenu

Résumé de la vidéo :

Cet exercice rentre toujours dans les techniques traditionnelles de la peinture à l’huile. Après la préparation du support, il faut passer aux couches picturales. Les médiums à utiliser dépendent de la finition souhaitée. Les produits qui vont être fabriqués dans cette deuxième étape peuvent être utilisés sur des supports moins lisses, une toile fine avec un lin fin bien serré par exemple : du liant, du diluant, du vernis à retoucher et du vernis provisoire.

Le matériel

Pour cet exercice, il faut prévoir de l’essence de térébenthine, de l’huile de lin polymérisée, du médium siccatif Harlem Duroziez, du baume de térébenthine de Venise, des flacons pour les différentes étapes, une balance et des compte-gouttes. Avant de commencer, tous ces ingrédients doivent être réchauffés au bain-marie pour faciliter le mélange.

La première étape : le liant

Pour fabriquer le liant, il faut mettre dans le flacon 7g de baume de térébenthine de Venise, 13g d’essence de térébenthine, 5g de siccatif de Harlem et 5g d’huile de lin polymérisée ou standoli.

La deuxième étape : le diluant

Pour confectionner le diluant, il faut mettre dans un flacon 2g de baume de térébenthine de Venise, 8g d’essence de térébenthine, 8 gouttes de siccatif de Harlem et 8 gouttes d’huile de lin polymérisée. Comme les produits sont tièdes, ils se mélangent facilement.

La troisième étape : le vernis à retoucher

Pour le vernis à retoucher, il faut mélanger doucement 10g d’essence de térébenthine avec 1g de baume de térébenthine de Venise. Le flacon n’a pas besoin d’être secoué puisque les produits se fondent spontanément entre eux.

La quatrième étape : le vernis provisoire

Pour fabriquer le vernis provisoire, il faut mettre dans le flacon 7g de baume de térébenthine de Venise, 14g d’essence de térébenthine, 1g de siccatif Harlem. Pour terminer, il faut rajouter 20g d’essence de térébenthine au mélange.

Au final dans cette technique ancienne, les mêmes bases ont permis d’obtenir une peinture brillante sur un fond légèrement grenu. Il y a le liant qui permet d’enrichir la peinture, le diluant qui est utile pour peindre, le vernis à retoucher qui facilite la reprise d’une séance à une autre et le vernis provisoire qui sert à protéger la toile en attendant le durcissement, à nourrir le pigment et à uniformiser la surface en cas d’embus.

Catherine Courdil

Catherine Courdil

Troisième Art est l'atelier de Catherine Courdil-Bouthinon, artiste-peintre que des années d'études artistiques et de recherches personnelles ont formée aux techniques anciennes.

Aujourd'hui spécialisée dans la copie de tableaux de Maîtres, le portrait contemporain et le nu, cette artiste applique à son travail le savoir faire technique des anciens peintres.

  • [Cyan le 27/09/2016]

    Bonjour Catherine, Bonjour Fred,

    J'ai entendu et lu dans la recette n°3 que c'est le VD1 qui serait utiliser dans ce cas.
    Mais,
    Pour cette recette n° 2, peut-on utiliser le verni définitif VD1 de la recette 1 ou s'agit-il d'un autre verni ?
    Si un autre verni, quel est-il ?
    Artistiquement,
    Cyan.

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Huile
Difficulté Expertise
Genre Les Bases Techniques
Durée de la Vidéo 10mn48