Retour au port, à l'huile au couteau

---------- Introduction

Edmond.

Bonjour.

Bonjour. Edmond notre spécialiste de la peinture à l’huile au couteau mais pas dans l’épaisseur et tout, au couteau avec tout le travail de finesse que j’adore. Aujourd’hui tu nous fais quoi ?

Donc on va réaliser un tableau qui représente un voilier. Donc la voile est gonflée par une légère brise. Et ce voilier rentre au port au soleil couchant disons le port… un port du Nord.

Vous avez toute l’histoire avant. On va la décrire maintenant sur une toile avec la magie et les gestes d’Edmond. On y va au boulot.

---------- Démonstration

Alors Edmond le matériel ?

Donc le matériel pour réaliser donc une toile représentant le retour d’un bateau au port…

Oui.

Sous un coucher de soleil…

Oui.

Donc une gamme de couleurs chaudes c’est-à-dire des rouges orangés…

Oui.

Jaune également légèrement orangé avec aussi du bleu outremer pour matérialiser une partie du ciel qui commence déjà à s’assombrir vu que la nuit est en train de tomber.

D’accord ok.

Et donc c’est une mer très calme une mer plate avec les voiles néanmoins gonflées quand même.

D’accord. Ça marche. Et des couteaux bien sûr c’est l’outil…

Et le couteau évidemment.

De conviction.

Les couteaux qui sont ici donc…

Et là dans les numéros ben c’est un peu… les numéros en fait on a posé la question mais les numéros ça dépend d’une marque à l’autre ?

Exactement.

C’est les formes qu’il faut mesurer en fait.

Tout à fait tout à fait. Les numéros…

Oui.

Oui mais il y a les mêmes formes mais avec des formats plus importants que d’autres…

 

Selon la surface à appliquer donc…

Tout à fait.

Il y a même trois dimensions différentes.

Différentes pour la forme goutte la forme goutte.

Ok c’est parti au travail.

Donc alors je vais commencer par appliquer mes couleurs dans un certain ordre.

Sur la palette.

Sur la palette. Du bleu outremer. Chacun a un ordre bien défini pour établir ses… pour apposer ses couleurs sur la palette bon moi je…

Tu fais toujours…

Moi j’aime bien…

Enfin c’est toujours le même toi ?

C’est toujours le…

Oui.

Et c’est un réflexe. Je les retrouve plus facilement.

Non non c’est bien oui.

Alors de la terre d’ombre brûlée pour griser un peu le bleu outremer. La terre d’ombre je le mets… je la pose à côté du bleu outremer. Et également un peu de terre de sienne naturelle, une couleur qui se mélange bien avec le bleu outre-mer. Et un jaune de cadmium moyen. Donc voilà non il ne faut pas plus de couleurs sur la palette. Avec ça normalement je dois pouvoir réaliser le tableau et du blanc de titane.

Alors je préfère apposer une partie du blanc de titane pour les teintes bleutées et plus foncées et également un autre dans un autre coin de la palette pour les teintes plutôt orangées, de manière à ne pas salir la couleur blanche avec des restes de peinture bleu ou jaune, un paradoxe. Donc

Alors je vais d’abord faire le dessin sommaire du sujet… du sujet qui va être représenté. Avec un jus d’essence et de peinture très diluée, je vais poser ma ligne d’horizon environ un tiers partie supérieure de la toile. La coque du voilier qui rentre donc au port toujours avec le même jus, une couleur c’est-à-dire mélange de terre de sienne brûlée et bleu outremer.

Et il y aura des détails à rajouter après et qu’on verra ça à la phase terminale du tableau c’est-à-dire par exemple le navigateur qui est sur la coque et la cabine une partie de la cabine. Je vais déjà représenter sommairement les ombres donc du voilier sur l’eau. Il y aura également à porter l’ombre de la voile. Des deux voiles. Il y a une grosse et il a un gros spi. Et puis la petite voile qui est ici. Et

Voilà donc la mise en place était faite. On peut commencer maintenant à appliquer la couleur avec des couteaux. Donc je vais prendre un couteau de taille moyenne pour commencer par le haut de la toile. En principe en général en principe on commence par le haut et je répète que… avec le couteau… la peinture à l’huile au couteau on travaille dans le frais.

Donc je vais commencer à poser des aplats de couleurs pour avoir déjà une première idée de ce que… de l’effet rendu en commençant par les couleurs les plus claires. Donc mélange de jaune de cadmium moyen avec du rouge. Disons que la partie orangée doit représenter cette surface.

Comme j’ai démarré par la partie gauche de la toile, je mets un bourrelet de peinture sur la base la partie gauche de la lame du couteau que j’appose ici tout doucement. Et j’exerce une pression en étalant.

Un bourrelet de peinture sur la partie droite de la lame. Une pression assez forte pour faire pénétrer la peinture dans la trame de la toile.

Il est toujours préférable de mettre une sous couche de peinture car parfois au couteau, c’est un travail qui n’est pas toujours très régulier et donc il reste des toutes petites surfaces qui ne sont pas complètement… qui n’ont pas été complètement appliquées par de la peinture et donc la sous couche permet de… disons de remédier à parfois ce manque de précision.

Et maintenant cette partie va également se refléter dans la mer. Donc je ne change pas de couleur qui va être légèrement plus claire en rajoutant un peu de jaune de cadmium moyen. Donc un bourrelet de peinture sur le côté de la lame. J’exerce une pression et j’étale ensuite.

Auprès de l’horizon, l’eau est un peu plus rougeâtre.

Alors on va éclaircir le bas de la toile toujours dans une teinte orangée légèrement orangée. Vous voyez comme je racle. J’appuie légèrement. J’augmente la pression et j’étale. Si je partais de la… Je vais réappliquer de la peinture sur le toile.

J’ai donc posé les teintes orangées claires. Et maintenant je vais passer à… à la partie plus foncée de la toile. Et c’est pour cela que je change en couleur. J’essuie bien mon couteau évidemment pour ne pas laisser de trace de jaune… de la peinture jaune. Alors je vais reprendre du bleu outremer avec un peu de terre de sienne brûlée que je vais mélanger avec du blanc. Ce qui donne une couleur bleutée grisâtre.

Vous voyez que la toile peut servir également de palette. On peut très bien procéder au mélange en direct sur la toile ou sur la palette. Donc cette partie-là va se refléter dans l’eau. Toujours le même mélange bleu outremer avec une pointe de terre d’ombre brûlée… terre de sienne brûlée pardon.

Alors je… j’estompe un peu le reflet de la couleur grise à la partie plus claire de la mer. Et maintenant donc je vais poser la couleur du ciel la plus foncée donc toujours le bleu outremer avec de la terre de sienne brûlée, un peu moins de blanc.

Donc ça va représenter la partie du ciel qui est déjà… qui est déjà presque en… disons c’est un ciel peut-être aussi un peu menaçant du côté du coucher de soleil.  Là c’est une partie un peu violacée.

Et je racle l’excès de peinture sur la toile pour le reposer ensuite de manière à terminer mon esquisse.

Le reflet donc de la partie foncée du ciel. Voilà ma mer.

Donc il n’y a pas d’épaisseur. La surface est… la quantité de… la matière est assez fine.

Ici je vais rajouter un petit contraste du bleu presque… bleu outremer presque pur pour donner un peu une touche de lumière voilà, cette partie-là qui est entre la voile et la coque du bateau.

Alors la grande voile pour garder l’harmonie donc des couleurs on va peindre la grande voile en bleu foncé.

Donc la matière sur le côté gauche de la lame. Et je fais glisser en respectant la forme de la voile et lui donner cette harmonie.

Donc là on va assez lentement pour ne pas louper l’arrondi de la voile. Un geste précis.

Et j’exerce une pression assez forte sur cette partie-là sur le bord de la voile voilà pour bien la délimiter par rapport au reste de la toile.

Et pour terminer cette voile je vais utiliser un autre couteau qui a la même forme mais qui est plus petit, en l’occurrence celui-là.

Donc la forme du couteau c’est là qu’on se rende compte que la forme du couteau et la taille a son importance.

Bon voilà la voile est terminée enfin l’esquisse de la voile. Et je vais enlever le surplus de peinture pour donner tout à l’heure certains effets. Alors il y a une seconde voile qu’on va peindre de couleur rouge orangée avec le même petit couteau bien nettoyé évidemment.

Voilà donc là l’esquisse en couleur est posée sur la toile. Il faut savoir que si on rencontre parfois des difficultés pour faire les formes pointues quand on n’a pas vraiment la pratique encore régulière du couteau, ça peut très bien s’appliquer… cette couche que je viens de poser peut très bien s’appliquer également au pinceau au fin.

Vous voyez pour faire les arrondis ou les petites pointes comme ça ça sera plus plus aisé quand même de le faire au pinceau et de… toute l’esquisse pouvait être évidemment faite au pinceau. Et ensuite évidemment on applique la peinture au couteau sachant qu’on travaille toujours dans frais. Alors donc première étape. Deuxième étape maintenant on va terminer le tableau en faisant vibrer un peu la couleur en donnant une impression assez chaude de quiétude de paix.

Donc je démarre toujours par les parties les plus claires donc c’est-à-dire les tons orangés en prenant un couteau de taille moyenne toujours en une forme en triangle effilée.

Donc la partie orangée du ciel s’estompe un peu dans la partie bleutée. Ça donne un léger dégradé.

Alors vous voyez qu’on ne distingue plus la ligne d’horizon mais ce n’est pas grave, on va rematérialiser ensuite avec un trait de couteau.

Pour cela je vais utiliser ce couteau ci de forme rectangulaire en faisant glisser la lame le long de cette ligne d’horizon sachant qu’à l’horizon c’est un retour au port donc il y a… il y a… on peut suggérer quelques bâtiments qu’il y a au fond et un quai.

Donc c’est un travail un peu irrégulier pour suggérer quelques vagues ou des vaguelettes.

On va prendre ce couteau de forme ovale donc en apposant des parties plus claires. Ce n’est pas un paysage plat disons il y a du relief il y a des touches de lumière. Et la mer bouge donc évidemment ce n’est pas régulier.

Et on va poser une belle touche de lumière de peinture presque pure pour délimiter sur le côté de la coque du navire étant donné que le ciel se… disons se reflète d’une manière plus intense sur cette partie-là le ciel orangé jaune… le soleil plutôt. Il faut être très précis là et prendre de la matière sur le côté droit de cette lame. Et je maintiens même mon poigné pour ne pas bouger.  Et je fais glisser. Je reprends de la matière. Une couche assez épaisse.

Alors on va retravailler la voile pour éclaircir la partie qui est du côté du soleil, un gris bleuté.

Là ce n’est pas régulier. Je gratte un petit peu la couleur au-dessus.

Donc il y a très peu de matière sur la lame. C’est plutôt un frottis  

Bon cette partie-là est plus foncé je vais rajouter de la terre d’ombre brûlée.

Donc là je vais fabriquer des gris sans… des gris donc qu’on fait évidemment soi-même en mélangeant du bleu outremer à un peu de rouge orangé d’orange. Il y a un peu également de terre d’ombre brulée dedans pour donner une harmonie disons et estomper un peu la force des couleurs.

Il faut toujours bien nettoyer son pinceau évidemment. Je vais utiliser cette lame de forme rectangulaire dont le bout est arrondi et un peu plus fine.

La cabine est blanche.

Et puis le navigateur. On n’est pas obligé de le mettre. Il peut très bien se trouver à l’intérieur de la cabine en fin de compte

Alors les petites vagues… l’écume qui est sur les petites vagues on va le faire avec la pointe de ce couteau-là. Couteau de forme triangulaire un peu du blanc. Et on va poser des petites touches de peinture blanche presque pure.

Alors les vagues sont un peu plus importantes. La taille de tâche d’écume est plus importante au bord de… en bas du tableau évidemment qu’en haut lorsqu’on se dirige vers l’horizon et puis ici c’est à peine à peine suggéré on les voit à peine.

Oui donc en fin de compte on peut appliquer la matière de manière fine très fine comme là c’était le cas ou de manière beaucoup plus épaisse mais la manière de… cette manière de procéder permet de faire comme des glacis dans le frais. Ce qui est assez difficile à faire…

Exact oui tout à fait.

Avec un pinceau.

Tu les peins au pinceau.

Et donc dans ce passage-là voilà c’est un genre de glacis avec juste à peine de la matière sur la lame. Ce qui fait des… ce qu’on peut faire avec un pinceau mais il faut attendre par plusieurs étapes il faut attendre que…

Oui oui.

Et puis… et puis là le fait d’écraser de molécules de la peinture ça donne beaucoup plus de lumière je pense et de contraste.

Oui oui super. Et la transparence là le reflet dans l’air… dans l’eau…

Dans l’eau.

Il est fait aussi avec la matière-là ?

Exactement aussi.

Oui.

Aussi

Qui transforme et qui voilà qui donne l’effet.

Tout à fait.

Super.

Donc là il y a un mélange de styles. Il y a un grattage à certains endroits pour revenir ensuite par petites touches dessus mais on peut l’appliquer également par grands aplats beaucoup plus épais mais là je trouve que ça fait… ça donne… ça fait vibrer un peu le… ben l’eau déjà…

Oui oui super…

La matière.

Ça se voit tout de suite. Super.

Regardez ça. Alors je dis aussi à toi regardez-ça puisque que tu es de près le nez dessus on ne voit pas tout. On ne voit pas cette impression géniale quoi. C’est super.

Oui donc c’est sujet qui se prête très bien pour le travail au couteau et sans apposer des couches trop épaisses de manière à donner cette finesse dans les coloris. Si j’avais utilisé des couches beaucoup plus épaisses, il y aura moins de nuances moins de subtilité dans les nuances…

C’est ce que j’adore.

Du soleil couchant.

C’est ce que j’adore dans ton travail.

Merci.

J’ai découvert moi c’est à titre personnel le couteau c’était… voilà ce n’était pas…

On peut le faire.

Après tout mais c’est des trucs…

On peut…

Mais…

On peut le faire avec une couche très…

C’est un outil de précision.

Aussi tout à fait.

Super.

Merci.

A vous maintenant au travail.

Edmond Zienowicz

Edmond Zienowicz

Peintre français d’origine polonaise né en 1947 formé à l’école de Beaux Arts de Roubaix. Il est influencé par l’école flamande et l’époque des impressionnistes ses thèmes de prédilections sont les paysages, les natures mortes, les marines et ... les carnavals.

En tant que peintre du Carnaval de Dunkerque une de ses toiles intitulée « la bande place Jean Bart » a été acquise par le musée des carnavals du monde à Hertogenbosch (Pays- Bas) où elle représente le folklore dunkerquois. La touche nerveuse et dynamique de cet excellent coloriste est parfois ponctuée de rehauts et exprime le strict nécessaire. Ses œuvres sont référencées dans le dictionnaire Drouot cotation. Il est lauréat de plusieurs concours et a reçu en 2009 la médaille d’argent attribuée par l’Académie des Arts, Sciences et Lettres de Paris. L’une de ses toiles a été distinguée « Toile d’Or » de l’année 2015 au cours de l’exposition qui s’est déroulée au Grand Palais à Paris par la Fédération Nationale de la Culture Française.

  • [Georges Lesur le 09/02/2017]

    bonjour et merci encore ! je trouve que la phase finale est trop rapide! au plaisir de vous suivre!

  • [Georges Lesur le 30/01/2017]

    stupéfiante la méthode D' EDMONT ! les couleurs sont lumineuses et évidemment vibrantes comme la commenté FRED! merci a vous deux..

  • [Martine Hayoun le 16/01/2017]

    Tres sympa ce petit cours au couteau. Déjà un peu pratiqué, ca apporte des conseils nouveaux très intéressant, notamment le mélange des couleurs dans le frais.

  • [Dominique bardet de tilly/aimar le 14/01/2017]

    sympa!

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Huile
Difficulté Expertise
Genre Les Applications
Style Paysages
Durée de la Vidéo 26mn57