Comment utiliser le vernis définitif ?

Résumé de la vidéo :

Le vernis définitif suscite beaucoup de questions, notamment son usage à l’huile. La première chose à savoir est qu’il ne peut être posé sur un tableau venant d’être achevé qu’après au moins 6 mois. C’est le temps qu’il faut à la peinture à l’huile pour durcir complètement en profondeur. Avant ce délai, l’intérieur reste encore mou même si la croute est déjà dure au toucher. Une fois que le verni est posé, c’est définitif. Il protègera l’œuvre de toutes les saletés et les agressions extérieures : poussières, fumée, UV, etc. C’est la carapace que les restaurateurs enlèvent et renouvellent en donnant une seconde vie à une peinture ancienne centenaire.

Petite astuce

La peinture à l’huile ne sèche pas mais siccative. Il n’y a pas d’évaporation mais c’est l’oxygène qui pénètre au cœur des pigments. Comme la transformation est longue, il ne faut pas se fier à un tableau sec au toucher puisque le fond est peut être encore mou.

Une petite astuce permet de vérifier le durcissement d’une toile à l’huile. Il faut prendre une aiguille et la planter dans un petit coin de la peinture. Si elle ressort propre, le tableau est entièrement sec. Si elle est tachée à la sortie ou colle, la toile n’est pas encore prête à être vernie.

La préparation du tableau à l’huile avant le vernissage

La première étape, vraiment indispensable, est le nettoyage de la peinture durcie surtout si c’est un vieux tableau car une fois qu’il sera verni définitivement, la poussière sera emprisonnée et il sera trop tard pour le faire. Le nettoyage se fera avec un chiffon qui ne laisse pas de fibre et du savon. Il faut frotter en petits cercles pour bien ôter les saletés et ensuite laisser sécher naturellement à l’air libre.

La pose du vernis définitif

Le vernis définitif pour peinture à l’huile se présente sous deux formes : liquide et bombe. C’est le même produit mais c’est juste l’application qui les différencie. Pour le vernis liquide, il faut utiliser un gobelet et un spalter. Pour le spray, la bombe suffit. Il faut penser à bien protéger l’espace de travail avec une feuille jetable surtout pour le vaporisateur car le vernis va surement s’éclabousser partout avec les grands mouvements effectués.

Pour le vernis liquide, il faut choisir un spalter en polyamide doux car si les poils sont trop nerveux, ils risquent d’abimer la peinture à l’huile et l’application ne sera pas régulière. Une fois bien trempé, le spalter doit être essoré sur le bord du contenant et étalé verticalement puis dans l’autre sens. Pour avoir un avant/après, seule la moitié du tableau va être vernie. La différence se voit parfaitement puisque le côté recouvert de vernis définitif est très brillant et protégé tandis que l’autre reste mat. En maintenant le spalter penché, l’application sera uniforme et il n’y aura aucune trace de coulure. Il vaut mieux appliquer plusieurs couches fines en diluant le vernis avec de l’essence qu’une seule épaisse en observant un temps d’attente entre chaque application.

Avant d’utiliser le vernis en bombe, il faut bien le secouer et tester le vaporisateur au préalable. Ca évite de gâcher la peinture si la buse est obstruée. Pour l’application, il faut respecter au moins 30 centimètres de distance entre le support et le spray sinon le vernis va faire des éclaboussures ou des flaques. Plus la distance est importante, plus le jet sera régulier. Il est possible de répéter cette opération plusieurs fois s’il le faut. Comme pour le spalter, il faut faire un mouvement de va et vient avec la bombe en élargissant le périmètre d’application afin de pouvoir aller jusqu’aux bords.

Après l’application, la zone ayant reçu deux couches de vernis définitif est plus brillante. Sur l’autre partie, le produit a été absorbé par le support sauf au niveau de l’œil puisque cette zone a été beaucoup travaillée par la peinture. Une fois que toutes les couches seront mises, le tableau va être vraiment régulier, sans embus ni mat et brillance, et surtout protégé. En outre, le vernis définitif va sublimer les couleurs.

 

Amandine gilles

Amandine Gilles

Diplômée en Histoire de l’art à l'Université de Tours et formée dès le plus jeune âge à la peinture traditionnelle au sein d’ateliers privés.

 

Aujourd'hui, artiste-peintre, peintre sur commande et créatrice d'un blog sur la technique de peinture à travers duquel des accompagnements en ligne sont proposés.

 

Mes expériences au sein du milieu artistique de Paris et de Bruxelles, ainsi que le conseil en fournitures de Beaux-arts qui a été mon métier pendant plusieurs années m'ont fortement aidé à mettre tout cela en place.
Mon but est de partager et de transmettre des connaissances d’une passion commune et d’un patrimoine artisanal qu’il est nécessaire de sauvegarder.

Pas de questions pour le moment.

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Huile
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Durée de la Vidéo 09mn10