Maîtriser les pinceaux pour Aquarelle

---------- Introduction

Dominique tu vas nous présenter ? Tes pinceaux.

Oui.

C’est super important. Alors ce n’est pas ses pinceaux, surtout la différence l’impact des pinceaux tout ce qu’on peut faire avec.

Voilà on peut faire beaucoup de choses avec différents pinceaux.

Oui.

On a des carrés des pointus.

Il y a tout : synthétique machin

Les pinceaux qu’on coupe tu vois.

Oui je ne veux pas le montrer celui-là. Je ne sais pas si je vais me laisser parce que c’est vraiment une horreur. Pinceau de sorcier.

Pinceau de sorcière.

Pinceau de sorcière bon on y va montre-nous tout ça ?

---------- Démonstration

Alors Dominique ce petit tour d’horizon des pinceaux alors...

Oui.

Surtout des effets que ça fait sur…

Voilà parce qu’en fait beaucoup d’élèves me demandent : qu’est-ce qu’il faut acheter comme pinceau ? Donc c’est vrai qu’au début on est un peu perdu…

Oui.

On a envie d’acheter plein de pinceaux donc je vais…

Ce n’est pas donnée en plus ce n’est pas du tout pas cher…

Ce n’est pas donné.

Ce n’est pas donné donc c’est important.

Mais enfin ils ont fait des progrès maintenant…

D’accord.

Il y a des pinceaux synthétiques qui sont très bien. Alors…

Et donc le papier par contre que tu utilises ? Précise.

Là c’est un papier…

Tout simple ?

Tout simple.

D’accord.

Voilà c’est le papier Clairefontaine.

D’accord et un papier grain fin…

Grain fin

Pour qu’il y ait un peu de neutralité.

Style Montval.

 

 

Là c’est le travail du pinceau.

 

Vas-y je te laisse.

Donc vous avez ici le pinceau caractéristique de l’aquarelliste, c’est un petit gris. Un petit gris c’est… ça veut dire que ses poils sont… c’est un animal c’est du petit gris et ses poils sont en petit gris.

Donc dans un pinceau vous avez le manche vous avez la virole et vous avez les poils. La particularité du petit gris c’est que si vous voyez bien, il y a une belle pointe et il y a un renflement ici on appelle ça le ventre du pinceau. Donc dans le petit gris et c’est pour ça qu’il sert très bien à l’aquarelle, en fait il va absorber l’eau dans son ventre et garder en réserve. Ce qui fait que vous n’allez pas être obligé de tout le temps aller rechercher de la couleur.

Non seulement vous n’allez pas être obligé d’aller rechercher de tout le temps de la couleur mais en plus vous allez pouvoir en enlever sur le papier si jamais il y avait une auréole qui se produisait par exemple une auréole qui est mal venue.

Alors avec ce pinceau-là on fait beaucoup des lavis c’est-à-dire des plages de couleurs. On peut aussi peindre des détails. C’est un pinceau qu’on utilise surtout beaucoup en début d’aquarelle parce que… il ramène tout le temps de l’eau donc à la fin de l’aquarelle il vaut mieux un peu changer de pinceau sinon vous risquez l’auréole.

Il existe en plusieurs grosseurs. Ça c’est vraiment une grosseur pas énorme quoi ! Mais vous en avez des très très gros. Quand on fait des grandes aquarelles il y a des très très gros pinceaux à lavis. Bon je vais vous montrer un petit peu comment il s’utilise. Donc il sert… si je mets un petit d’eau comme ça il sert à faire des ciels par exemple. Vous voyez là il y a des nuages. Hop ça fuse.

Et puis j’ai exprès vous montrer justement vous avez vu ? Je le fais exprès je fais tomber une goutte d’eau. Vous avez vu qu’il fait tomber beaucoup d’eau et il prend dans son ventre énormément d’eau.

Et vous allez voir que je vais la colorer cette petite goutte d’eau exprès et vous allez voir c’est amusant, je vais bien essuyer mon pinceau puis avec la pointe je vais aller… je vais prendre mon torchon, je vais aller mettre… là c’est s’il y avait une auréole sur le papier donc je fais ça et vous allez voir que… il boit l’eau. C’est un pinceau qui a toujours soif. Il reprend l’eau dans ses poils.

C’est comme ça tu dis c’est un pinceau qui a toujours soif c’est ça ?

C’est un pinceau qui a toujours soif.

D’accord.

Et ça permet notamment si je faisais par exemple une grosse auréole là, vous voyez là il y a encore une petite goutte.

Tu l’as faites oui. Tu fais exprès.

 Je ne sais pas si… voilà vous voyez il respire.

Ah c’est génial.

Il respire le…

Génial.

 Donc ça permet d’enlever éventuellement un endroit pas joli. Et puis bon on pourrait aussi se servir de sa pointe en mouillé sur sec donc il fait de très fines choses voilà vous voyez qu’il a tout de même une très fine pointe. Donc ça c’est en couleur un petit peu… pas trop épaisse. Maintenant en couleur plus épaisse vous voyez ?  Et je peux aussi tourner comme ça pour faire d’autres effets. Donc voilà pour le réserve d’eau c’est vraiment le pinceau de base qu’il faut avoir.

 

Ensuite on va passer à un pinceau en Kolinski. Donc le Kolinski c’est de la martre. J’ai une petite histoire à vous raconter au niveau du Kolinski.

Un jour j’étais allé acheter un pinceau comme ça il y a longtemps et puis je ne savais pas la différence entre la martre rouge et la martre Kolinski. Et le monsieur m’a expliqué ben voilà, en Sibérie il y a une petite rivière qui coule, et la martre Kolinski ce sont les petits animaux sur lesquels on prélève la martre ils vivent au nord.

Comme il fait beaucoup plus froid ils développent un poil beaucoup plus long et beaucoup plus souple. Et ça c’est la vraie martre Kolinski. Elle a tendance à être beaucoup plus élastique et plus ferme pour… comme ça ils se protègent du froid. La martre rouge ce sont les mêmes petits animaux mais au sud. Et ils ont moins besoin d’avoir un poil long donc c’est aussi un pinceau de qualité mais peut-être moins… qui a moins de ressort. Voilà c’est amusant comme…

Donc la martre est connue pour faire des choses très fines, pour être aussi surtout très ferme vous voyez ? Je peux faire de très jolies choses avec… Donc là il est déjà assez épais mon pinceau Kolinski.

C’est un pinceau donc on va l’utiliser peut-être ici là c’est encore mouillé là où j’avais fait avec mon réserve d’eau. Si je mets de la couleur vous voyez ? Je vais faire la comparaison. Je mets de la couleur avec le pinceau Kolinski et je mets de la couleur avec le réserve d’eau. Vous allez voir que ça ne va pas faire du tout le même… le réserve d’eau vous voyez comme l’eau comme il reste encore beaucoup d’eau alors que là je contrôle mieux.

C’est pour ça que plus on avance dans l’aquarelle, mieux…  plus il faut prendre un pinceau plutôt soit un Kolinski soit en synthétique pour que ça ne fasse pas cet effet-là. Il a aussi une petite réserve mais beaucoup moins. Beaucoup moins vous voyez ça remonte un peu mais beaucoup moins tout de même. Donc il permet de faire des détails il permet de…

 

Je vais vous présenter le même… enfin un pinceau qui est à peu près équivalent au niveau la grosseur de poil. Oui on va dire que… enfin il est un petit peu plus gros. Ça c’est un pinceau synthétique, en poil synthétique. Il y a eu beaucoup de progrès de fait dans les fabrications de pinceaux depuis quelques années. Et je trouve que les pinceaux synthétiques sont aussi très bien elles sont très abordables de prix et ils vont très bien. Et là c’est pareil regardez la finesse.

Alors bien sûr si je compare les deux, celui-là est… ils sont fermes pareil ici tous les deux. Mais celui-là a une réserve que celui-là n’en a pas du tout. Donc  Je reste dans les mêmes couleurs que vous voyez bien les différences. Donc ça il y a aussi plusieurs grosseurs.

Je vais vous faire la même chose avec un plus fin ce sont mes deux même là.  Ils vont aller très bien aussi… celui-là va aller très bien par exemple pour… si je veux faire vous voyez par exemple dans le bleu qui est là si je veux faire un petit peu d’ouverture d’eau. Regardez. Vous voyez ? Tout de suite il y a des petits blancs qui s’ouvrent et ça fait comme de la neige qui tombe.

Ça je le fais avec un pinceau synthétique parce que son avantage c’est qu’il ne prend pas trop d’eau. Il prend beaucoup moins d’eau que le Kolinski. Donc il ne faut pas que j’ai trop d’eau pour faire ça sinon ça va me faire une grosse auréole. Là je peux contrôler. Vous voyez ça me fait tout des petites… comme de la… comme une pluie qui tombe. Donc celui-là il va très bien pour faire plein de petits effets.

Je vais tout de suite déposer quelques choses pour vous montrer. Je préfère un autre pinceau mais pour il faut que je fasse une plage de couleur avant, assez épaisse et je montrerai après quelque chose. Et pour ça il faut que ça soit en humidité mate. Faire couler un petit peu.

Alors ici j’ai un pinceau aussi en synthétique mais à poil assez dur et un peu abimé. Donc ce pinceau-là il va me servir à vraiment relever enlever des blancs, des blancs à assez épais, il faut que…  Et ce qui est bien c’est qu’avec le fait qu’il a la pointe là, j’enlève les blancs. On entend un peu ça rappe.

Le même pinceau mais à poil plus doux. Donc peut-être plus… plus aigu-là plus coupant. Donc celui-là il va très bien aussi. Alors vous voyez j’arrive à faire quelque chose d’encore plus fin. C’est ce qu’on appelle un lavis de blanc. Vous voyez ? Et là regardez comme il est fin. Donc voilà deux pinceaux qui sont à mon avis tous de même aussi importants à avoir

 

Et puis une dernière sorte de pinceau dont je me sers énormément aussi c’est les pinceaux ce qu’on appelle des pinceaux spalter. C’est pareil c’est du synthétique donc c’est tout à fait abordable de prix. Donc les pinceaux spalter ils vont servir à faire beaucoup de choses.

D’ailleurs quelques fois il faut se lancer le défi de faire un petit tableau pas trop grand avec un seul pinceau pour se rendre compte. Faire tout du début jusqu’à la fin avec un seul pinceau c’est une bonne expérience à faire. Parce que vous allez voir que si vous vous obligez à faire un tableau entier avec un spalter, vous allez être obligé de faire de faire des choses beaucoup plus graphiques et ça va beaucoup vous apprendre de choses.

Donc vous voyez je peux quelque chose de très… je peux faire ça. Je peux faire ça. Je peux faire ça. Parfois je fais ça. Si j’y vais tout doucement ça me fait un trait beaucoup plus fin. Je n’ai pas envie d’une autre couleur, un petit peu d’orange de Chine. De toute façon il me permet de… même levier.

Et vous voyez aussi c’est lui souvent qui me sert à faire les effets de mer quand le papier est un petit peu granuleux. Je passe après une couleur épaisse. Voilà vous voyez il reste des blancs. Il fait ce qu’il fait un petit peu à la mer le miroitement de… quand il y a du soleil.

Donc on reprend un petit peu tous les pinceaux parce que j’attends encore que ça sèche là pour vous montrer quelque chose. Donc je vous ai présenté le petit gris. Ensuite j’ai présenté la martre Kolinski. Ensuite j’ai présenté le même genre de pinceau mais en synthétique, les deux petits spalters en biais, un plus fin synthétique aussi oui pardon. Chaque fois il y a à peu près deux tailles. Les deux pinceaux un petit peu en biais spalter mais en biais et puis mon dernier spalter droit.

Donc voilà un petit peu vous voyez ça fait un deux trois quatre cinq six sept pinceaux en sachant que les synthétiques sont vraiment tout à fait abordables donc… Le Kolinski on se l’achète un jour pour se faire plaisir mais il existe… ils sont très bien aussi les synthétiques. Et moi j’ai aussi mon pinceau que je me suis fabriqué moi-même.

Voilà je me suis demandé s’il fallait que je le supprime ou pas de la collection. Non non je rigole je rigole. Il est bien il est bien il est top.

Si vous avez tous à la maison, comme on appelle ça ?

Ah oui un stock même.

Ah oui

Ça j’ai ce qu’il faut oui.

Donc en fait je vais vous montrer.

Il y a encore de la place ?

Oui il va très bien pour faire des projections.

Ah d’accord des cochonneries.

Ou alors ou alors des feuillages.

Tout ce qui est un peu aléatoire quoi.

Voilà tout ce qui est un peu aléatoire. Mais on peut le faire aussi avec les autres pinceaux par exemple mais ça ne fera peut-être pas tout à fait la même chose.

Qu’est-ce que tu vas faire quand il sera… tu vas en reprendre un vieux un autre vieux ? Tu as des stocks de vieux ?

Oui je faisais ça mais celui-là il… tu vois ça ne fais pas tout à fait pareil.

Non non non. Non non et ça va être trop régulier enfin un peu trop régulier.

Un peu trop régulier. Donc là j’attends que ça sèche là parce que je voudrais montrer quelque chose.

Oui ?

Parce que le dernier petit pinceau là ça c’est mon trésor de pinceau.

Oui.

C’est ce qu’on appelle un… un…

Un trainard non ?

Un trainard oui.

Oui c’est ça.

Ou un Gulliver.

Ou un Gulliver aussi oui.

Il fait comme le Gulliver voilà il se… en fait ce petit Gulliver vous avez vu les éclaboussures comme c’est joli là ?

Oui. Ça y est ça apparait.

Ce petit Gulliver il va me servir à… ça ne se voit pas encore fort… à lever des traits fins

Si ça vient. On le voit.

Ça aussi un peu d’éclaboussure mais… voilà ça c’est à la fin du cycle de l’eau mais tu vois ce n’est pas encore sec il faut que j’attende.

Si on les voit bien apparaître c’est bien c’est bien.

Oui ça écarte… en fait le Gulliver écarte avec son… avec le peu d’eau qu’il a il écarte le pigment et il reste des petites rampes là comme ça de… et on s’en sert à la fin de…

Du travail.

Et on peut aussi…

Tirer.

Faire des choses très fines.

Tirer du pigment quand même.

Voilà tirer.

Ah c’est beau.

Quand vous voulez faire aussi des branches…

Oui.

Des branchages aussi. Ça c’est… et c’est avec cette jolie fine.

Ou du poil d’animaux etcetera aussi.

Voilà ou de poil d’animaux ou des branchages. Là par exemple je m’en sers beaucoup pour les branchages. Voilà tous les effets possibles…

Très bien super c’est bon.

Avec ces pinceaux. Bon et puis celui-là.

Allez rajoute-le quand même. Ok super merci beaucoup.

 

Voilà le chef d’œuvre de Dominique. C’est beau ce qu’elle fait quand même !

Voilà ce que je sais faire.

C’est magnifique. Bon surtout c’était intéressant tu nous donnes un tas de trucs qu’on peut faire avec un pinceau.

Oui plein de trucs.

Et plein. Alors il y en a beaucoup plus des pinceaux. C’est quoi ils sont pleins de pinceaux. Vous pouvez démarrer avec moins. Vous c’est surtout parti de pinceau.

Oui exactement. Mais bon il ne faut pas en acheter…

Oh non, surtout pour démarrer… oui on dit toujours ça. Je pense que ça ça va rentrer parce que…

Ben oui sinon après on… on…

On est pommé on dépense des sous pour rien on ne sait pas où est-ce qu’on a mis le bon argent, le truc…

Voilà exactement.

Enfin il faut… il faut avoir des envies et des besoins et au fur et à mesure des besoins vous allez vous équiper.

Tout à fait il y a une base et puis c’est tout.

Et puis surtout j’ai gardé ça dans ma poche. Surtout vous le prenez. Vous… ne vous ne… le chef d’œuvre celui-là je le garde essayer de lui piquer. C’est le pinceau de l’aquarelliste quoi ! Laissez oubliez le petit gris la martre oubliez tout ça. Vous prenez un vrai spalter bien dégoutant bien dégueulasse.

Et puis vous arrachez les poils.

Et vous arrachez les poils pour faire ce qu’elle fait avec c’est quand même magique.

En même temps ça vous fait passer vos nerfs.

 Ben allez-y servez-vous, prenez du plaisir comme elle allait vous le dire et puis à très bientôt.

Allez bonne aquarelle.

Dominique Darras

Dominique Darras

Dominique Darras pratique l'aquarelle depuis de nombreuses années.Elle est auteure de deux livres didactiques parus aux éditions"ouest-france":peindre la côte d'opale et la Flandre à l'aquarelle ainsi que la baie de somme et ses environs.Elle fait désormais partie de l'association"aquarellistes en nord",association ayant pour but de promouvoir celle-ci au nord de Paris et en Belgique..

Peintre de paysage,elle aime aussi le portrait,mais depuis quelque temps a entrepris un travail de recherche plus approfondi autour d'autres possibilités de ce médium,notemment autour de que l'on nomme en France"nature morte"mais qu'elle préfére appeler "stiil life"comme les anglais (vie tranquille)...D'échecs en réussites,ce travail l'oblige à évoluercela lui semblant nécessaire pour avancer...

Elle aime transmettre aux autres,métier qu'elle a exercé plus de 30 ans auprés de personnes en difficulté avec l'alcool et qu'elle pratique encore aujourd'hui avec divers élèves.

  • [Karine BRAGARD le 26/03/2017]

    Rien à dire de plus sur les petits -gris qui sont de loin les meilleurs pinceaux pour les lavis ! Le rendu de ce pinceau est vraiment beau, vraiment unique !
    Je ne comprends pas bien pourquoi les aquarellistes américains ne les utilisent pas et préfèrent des pinceaux biseautés 3/4 ou 1/2 pour remplir leurs feuilles de lavis chargés d'eau et de couleurs.. A mon avis, ils ont tord !

    Jai bien apprécié ; bien que je connaisse déjà un peu les différents pinceaux

Page: 1

Laisser un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poser une question. Se connecter
Discipline Aquarelle
Difficulté Initiation
Genre Les Bases Techniques
Durée de la Vidéo 15mn43