La perspective atmosphérique

---------- Introduction

Marie, on a déjà fait de la perspective avec toi.

Oui

Architecture et là tu vas l’appliquer au ?

Sur un paysage.

Oui au paysage. C’est important puisqu’il y a des questions qui arrivent souvent.

En fait on va voir un peu comment faire pour représenter la perspective atmosphérique sur un paysage c’est-à-dire comment donner de la profondeur à un dessin où on n’a pas de couleur.

Tu n’as pas la couleur pour exprimer ça.

Voilà.

Il y a des choses à savoir.

Oui des petites choses à savoir toute simple.

Ok on y va. Au travail.

---------- Démonstration

Généralement sur un paysage, on observe une profondeur de champ avec différents plans et ce qu’on appelle la perspective atmosphérique. La perspective atmosphérique c’est le fait que l’air ou l’atmosphère s’intercale entre nous et le sujet, et au plus le paysage est lointain, au plus il s’éclaircit. On voit ici que la montagne qui est dans l’arrière-plan-là est beaucoup plus claire que celle qui est devant et encore plus claire que celle qui est en avant-plan.

C’est ça qu’on appelle perspective atmosphérique.

Voilà. C’est ça qu’on retrouve dans les peintures de la renaissance. C’est une façon de créer cette perspective uniquement par des dégradés de valeur. On voit par exemple que les arbres ici qui sont dans le fond sont légèrement plus bleutés et plus clairs que ceux-ci.

Ce n’est pas un question-là de taille de l’objet.

Il y a la question de taille mais il y a aussi la question de valeur de couleur.

D’accord. Très bien.

Nous en dessin on peut reproduire les valeurs mais on ne peut pas reproduire les couleurs. Ce côté bleu on ne peut pas le faire donc on va voir un peu comment avec la nature du trait on va essayer de reproduire dans un dessin un peu croquis assez rapide, on est devant un paysage et on veut le dessiner, on veut rendre cette profondeur, comment on va faire.

Ok très bien. C’est très clair.

Au niveau du matériel on va utiliser le matériel le plus simple possible : un carnet à croquis papier dessin tout à fait classique et puis des crayons donc là j’ai des crayons HB et un crayon 2B. Je vais commencer avec mon crayon HB. Ce paysage que j’ai devant moi se divise en 2 au milieu donc la construction est simple. J’ai ma ligne d’horizon qui est le fond du lac qui vient au milieu.

Je trace ma ligne et je vais tout de suite reporter mes montagnes et les différents éléments mais en jouant sur mon crayon donc pour tout ce qui est en arrière-plan, je vais appuyer beaucoup moins sur mon crayon. Je vais utiliser le HB en arrière-plan et un crayon un peu plus tendre et je vais appuyer davantage au premier plan.

Je vais construire rapidement quand même pour faciliter. J’ai mon petit pont. Ici je vais avoir la ligne des herbes. Tout de suite mes montagnes je vais les dessiner directement. J’appuie sur mon crayon. Je les construis en dessinant pas trop arrondie, en observant un peu les différentes faces de cette montagne et en appuyant moyennement sur mon crayon pour la montagne qui est en premier plan. Et ici elle se perd un peu donc j’appuie moins.

J’ai une deuxième montagne ici qui est déjà un peu plus dans la brume on va dire et celle qui est devant. Et celle qui est toute en arrière je n’appuie quasiment pas. Donc je vais pouvoir revenir un petit peu.

De la même manière, ici le fond du lac en fait on le voit très peu et les arbustes que j’avais tracé ici on les voit en fait ils se délimitent à la base. C’est le fond du lac en fait et là il y a une petite voile de bateau et je vais les suggérer mais de façon hyper simple sans appuyer, simplement pour marquer leur présence de la même manière de l’autre côté en respectant les masses.

Et ici la base que se marque un peu plus. Par contre le fond du lac il disparait entre les deux bosquets d’arbre. Là j’ai le petit embarcadère-là donc ça je vais le marquer parce qu’on le voit et il compte dans le paysage. Je travaille assez vite donc je suggère les choses et il y a beaucoup plus léger en fait son reflet dans l’eau.

Et ici il y a le bord du lac qui est là et qui est plus marqué donc là je vais commencer à appuyer un petit peu plus sur mon crayon, suggérer les choses notamment les arbres donc par le contour mais aussi par les ombres donc en travaillant des matières très suggérées.

Et l’arbre qui est ici qui est très dense, je peux le travailler avec un graphisme un tout petit peu différent parce que ce n’est pas la même variété et donc je peux très bien avoir un dessin un petit peu plus agressif qu’ici.

Voilà. Je ne vais pas aller plus loin pour cet arrière-plan parce qu’ici j’ai encore un arbre qui revient devant et si je détaille trop là, je risque d’être embêté. Donc là j’ai travaillé l’arrière-plan. Je vais venir faire le premier plan, le suggérer et ensuite on verra s’il faut revenir et dans quelle mesure il faut revenir sur l’arrière-plan.

Au premier plan, j’ai toute une masse ici de végétation. Là par contre j’ai changé de crayon pour vraiment marquer les choses alors je vais commencer par structurer quelques herbes importantes et ensuite on travaillera de manière un peu plus systématique. Je commence par placer les herbes que je veux faire ressortir et qui me semblent importantes dans le décor…

Sur lesquelles je reviendrai après.

Et sur cette base-là je vais venir maintenant mettre mes herbes. Ça c’est un petit peu fastidieux. On va essayer de le faire avec des traits de crayon pour donner l’illusion de l’herbe sans trop détailler quand même.

Donc là je me suis arrêté 2 minutes pour observer un petit peu ce que j’avais fait. C’est toujours bon de se remettre en question. Et donc je vais essayer d’accentuer cet effet de profondeur maintenant en jouant sur les différentes valeurs des plans donc renforcer le premier plan en le fonçant davantage. On le fera après peut-être donc là on peut y aller notamment dans le creux ici.

Et puis je vais accentuer aussi mon petit pont-là un petit peu, un petit ponton et mettre un petit peu de valeur ici, renforcer ces valeurs-là pour donner un second plan. Là je ne vais pas détailler. Je mets un gris et j’accentue un tout petit peu sans arriver aussi fort qu’ici un tout petit peu mes arbres. Là on ne peut pas jouer avec la couleur donc on est obligé de vraiment jouer sur les profondeurs avec des valeurs.

Je vais mettre une très légère valeur sur l’arrière-plan là donc je n’appuie pas du tout sur mon crayon. Vous voyez je tiens mon crayon tout au bout pour ne pas appuyer.

Ici je vais un tout petit peu effacer un tout petit peu mes montagnes-là je suis allé un peu fort. Voilà. A peine. Et je vais mettre un tout petit peu d’eau aussi uniquement sur le premier plan pour aussi faire comprendre que c’est de l’eau que ce n’est pas de la neige donc on va juste ici suggérer. A l’endroit des ombres ici on a des ombres. Et donc vraiment là il faut absolument travailler à l’horizontal pour marquer l’eau.

Je vais maintenant placer l’arbre du premier plan ici donc celui-là je vais le travailler un peu plu dans le détail. Je vais placer rapidement très légèrement les grosses masses-là que voilà. Et puis à partir de là, je dis dans le détail mais c’est quand même suggéré en essayant de garder l’esprit de la direction des feuilles en fait puisque là on voit pratiquement toutes les feuilles et on va essayer de garder l’esprit et la direction des feuilles sans dessiner les branches.

Je ne dessine pas les branches. Je les suggère. On n’est pas obligé de reproduire à la feuille près bien sûr mais il faut que les feuilles aillent dans la direction de ce qu’on voit pour donner le côté ébouriffé. Je vais prendre un crayon plus gras. Voilà. Et plus c’est foncé, plus je noircis mais toujours dans la direction des feuilles. Ici la difficulté c’est qu’on est en plus clair qu’au fond donc là on va essayer de rendre ça.

Je vais m’arrêter là. Ici on a rendu le premier plan, le second plan et l’arrière-plan vraiment en jouant sur les valeurs, en ayant des valeurs fortes au premier plan, des valeurs moyennes au second plan et vraiment des choses très très claires à l’arrière-plan. On peut bien sûr suivant le dessin, jouer plus ou moins sur ce genre de chose.

Ici les montagnes sont vraiment très fortes dans la brume donc j’ai mis aucun détail mais on pourrait si on voulait mettre quelques détails mais alors il faut rester extrêmement subtil et très léger pour garder cette idée d’arrière-plan. Voilà. Je vais juste rajouter un tout petit trait ici pour marquer mon bateau là parce qu’en fait j’ai fait la réserve de la voile mais à peine pour qu’on comprenne que c’est un bateau.

 

Voilà le travail. C’est superbe. C’est très clair surtout.

J’ai essayé d’être clair dans l’explication. En fait il faut vraiment jouer là sur le trait plus ou moins fort plus ou moins appuyé. On peut aussi jouer avec les crayons plus ou moins…

Gras ou tendre ?

Gras ou dur.

Tout à fait.

Et puis du détail plus ou moins fort c’est la toile.

Et après le détail plus ou moins fort pour montrer les différents plans.

Très bien. Vous avez tout maintenant. A vous. Au travail.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Marie A. Dubois

Marie A. Dubois

Née dans une famille passionnée et militante où la liberté de parole était la règle, il a fallu jouer des coudes pour s’affirmer. La musique, la peinture, le théâtre, tout était prétexte à se réaliser et le monde des arts s'ouvrait à nous. Mon penchant pour le dessin et la peinture s’est imposé très rapidement, il accompagnait régulièrement mes jeux d’enfance pour illustrer les histoires que j’inventais, dessiner des personnages et créer leurs costumes pour me construire un monde imaginaire.


Tout naturellement, je me suis orientée vers des études artistiques qui m'ont permis de maîtriser le dessin d'observation, la perspective, les différentes techniques et médiums, la composition, l'étude du modèle vivant. Cette formation m'a conduit vers un parcours professionnel dans la communication visuelle, loin des chemins de bohème, tout en continuant à pratiquer ardemment ma passion.


En 2011, j'ai voulu transmettre ce savoir-faire en créant Eskisse, un cours de dessin dont la pédagogie s'appuie exclusivement sur l'observation du réel. De même qu'un musicien apprend à respirer, ma conviction est qu'un dessinateur doit d'abord apprendre à voir, prendre le temps de s'arrêter pour regarder le monde qui nous entoure et le comprendre. 


Ma pratique personnelle est, elle aussi, basée sur l'observation. J'ai fait le choix de dessiner et peindre sur le motif, souvent dans des lieux insolites, mais toujours porteurs de sens, et sources de créativité.

  • [Karine BRAGARD le 08/04/2017]

    C'est très intéressant aussi tout le travail qui peut être fait avec un seul crayon ; chaque trait a sa signification et son importance.
    Le tout est d'arriver à équilibrer l'ensemble pour que cela fonctionne visuellement
    J'aime beaucoup ce dessin car il y a de nombreux exemples très différents les uns des autres !

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Dessin
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Style Paysages
Durée de la Vidéo 19mn13