La découverte du brou de noix

---------- Introduction

Valérie on rentre dans un nouvel… une nouvelle série…

Oui.

Que j’attendais avec impatience sur le ?

Brou de noix donc qui est un colorant qu’on va pouvoir utiliser à des fins artistiques de façon fabuleuse puisqu’il nous permet plein de libertés.

Et du repentir vous allez voir ben on n’en dit pas plus. On va… première étape… première voilà… première vidéo : les gestes l’exploration la découverte. Et puis au fur et à mesure on va complexifier et on gère tout ça. On y va.

On y va.

---------- Démonstration

Alors les matériels. On va prendre donc du brou de noix donc soit déjà dilué soit à diluer ça existe également en…

C’est comme tu veux ?

 

Qu’est-ce que tu fais toi ?

Peu importe.

Peu importe pareil.

D’accord ok.

Qu’on va mélanger dans une petite coupelle…

Oui.

Une petite coupelle pleine d’eau.

Ok.

Eventuellement un brumisateur d’eau si on en a chez soi…

Ok.

Un couteau ou un pinceau pour étaler. Ça c’est un choix personnel de prendre un couteau et des…

Une pipette.

Une pipette…

Oui.

Et des pinceaux de différentes tailles en fonction de ce qu’on veut faire…

Ok.

Et surtout surtout du sopalin.

D’accord.

Le support ? On dit plutôt de l’essuie-tout.

 

Ce n’est pas grave.

Le support là tu as pris une toile…

Oui.

Non tendue mais c’est…

C’est une toile qui n’est monté sur un châssis mais qui est quand même très très rigide.

Mais on pourrait prendre un châssis ?

Tout à fait.

Il n’y a pas de souci

Que ce soit un carton toilé ou ce qu’on veut.

Ok.

Donc là je vais mettre du brou de noix où je peux simplement verser comme ça sur la feuille et étaler. Donc là l’idée c’est vraiment juste d’étaler pour avoir une zone compacte.

Alors ça teinte tout de suite ?

Oui ça teinte.

Parfois ça perle aussi.

Oui. Alors ça dépend du support mais bon…

D’accord.

A force ça…

Ah c’est impressionnant quand même !

Oui. Voilà donc là l’idée c’est vraiment juste de l’étaler et de le laisser sécher donc on peut déjà jouer un petit peu sur les dilutions on peut… on peut faire des coulures on peut s’amuser à faire des choses comme ça hop.

Et donc pas de sèche-cheveux, pas de tout ça ?

Non, pas de sèche-cheveux qui risque de le rendre trop…

Ah c’est beau

Oui. Trop fluide.

Oui ça va le faire fuir en fait c’est ça ?

Il faut en fait il faut garder des zones…

D’accord.

Par rapport à ce qu’on va faire plus tard.

Ok.

Il faut garder des zones qui soient sombres. On peut en laisser quelques-unes claires mais l’idée c’est vraiment d’avoir des belles zones relativement sombres donc là j’étale simplement.

Mais pas uniformément. Tu veux garder des disparités.

Oui  Après bon on laisse venir les choses.

Oui c’est déjà beau comme ça.

On laisse comme ça.

Ok.

Alors là le brou de noix est sec donc on voit bien qu’on a au moins ici trois valeurs de couleurs …

Oui.

Puisqu’on a presque un noir absolu ici, on a un marron un peu plus foncé et un marron beaucoup plus clair.

Oui.

Donc on a laissé faire les choses c’est-à-dire que voilà les coulures se sont faites naturellement. On n’a pas cherché à contrôler donc ben voilà il faut faire avec. On va commencer donc par…

La magie c’est ça ?

 

C’est là que la magie elle va intervenir.

C’est là où la magie opère…

Oui.

Puisqu’à partir du moment où le brou de noix n’est pas fixé par un verni, on va pouvoir en fait le rediluer et on va pouvoir l’effacer quelque part. Donc là si je vaporise un petit peu d’eau et qu’après j’essuie donc en tamponnant avec un sopalin, voilà je vais faire apparaître en fait plein de choses.

Excellent. On retire des blancs comme on dit.

 Ce qui permet vraiment après de faire des… si j’en mets un petit peu plus par exemple, je vais pouvoir voilà créer des tas de nuances.

Tu retravailles ce que tu veux.

Donc c’est ça qui est vraiment très très intéressant et très amusant. Et on va pouvoir du coup donner aussi des aspects cuir ou des aspects matières qui peuvent être vraiment utiles pour un certain travail.

Oui super oui oui.

Si je le dilue au pinceau par exemple je peux vraiment aller jusqu’à effacer  Donc là vraiment je redilue de brou de noix donc ça me permet de corriger justement des… des… voire de dilué.

Oui oui de retravailler quoi. Il y a vraiment des fondus.

Ou effacer tout simplement si ça ne me plait pas donc là je reviens vraiment…

Excellent.

Sur des valeurs de blanc.

Donc ça c’est bien pour… voilà c’est inratable puisqu’on peut vraiment revenir en arrière, corriger voilà comme ici par exemple…

Ou les tâches.

On enlève les tâches. On nettoie. En fait on fait du nettoyage.

Oui oui c’est ça.

Mais qui crée justement des effets et des nuances.

Tu peux accentuer les contrastes tu peux au contraire les estomper.

Alors on peut évidemment avec un petit pinceau par exemple on peut aussi allez jusqu’à…

C’est ça que j’attends.

Ecrire dedans

Oui.

Ou créer des lignes alors ici par exemple je vais créer des lignes en fait dedans. Et toujours avec mon sopalin hop.

Ah regarde ça !

Ce qui permettra d’avoir des valeurs de blanc…

D’accord. Super.

Plus ou moins fortes c’est-à-dire que si je veux revenir sur un blanc plus pure, je vais simplement repasser du blanc au pinceau là où j’ai déjà passé de l’eau, jusqu’à obtenir un blanc beaucoup plus net.

Excellent.

Ok ?

Alors à la pipette on peut aussi déposer des gouttes. Alors soit on les laisse se faire sécher…

Vas-y.

Toujours avec le sopalin. Voilà on va créer une espèce de flou, de moucheté de forme. Alors selon la pression, forcément je vais avoir des choses plus moins nettes. Je peux effectivement comme tu disais créer un peu plus de… voilà… de contraste. En fait on enlève… on enlève la couleur.

Oui oui. Et après tu tamponne et hop.

Alors je tamponne ou je ne tamponne pas. Là par exemple je ne vais pas tamponner. Ce qui fait que j’ai une valeur un peu plus…

Oui d’accord effectivement…

Et je vais tamponner juste ici. Donc on pourrait imaginer là on est dans l’abstrait mais on pourrait imaginer vraiment créer un vrai dessin,

Dessin. De dessiner et d’écrire vraiment.

D’écrire alors avec ça, mon pinceau là n’est pas hyper adapté mais si je signe mon œuvre par exemple, voilà je peux vraiment écrire dedans.

Oui.

D’accord ? Donc voire flouter complètement alors attention à l’eau il ne faut pas en mettre trop.

Parce qu’on revient…

Voilà une fois…

Dans une étape…

Tout à fait. Donc là voilà je vais juste…

Oui pour faire des nuances qu’il n’y avait pas.

Voire plus si je veux faire  Donc c’est très amusant. Alors on peut aussi remettre tout simplement…

Ah oui bien sûr. On peut poursuivre le travail.

Oui voilà on peut remettre un petit peu de… de… enfin de couleur entre guillemets et de…

Ok ? On peut… soyons fou complètement…

Qu’est-ce que tu vas faire ? Qu’est-ce que tu vas faire ?

Complètement effacer si on veut.

Ah non non ne fait pas ça.

Non ?

Un petit peu mais pas tout.

Allez un petit peu.

Ah oui je croyais que tu allais tirer un grand trait au milieu.

Oui c’est ce que j’allais faire.

Oui c’est ça.

Et  On peut poursuivre par exemple flouter, étirer un petit peu par exemple les bords de façon à continuer en fait. Voilà c’est vraiment à l’infini on peut... Et à l’intérieur par exemple, venir remettre quelques gouttes qui vont se diffuser en fait dans l’eau. Alors donc au couteau pareil. Donc on peut avoir des effets un peu zébrés par exemple comme ça avec le couteau toujours avec les mêmes techniques c’est-à-dire qu’on… on vient rajouter de l’eau et on éponge.

Vous avez des effets de texture différents.

Voilà donc après en fonction de tous les pinceaux qu’on va utiliser, ici par exemple un pinceau…

Eventail.

Eventail, on va pouvoir aussi créer des choses différentes donc ne pas hésiter en fait à expérimenter.

Ah c’est top là. Oui cet effet-là est bien. Ah elles le sont tous  Bon l’embarras de choix ?

 Si j’étire complètement, voilà pareil je vais avoir vraiment…

Excellent.

Alors je vais juste terminer là en rajoutant par exemple un petit peu d’eau pour rediluer.

Oui. Excellent.

 Alors le tout c’est de s’arrêter à un moment donné.

Oui allez stop. Là on a envie on a envie de reprendre de reprendre de reprendre.

 

Voilà Valérie c’est sec donc on peut même verticaliser. C’est un peu moins séché ?

Oui, surtout quand on travaille en épaisseur comme ça…

Oui

Des parties très opaques…

Oui ?

Qui sont un peu longues à sécher. Ne pas forcer au sèche-cheveux à moins qu’on veuille faire vraiment des effets plus…

Oui tu peux pousser…

 

On peut pousser des couleurs au sèche-cheveux ?

Oui mais ce n’est pas indiqué.

C’est long long en plus ?

Oui.

Mais alors après une fois que c’est sec on peut… oui l’univers c’est génial.

On peut vraiment s’amuser et ce qui est important de retenir là-dedans c’est qu’on peut vraiment se tromper puisqu’on peut effacer à l’infini. Et ça c’est hyper intéressant.

Oui, se tromper et puis aussi quand on ne s’est pas trompé, redécouvrir enfin renforcer les effets c’est génial. Super

A l’infini.

Super. A vous maintenant.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.

Valérie Telesca

Valérie Telesca

C’est dans le métissage que Valérie Telesca, plasticienne franco-italienne, trouve sa véritable expression…

D’abord photographe (un calibrage de l’œil aux formes et aux couleurs !), elle se consacre ensuite à la peinture pour exprimer sa vision du monde.

 

Au cœur de sa démarche : un dialogue entre matières et couleurs, le processus chromatique étant considéré comme agent de transformation de la matière, capable de la révéler et de la transcender. 

 

Membre d’un mouvement international d'expérimentation artistique depuis 2012, l’artiste consacre ses actuels travaux de recherche sur les matières de récupération telles que papier et carton à travers œuvres en 3D et installations. 

Intervenante en arts plastiques dans des structures auprès de publics variés, son approche de la pratique artistique vise à stimuler la créativité, à ouvrir la sensibilité à de nouveaux horizons et surtout…à apprendre à oser !

Dans son atelier lillois, elle propose des cours et stages autour de la matière et sa transformation par la couleur.

  • [Georges Lesur le 29/09/2017]

    ayant fabriqué du brou de noix! a la recherche d'une méthode ,je suis tombé sur celle de Valérie qui m'a surprise en me donnant l'envie de faire un essais !

  • [Valérie Telesca le 26/03/2017]

    Non Karine, à ma connaissance la gomme des encres Sennelier est de la gomme laque et non de la gomme arabique. Le diluant de la gomme laque est donc l'alcool. Cet exercice sera beaucoup plus facile avec du brou de noix qui se travaille et s'efface complètement avec l'eau.

  • [Karine BRAGARD le 13/03/2017]

    Vraiment sympa
    J'ai de l'encre Sennelier Brou de Noix que j'utilise essentiellement pour mes exercices de calligraphie. Est-ce la même chose que la teinture Brou de Noix qui s'achète en magasin de bricolage ? Existe-t-il une différence ?
    Merci

  • [Françoise Marcus le 03/12/2016]

    Technique sympa qui me donne des envies. Question, une fois satisfait d'un résultat, faut il le fixer, et comment? Vernis?

  • [Isabelle VICENTE le 02/12/2016]

    Merci beaucoup pour cette découverte, j'ai hâte d'expérimenter cette technique.

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Techniques Mixtes
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Style Abstrait
Durée de la Vidéo 11mn19