Dessiner un paysage Grec de manière graphique

———- Introduction

Marie, tu nous emmènes un peu en voyage.

Oui, on va aller en Grèce, sur les îles grecques. On va faire un dessin d’un paysage d’une île grecque mais de manière assez graphique au feutre.

Pas de couleur. Pas de bleu, pas de blanc.

Pas de couleur. On fait du dessin donc on va travailler avec des feutres calibrés pour avoir un traité assez graphique.

C’est parti. On y va.

———- Démonstration

On va commencer par le matériel. J’utilise un papier très lisse, multi technique, un crayon pour faire mon dessin de base.

Quelle dureté ou peu importe, le crayon ?

Là, j’ai pris du HB classique. Et puis je vais utiliser des feutres calibrés. J’ai pris un feutre plus gros pour faire des zones plus foncées. 

Je vais commencer par tracer un dessin assez simple et assez succinct de mon paysage. Je vais commencer par faire la diagonale générale du paysage. Ça monte et au milieu du paysage, on a le moulin. Je vais tout de suite le placer ici. Je ne rentre pas dans le détail. Je vais placer aussi tout de suite l’espèce de tour ronde qui est à côté, qui se trouve au même niveau. Je vais mettre en premier les éléments architecturaux principaux. Et après, je reviendrai dans les détails pour mettre le reste. Je mets les grandes lignes, ce qui me saute aux yeux en priorité. Je n’essaye pas forcément d’être précise. La précision, je la donnerai après avec mes feutres. Je vais tracer aussi tout de suite la ligne d’horizon qui est à peine visible sur la photo mais qui explique aussi que c’est un paysage qui est en bordure de mer.

Cela représente un dédale de maisons. La difficulté c’est de ne pas s’y perdre. C’est ce qui m’arrive mais on va essayer de restructurer tout cela. A partir de cela, je vais commencer à travailler au feutre. Et puis je reviendrai au crayon si j’en ai besoin.

Je vais utiliser un feutre calibré 0.3, assez fin pour démarrer. Je vais reprendre cette structure ébauchée au feutre en insistant davantage sur les parties ombres et en travaillant très léger dans les parties lumières. Je vais avec mon feutre créer les ombres et les lumières. Je vais commencer pareil par les monuments les plus importants. Il y a des choses que je ne comprends pas forcément sur la photo. On ne comprend pas forcément tout. Je vais dessiner ce que je pense voir et essayer de faire quelque chose d’assez graphique.

Là par exemple, le toit du moulin, je l’ai fait en triangle pour aller plus vite, pour simplifier.  Maintenant que je dessine au feutre, je vais rentrer dans le détail et faire la forme du toit tel qu’elle est vraiment. Je vais tout de suite la mettre en valeur foncée. On y reviendra après s’il le faut. Côté lumière, je vais être très légère. Les petits détails, les fenêtres et tout cela, j’y reviendrai après. De la même manière, je vais travailler cette tour-là. Là, j’ai fait une horizontale mais en réalité, il y a des pans. C’est assez subtil mais on va les faire. Et puis l’arrondi, très léger par ici.

Je n’hésite pas quelquefois à corriger directement mon dessin. J’ai toujours un œil sur mon modèle. Par exemple ici, c’était trop large. Je le corrige en direct. Mon escalier, il se décale. On pourra toujours se remettre en question. Sur les murs, je vais travailler mes ombres verticalement. Sur les toits, je vais dans le sens des courbes. Je vais mettre mes ombres dans un sens différent suivant où elles se trouvent. Ma ligne d’horizon, je vais la tracer très légèrement. Si par endroit il y a des manques, ce n’est pas gênant. Cela donne un effet de profondeur.

Voilà où j’en suis. Je vais prendre 5 minutes pour regarder ce que j’ai fait, prendre un petit peu de recul. Et puis voir ce qui manque et rajouter éventuellement des valeurs un peu plus fortes par endroit notamment du noir avec du gros feutre pour mettre des zones très foncées. Et je verrai après si je dois terminer ici avec de la lumière.

Maintenant, je vais remettre quelques zones très noires. Et puis ensuite, je vais rééquilibrer, gommer mon trait. Le fait de mettre des zones très noires permet de faire ressortir les blancs. Je vais notamment faire toutes les petites ouvertures et puis un petit peu de toit aussi. Je vais dessiner le graphisme des ailes du moulin aussi. C’est important pour faire comprendre que c’est un moulin. Je vais le faire directement au feutre. Ici, je vais remettre quelques petites structures mais très simple pour faire bien comprendre que la ville dévale. Mais je vais styliser complètement.

Je n’explique pas trop ce qui se passe. Maintenant, je regarde ce qui manque, s’il faut un léger contraste, foncer un petit peu par là pour partir dans la lumière mais très peu. C’est juste pour re-souligner quelques zones, faire comprendre un peu le volume et puis ce sera tout. Je vais m’arrêter là.

Il me reste une chose à faire, c’est gommer le trait de crayon. J’attends encore 5 minutes que cela sèche un peu. Cela sèche vite mais il faut que cela soit bien sec et qu’il n’y ait pas d’accident. Et puis cela permettra de vérifier une dernière fois s’il manque quelques détails et pour terminer complètement. Je vais gommer mon trait. Il y aura plus de blanc car le gris du crayon joue dans l’image.

Les contrastes sont plus forts.

Voilà. Le contraste permet de voir ce qu’il manque. Je vais laisser comme cela. Clignons des yeux pour voir ce qui se passe. Ici, il y a un jardin qui se balade. Je recouvre cela à l’horizontal.

Je vais m’arrêter là. On peut toujours bien sur aller plus loin, rentrer plus dans le détail. Mais ici, c’était un peu suggéré. C’est comme déjà assez bien fait. Il y a des endroits où je ne comprenais pas très bien ce qui s’est passé. Mais quand on peint un paysage, c’est pareil. On ne comprend pas tout donc on suggère, on rythme.

Voilà le résultat. Un petit commentaire ? Une petite remarque ? Tout est dit.

Oui, j’ai dit pas mal de choses dans la vidéo. C’est un paysage qui est assez compliqué graphiquement. Il y a beaucoup de choses, des formes qu’on ne connait pas donc il faut interpréter.

Faire des arrangements.

Inventer un peu par moment, peu importe la réalité. Par contre, garder du rythme.

Du rythme et des oppositions que tu retravailles aussi, que tu ré-accentues à la fin.

Trouver un juste équilibre entre les ombres et la lumière.

A vous maintenant. Vous avez tout. Au travail.

 

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Marie A. Dubois

Marie A. Dubois

Née dans une famille passionnée et militante où la liberté de parole était la règle, il a fallu jouer des coudes pour s’affirmer. La musique, la peinture, le théâtre, tout était prétexte à se réaliser et le monde des arts s'ouvrait à nous. Mon penchant pour le dessin et la peinture s’est imposé très rapidement, il accompagnait régulièrement mes jeux d’enfance pour illustrer les histoires que j’inventais, dessiner des personnages et créer leurs costumes pour me construire un monde imaginaire.


Tout naturellement, je me suis orientée vers des études artistiques qui m'ont permis de maîtriser le dessin d'observation, la perspective, les différentes techniques et médiums, la composition, l'étude du modèle vivant. Cette formation m'a conduit vers un parcours professionnel dans la communication visuelle, loin des chemins de bohème, tout en continuant à pratiquer ardemment ma passion.


En 2011, j'ai voulu transmettre ce savoir-faire en créant Eskisse, un cours de dessin dont la pédagogie s'appuie exclusivement sur l'observation du réel. De même qu'un musicien apprend à respirer, ma conviction est qu'un dessinateur doit d'abord apprendre à voir, prendre le temps de s'arrêter pour regarder le monde qui nous entoure et le comprendre. 


Ma pratique personnelle est, elle aussi, basée sur l'observation. J'ai fait le choix de dessiner et peindre sur le motif, souvent dans des lieux insolites, mais toujours porteurs de sens, et sources de créativité.

  • [Karine BRAGARD le 10/06/2017]

    Comme les murs sont tous blancs ou dans des couleurs très claires ; c'est un travail très intéressant pour s'entraîner à tracer au crayon les différentes ombres et lumières . Elles créent presque tout : les contrastes de lumière, les volumes des maisons et des toits, etc..
    Ca me donne des idées !

    [Marie]

    Oui Karine, dans la plupart des dessins, c'est l'ombre et la lumière qui permet de définir les volumes. Et c'est particulièrement vrai pour cet exercice.

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Dessin
Difficulté Expertise
Genre Les Applications
Style Paysages
Durée de la Vidéo 18mn