La Sculpture : Ma main

Jocelyne, quand on sculpte, très souvent on se prend pour modèle.

Oui, c’est très important en fait. Si je n’ai pas de main, je prends la mienne.

Oui, très bon entrainement. Travailler directement sur la main, c’est ce qu’on va faire ensemble. Ce que tu vas faire et je vais filmer. Avec on est encore une fois au niveau de l’esquisse donc on reste là.

---------- Introduction

Au niveau de l’esquisse oui.

On attrape l’essentiel de la main.

L’essentiel parce qu’il y a des choses, des points de repère qui sont très importants.

C’est ce qu’on va faire.

C’est le dessus de la main, les petits os là. Je vais vous montrer.

Ça marche, on y va.

Alors c’est parti Jocelyne, vas-y.

---------- Démonstration

Donc j’ai ma terre. Je vais faire ma main droite. J’ai fait une petite esquisse quand même pour me guider, pour m’aider. Et j’y vais. Bien sûr, je vais commencer par le poignet. Il faut une stabilité, enfin ne pas commencer en l’air comme ça. Là, je fais le poignet. Je regarde le mien. Après, je vais arriver au-dessus de la main. Alors comme ça c’est plus élégant. Je vais faire une main un petit peu arrondie comme si ma main reposait comme ça. Je vais prendre cette largeur, même la mettre comme ça. Comme ça, moi aussi je peux tourner.

Alors quand je fais une main, je remarque que le dessus de la main, il est incliné comme ça. Et après, la naissance du pouce, elle est plus basse et presque tout près du poignet.

Et c’est toujours par ajout, c’est toujours le même fonctionnement.

Toujours, oui. Donc j’ai mon pouce qui est là.

Ensuite, je vais tourner un petit peu celle-là pour m’aider à affiner le poignet. Alors je fais des petits boudins pour mes doigts. Je vais tourner. Là aussi je vais tourner. Alors toujours conserver cette partie plus courte, et là je fais ça comme ça. Et ici après, la main un petit peu gonflé, le poignet va aller au petit doigt. Puis après, je reviens vers mes autres doigts. Le majeur, l’annulaire, et le petit doigt qui est un petit peu en dessous lui aussi. Il passe un petit peu en dessous. Vous voyez tous les petits os.

Alors petit à petit, je les construis, je les renforce en rajoutant des petits bouts de terre. Voilà, on les voit les mains de Rodin qui s’amusait aussi à faire les siennes. Faire cette poignée un petit peu moins large, remonter un petit peu comme ça pour que le poignet soit un petit peu en hauteur, c’est plus élégant. Alors, je remarque que j’ai toute cette partie-là que je finirai à l’intérieur qui est un petit peu large. Là, je vais plier un peu ce doigt là au niveau des articulations. Il faut voir après l’autre doigt derrière qui va être un petit peu plus long comme ça. Alors, je soulèverai ma main pour faire, à travailler à l’intérieur aussi. Donc je fais comme ça. Alors je regarde ma main. Au niveau du pouce, évidemment, on voit beaucoup de chose. Alors là, ce petit coussinet que je rajoute. Alors, je suis obligée de poser mon couteau pour regarder ma main. Ici, cette petite partie pleine je veux dire. Ensuite, je ne vais pas faire les lignes de la main. Je vais m’arrêter là.

Ni les empreintes.

Toujours important, quand on fait une main, c’est de bien faire le dessus de la main, de faire le départ des doigts au bon endroit, qu’elle soit à plat ou resserrée. Je regarde mon petit pouce. Je vais le plier un petit peu comme ça. Là, je suis comme ça. Il manque cette petite partie.

C’est toujours pareil, ce n’est que de l’observation.

Si je fais comme ça, ce doigt là n’est pas assez long. J’en rajoute un peu. Je lime un peu celui-là et celui-là, dégager un peu le poignet.

Si on veut, ça peut s’arrêter là. Après, il faut faire les ongles un petit peu comme ça. Alors, je fais comme ça, j’appuie un petit peu, tu vois.  Ça les positionne, ça positionne mon pouce aussi, lui qui est un peu plus dans ce sens là.

Oui, met-là dans ce sens-là.

Oui chef.

Donc, c’est ma main droite. Alors la difficulté c’est avoir ce côté-là mais on peut toujours utiliser la main de quelqu’un d’autre.

C’est vrai. Mais sa main c’est drôlement bien parce que tu n’as besoin de rien, tu as juste besoin de la terre et tu te mets au boulot, tu travailles sur ta main.

Exactement.

Tu la rates, tu la continues à la faire jusqu’à ce que tu évolues. Et tu te rends compte de plein de chose. Par exemple que le pouce, il est beaucoup plus implanté plus bas que les autres doigts, que le petit doigt commence plus tôt que le medium. Ce n’est pas le medium là, c’est l’index. On va avoir tous ces petits os, et comment ça s’articule ici parce que c’est une pince et le petit doigt qui part un peu par en dessous, voir le poignet. C’est vraiment passionnant.

C’est passionnant, ce n’est pas très stressant. C’est surtout un plaisir ce travail. On corrige autant de fois qu’on veut, c’est quand même pas mal pour ça. Tu corriges, tu ne déchires pas ta feuille, tu ne repars pas de zéro. C’est un super basique complètement incontournable. Il faut absolument passer par là. On voit se revoir pour d’autres morceaux du corps humain pour avancer.

Peut-être le pied.

A vous maintenant. C’est à vous de travailler.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Jocelyne Vaunaize-dupuis

Jocelyne Vaunaize-dupuis

J’ai étudié le dessin du modèle vivant et l’histoire de l’Art à l’école des Beaux-arts à Lille en qualité d’étudiante libre, dans les années 1990.

Depuis ces années d’études, j’ai toujours la même passion pour le dessin du modèle, j’ai besoin de cette rencontre ; je dessine régulièrement avec différentes techniques.

J’ai ensuite expérimenté le modelage – sculpture, toujours avec le modèle ; ça a été un plaisir sans cesse renouvelé ;

J’ai suivi les cours de Norbert Tréca à l’Ecole d’Art de Douai, puis à l’ESAAT à Roubaix avec Armand Debève . Ses remarques parfois cruelles mais pertinentes ont contribuées à mon avancement et sont la base de mon travail

Depuis dix ans, je dispose d’un atelier «  l’atelier Bleu » dédié à la sculpture et au dessin.

J’accueille régulièrement quelques amateurs pour des stages de modelage. Ils se déroulent sur un WE et toujours avec le modèle car c’est la meilleure façon d’apprendre et de progresser .J’ utilise du grès chamotté, cette terre à une tenue idéale pour le modelage.

Je fais la cuisson dans mon four et l’on peut ensuite passer à une séance de patine afin de terminer l’œuvre!!.

Pas de questions pour le moment.

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Sculpture
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Style Personnages
Durée de la Vidéo 13mn33