Bien Organiser son Environnement à l'Acrylique

Résumé de la vidéo :

Un peintre travaille dans un bel environnement lorsqu’il dispose de tous les outils dont il a besoin. Ces derniers doivent être positionnés correctement non loin de lui. La position à adopter dépend du format de la toile : debout devant un chevalet d’atelier ou assis en face d’un chevalet de table. Le plus important serait de travailler dans de bonnes conditions.

Les positions à adopter pour peindre

Pour les petits supports, le mieux est de travailler assis devant un chevalet de table. Ce matériel est très pratique car il peut être réglé comme bon vous semble. Le support y est également bien fixé. La toile doit être parallèle à soi afin d’avoir une image globale du dessin et bien voir les détails. Avec les supports de grand format, le travail à plat est fortement déconseillé sinon il est difficile de peindre sans mettre de la perspective. Lorsque le temps passé devant la toile est important, il faut être bien installé en adoptant une position confortable pour le dos.

La position debout est très pratique pour les toiles de grande taille. Le mieux est d’utiliser un chevalet classique pour son excellent rapport qualité/prix. Même en étant en position verticale, le peintre doit faire face à son tableau pour avoir une vision globale.

La disposition des outils

Quelle que soit la position à adopter pour peindre, les divers matériels : gobelet, palette, pinceaux, etc. doivent être disposés de façon pratique : à côté du chevalet de table pour la position assise et sur une desserte pour la posture debout. Ce meuble est vivement conseillé car il est facile de le déplacer à sa guise. Pour un droitier, les outils doivent être rangés à droite et vice versa. Pour peaufiner les détails et obtenir de la précision, le peintre peut décider d’utiliser un tabouret. C’est d’ailleurs toujours le cas pour les grandes projections, les grands aplats ou les zones importantes. Il laisse plus de liberté dans les mouvements.

La lumière dans l’environnement du peintre

Pour travailler à l’acrylique, il faut choisir une pièce lumineuse et bien aérée. La ventilation est primordiale à cause des émanations toxiques inodores dégagées par ce type de peinture. La lumière naturelle reste la meilleure alliée des peintres. S’il est impossible d’avoir un atelier avec une grande fenêtre, il est possible d’utiliser une luminosité artificielle mais blanche. Les ampoules classiques sont fortement déconseillées à cause de leur couleur jaune. Elles vont modifier le travail du peintre. Ce n’est que plus tard, dans la lumière du jour, qu’il s’apercevra que les teintes sont complètement altérées.

Amandine gilles

Amandine Gilles

Diplômée en Histoire de l’art à l'Université de Tours et formée dès le plus jeune âge à la peinture traditionnelle au sein d’ateliers privés.

 

Aujourd'hui, artiste-peintre, peintre sur commande et créatrice d'un blog sur la technique de peinture à travers duquel des accompagnements en ligne sont proposés.

 

Mes expériences au sein du milieu artistique de Paris et de Bruxelles, ainsi que le conseil en fournitures de Beaux-arts qui a été mon métier pendant plusieurs années m'ont fortement aidé à mettre tout cela en place.
Mon but est de partager et de transmettre des connaissances d’une passion commune et d’un patrimoine artisanal qu’il est nécessaire de sauvegarder.

Pas de questions pour le moment.

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Acrylique
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Durée de la Vidéo 04mn40