Découverte des couleurs à l'acrylique : Le Rouge

Résumé de la vidéo :

Dans cette série sur les couleurs primaires et leur déclinaison, c’est le rouge qui est mis à l’honneur aujourd’hui. Avec cette teinte, il est possible d’obtenir une palette presque complète juste en la mélangeant avec du bleu, du jaune, du blanc et du noir. Par manque d’habitude, c’est difficile de reconnaitre une couleur isolée. Mais avec cet exercice, il sera plus facile de mémoriser les déclinaisons et de savoir de quoi une teinte est constituée.

La découverte de la couleur acrylique rouge : mélange avec une autre teinte

La peinture acrylique rouge va servir de couleur de référence pendant tout l’exercice. Elle va être appliquée au centre. Ensuite, tout est une question de dosage puisque c’est un travail de recherche. Il est préférable d’avancer lentement mais surement au lieu de se dépêcher et faire du gaspillage.

Pour commencer, le rouge est mélangé avec une pointe de jaune pour donner un orange. Plus la dose du jaune est augmentée, plus la couleur devient lumineuse. Ensuite, il est mélangé au bleu pour donner du violet. La différence se verra suivant la proportion de bleu utilisée. Comme le noir, le bleu est une couleur très couvrante. Si le jaune a permis d’obtenir des couleurs chaudes, le bleu permet de créer des teintes froides.

Le rouge avec une pointe de blanc vont donner un rose assez soutenu. La particularité du blanc est qu’il éclaircit la couleur sans changer sa gamme chromatique. Ce n’est pas difficile d’obtenir cette couleur si le rouge est pur. Si le rouge est troqué contre un vermillon, une teinte orangée, il est difficile d’obtenir un violet.

Enfin, le rouge est mélangé au noir dans différentes proportions. En petite quantité, le noir va modifier la saturation mais ne changera pas sa gamme chromatique. Le rouge foncé obtenu peut servir à faire des ombres. Les déclinaisons sont également magnifiques : cerise, bordeaux, vin, etc. et ça peut aller jusqu’au noir.

La découverte de la couleur acrylique rouge : mélange avec deux autres teintes

Pour obtenir une teinte intermédiaire, le rouge est mélangé au jaune et au bleu dans une proportion égale. Rappelons que même si les quantités sont identiques, la teinte obtenue n’est pas forcément neutre puisque certaines couleurs sont plus fortes que d’autres. Le mélange entre ces trois va donner du violet prononcé. Il faut donc rajouter du jaune pour avoir une couleur taupe considérée comme neutre. En additionnant du jaune au mélange, la teinte devient plus chaude. Avec un surplus de rouge, la couleur neutre va se transformer en violet terreux. Et en rajoutant du bleu, la teinte devient plus froide.

Le rouge mélangé au blanc et au jaune fait encore ressortir une couleur intermédiaire, presque du saumon. En rajoutant du blanc, l’ensemble va donner un rose chaud, très proche de la couleur chair. Avec une dominante jaune, la couleur fait penser au fond de teint. Avec une dose supplémentaire de rouge, la couleur rose devient riche et plus chaude.

Le mélange entre le rouge, le blanc et le noir donne un gris rougeâtre. En augmentant la dose de blanc, de la violine fait son apparition. En additionnant du noir, la couleur obtenue permet de réaliser une belle ombre pour les fleurs et les légumes, l’aubergine par exemple. Et en rajoutant du rouge, un gris chaud légèrement rosé est créé. C’est une couleur très prisée en matière de décoration.

Dernière étape, le rouge est combiné avec du noir et du bleu, deux couleurs très envahissantes. La teinte obtenue est sombre et froide mais intense. Il peut servir à faire des ombres puisque le noir doit être souvent additionné d’autres couleurs pour avoir de la profondeur. Avec une demi-dose de rouge, la couleur se rapproche de la lie de vin, du bordeaux. Avec un soupçon de bleu, on obtient du gris de payne. C’est du noir en apparence mais ça reste du bleu. En rajoutant du noir au mélange, la teinte obtenue devient très foncée, assez minérale en quelque sorte.

Conclusion

Le chemin est tracé pour le rouge. D’un côté, il n’y a pas de surprise puisque de belles couleurs sont au rendez-vous. D’un autre côté, certaines teintes ont été surprenantes. Il faut connaitre les bonnes proportions pour obtenir ces couleurs naturelles dérivées du rouge. C’est un bon apprentissage puisqu’à l’inverse, ce processus va permettre de retrouver les couleurs à assembler pour obtenir une teinte observée dans la nature. Mais avant d’y arriver, il faut au moins connaitre les bases et c’est le but de cette découverte.

Amandine gilles

Amandine Gilles

Diplômée en Histoire de l’art à l'Université de Tours et formée dès le plus jeune âge à la peinture traditionnelle au sein d’ateliers privés.

 

Aujourd'hui, artiste-peintre, peintre sur commande et créatrice d'un blog sur la technique de peinture à travers duquel des accompagnements en ligne sont proposés.

 

Mes expériences au sein du milieu artistique de Paris et de Bruxelles, ainsi que le conseil en fournitures de Beaux-arts qui a été mon métier pendant plusieurs années m'ont fortement aidé à mettre tout cela en place.
Mon but est de partager et de transmettre des connaissances d’une passion commune et d’un patrimoine artisanal qu’il est nécessaire de sauvegarder.

Pas de questions pour le moment.

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Acrylique
Difficulté Perfectionnement
Genre Les Bases Techniques
Durée de la Vidéo 28mn47