Le Matériel pour le Voyage de l'Eau

Résumé de la vidéo :

Le matériel utilisé dans le voyage de l’eau est assez particulier. Le travail se fait sur châssis, sur plaque ou sur plexiglas. Il y a également la palette de couleurs et les pinceaux qui permettent de découvrir certains effets.

Les pinceaux

Pour démarrer, le peintre doit choisir des pinceaux qui lui correspondent, qui lui font plaisir. Le petit gris possède une bonne réserve d’eau,il retient bien l'eau et permet des tracés délicats. mais il est mou,il sert aussi à pomper l'eau.les petits pinceaux synthétiques sont résistants, élastiques et fermes .Les pinceaux en martre offrent une belle nervosité, permettent de beaux graphismes.Des éventails font de beaux effets, les spalters chinois en chèvre sont très doux et les pinceaux biseaux permettent de sculpter la matière. Un petit gris, un martre, un spalter et un pinceau filet peuvent être considérés comme le minimum à avoir pour commencer un voyage de l’eau.

La palette

 

Il faut conserver la même palette et recharger à chaque fois les couleurs qu’on voudrait employer. Comme le travail se fait en humide, les mélanges se font non pas sur la palette mais directement sur le papier. Il faut utiliser au moins 3 couleurs et au plus 6 pour avoir une bonne harmonie.Une version chaude et une version froide de chaque couleur primaire.Les trois couleurs primaires, à savoir le jaune winsor, le rose permanent et le bleu winsor, permettent de produire toutes les couleurs extérieures sur le cercle chromatique.

Les couleurs

Pour débuter:des couleurs transparentes

Il faut choisir des peintures en tubes mais pas en demi-godets. Pour travailler dans l’aquarelle humide, il faut rajouter beaucoup d’eau aux demi-godets avant d’obtenir de la matière crémeuse. Et comme le papier est déjà mouillé, il risque d’y avoir beaucoup trop de liquide. Avec les pigments en tubes, la matière est déjà pâteuse à leur sortie.

Le papier

Le choix du papier dépend de la sensibilité de chacun.Il  doit supporter le mouillage important. J'aime le papier pur cellulose ou à défaut, du mi-coton/mi-cellulose mais pas de buvard.Il doit être nerveux sous mon trait Le bloc préencollé est parfait pour les pochades mais pas pour le grand humide. Il faut utiliser des feuilles libres afin de pouvoir les fixer à un châssis nu ou à une plaque de plexiglas.

Avec un châssis, il faut placer le papier sur la face inclinée du bois sinon le bois risque de dégorger sur le papier. La feuille sera découpée au format + 2cm.du support pour ne pas avoir trop de déchets et agrafée sur le côté. Il faut tremper le papier au maximum 10 minutes dans une bassine d’eau afin que la fibre se détende bien.De cette manière le gondolage est réduit.

Le voyage va pouvoir commencer car tout le matériel est réuni. Le châssis et le plexiglas  laissent beaucoup de liberté. Pour monter un châssis, trouver la bonne tension n’est pas très technique mais il faut en faire beaucoup pour la réussir et ne pas avoir de cuvette sur le papier.

 
 
Dominique Coppe

Dominique Coppe

Dominique Coppe est peintre avant tout, et l'aquarelle est son médium de prédilection: "car l'eau c'est la vie qui coule tout au long de mon travail, c'est le mouvement et l'énergie".

Dès sa plus tendre enfance, elle baigne naturellement dans un milieu artistique ouvert à toutes les influences. Son père, Roger Coppe, maître-verrier et peintre expressionniste de renom, l’initie à l’art du beau sans toutefois lui imposer ses propres visions esthétiques.

L’artiste allie avec brio l’observation stricto sensu des choses naturelles et les tatoue de concepts aux origines plus orientales. Aquarelles pleines de force, d’énergie et de lumière. L’artiste joue avec les propriétés d’absorption du papier pour réaliser des œuvres fougueuses et envoûtantes. Palette chromatique délicate et très nuancée.

Pas de questions pour le moment.

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
WebTV Oui
WebTV Page CMS 88