Le buste de Jules épisode 1

Résumé de la vidéo :

L’exercice d’aujourd’hui consiste à réaliser le buste de Jules. La particularité de ce travail est l’utilisation d’une tige. La sculpture va monter dessus puis à la fin, être vidée comme le modèle qui est creux. L’exercice se fera en deux étapes : l’esquisse bien avancée lors de la première partie et la finition lors de la deuxième partie.

Le matériel

Pour réaliser un buste notamment une tête, il faut se servir d’un axe afin que celle-ci reste solide et ne tombe pas à gauche ou à droite.  Comme c’est une petite sculpture, une planche avec un gros clou au milieu suffit amplement. Mais pour des bustes plus importants, il faudra une planche plus large munie d’un fer à béton fixé par un écrou en dessous. Le travail de la terre se fera autour de cet axe qui s’enlèvera facilement à la fin. La matière première sera une terre classique, une argile tout simple. Il est également possible d’utiliser de la terre chamotte. Pour les outils, il faut prévoir un couteau, une mirette et des ébauchoirs.

La réalisation du buste de Jules

Le travail commence par la mise en place de la terre autour de l’axe en réalisant un totem comme toujours. C’est le cœur de la sculpture qui partira après lorsqu’elle sera évidée sinon elle serait trop lourde. Dans cette première étape, il faut réaliser l’esquisse pour avoir déjà la forme générale.

Il faut tout de suite commencer par le cou et puis continuer avec la tête en délaissant le buste. Travailler avec un modèle en 3D est plus facile qu’avec une photo. Toutefois, il est possible de faire de la sculpture sans modèle. C’est important de commencer par le cou puisqu’il soutient la tête. La terre doit être bien incorporée pour qu’il n’y ait pas de bulles d’air. Lorsque la sculpture sera creusée, elle sera moins lourde et plus résistante.

La terre doit être toujours bien serrée lors de l’incorporation. Ensuite, il faut déterminer quelle partie sera le cou et laquelle sera la tête. Il faut trouver la bonne hauteur pour ne pas avoir à travailler trop bas. C’est important de voir la direction du front et du menton. La tête va être réalisée en aplat plutôt qu’en volume afin d’avoir les lignes et repérer le sommet du crâne. Ce n’est qu’une fois que le profil apparait qu’il faut travailler en épaisseur. Cette méthode est préconisée avec un modèle vivant.

Pour l’instant, le buste est encore assez abstrait. Et petit à petit, il sera nourri. Au fur et à mesure, il faut retravailler le cou pour qu’il reste solide. Pour faire une tête, il faut penser au crâne. Puis aller du front à l’arcade sourcilière et de la pommette au menton. Comme la tête est bien penchée, la tige à l’intérieur permet de la basculer sans danger.

Pour réaliser une tête, il faut tourner sans cesse c’est à dire toujours travailler de face, de profil, à gauche, à droite. A ce stade, Jules est en train de prendre vie. Les outils vont maintenant lui donner forme. Le fondamental dans une tête, c’est le crâne, l’arcade sourcilière, la racine du nez, la mâchoire supérieure, les lèvres, le menton et les joues. Ensuite, les oreilles sont positionnées et vont servir de références.

Comme la proportion est à peu près correcte, l’esquisse est terminée. Le buste est lourd puisqu’il est encore plein. Lors de la deuxième séance, il sera retravaillé avec des ébauchoirs afin d’obtenir la forme choisie. En le mettant sous plastique ou en le recouvrant d’un chiffon mouillé bien essoré, il peut attendre un bon moment, jusqu’à une semaine avant d’être retravaillé.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Jocelyne Vaunaize-dupuis

Jocelyne Vaunaize-dupuis

J’ai étudié le dessin du modèle vivant et l’histoire de l’Art à l’école des Beaux-arts à Lille en qualité d’étudiante libre, dans les années 1990.

Depuis ces années d’études, j’ai toujours la même passion pour le dessin du modèle, j’ai besoin de cette rencontre ; je dessine régulièrement avec différentes techniques.

J’ai ensuite expérimenté le modelage – sculpture, toujours avec le modèle ; ça a été un plaisir sans cesse renouvelé ;

J’ai suivi les cours de Norbert Tréca à l’Ecole d’Art de Douai, puis à l’ESAAT à Roubaix avec Armand Debève . Ses remarques parfois cruelles mais pertinentes ont contribuées à mon avancement et sont la base de mon travail

Depuis dix ans, je dispose d’un atelier «  l’atelier Bleu » dédié à la sculpture et au dessin.

J’accueille régulièrement quelques amateurs pour des stages de modelage. Ils se déroulent sur un WE et toujours avec le modèle car c’est la meilleure façon d’apprendre et de progresser .J’ utilise du grès chamotté, cette terre à une tenue idéale pour le modelage.

Je fais la cuisson dans mon four et l’on peut ensuite passer à une séance de patine afin de terminer l’œuvre!!.

  • [Deborah Esther Lieber le 07/01/2017]

    il n'y a pas de suite ??

    [Jocelyne]

    Bonjour , Après la cuisson , j'ai fait la patine qui sera bientôt publiée. Pas de nouvelles vidéo prévues pour le moment. Jocelyne Vaunaize Dupuis

  • [Ferraglia seiz dominique le 15/01/2016]

    Plutôt intéressée par le dessin, je découvre avec plaisir les vidéos proposées, l'envie de tripoter et organiser de la terre ou autres matières me plaît assez . Merci pour toutes les informations et découvertes. Dom.

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Sculpture
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Style Personnages
Durée de la Vidéo 26mn33